voyage vacances JaponCeux qui n’ont jamais mis les pieds à Tokyo ont en tête quelques images d’Epinal qui valent bien le béret et la baguette française pour les visiteurs qui découvrent Paris. Mais quand à peine débarquée de votre avion vous vous trouvez projetée en pleine bande dessinée manga, il y a de quoi rendre fou le moins motivé des photographes. J’ai passé onze heures hier à arpenter les rues du quartier de Shinjuku pour dénicher la moindre japonaiserie, le plus petit gadget amusant, et observer le comportement des filles, jeunes et moins jeunes, dans les magasins de vêtements. Renversant !

Première réflexion : les Japonaises sont vraiment jolies, mais surtout en quête d’un look, d’une apparence qui les distingue. Maquillées, voire très maquillées, habillées de court ou de long, aimant les stilettos tout autant que les Doc Martens, elles sont apprêtées ou faussement négligées. Brunes, blondes et rousses, elles s’appliquent à être, tout au moins à paraître. Et l’ensemble est définitivement élégant.

Jeune fille japonaiseUne robe couverte de faux-ongles, Tokyo Shinjuku

Seconde réflexion : mais comment font-elles pour dépenser autant ? La veille j’ai écumé le quartier de Ginza, antre des boutiques françaises et des couturiers italiens. Et partout, les femmes arborent sacs à mains et chaussures coûteuses. A Shinjuku elles collectionnent les sacs en papier des magasins, accumulant les marques, les enseignes, comme le feraient les « filles » de Sex & the City au cours d’une virée shopping. Identification ?…

Tous les accessoires de la fille-poupée à Tokyo, Japon

Ce qui frappe, c’est l’éclectisme et la tolérance : personne ne fixe dans la rue un jeune homme à l’allure androgyne arborant des cheveux mi-blancs mi-bleus. Personne ne s’étonne devant ces femmes déguisées en poupées Candy habillées de jupes à jupons bouffants et coiffées de longues anglaises blondes. Ces personnages se fondent dans le flux de piétons et seuls les regards insistants de quelques Occidentaux médusés, ou amusés, suivent les silhouettes enrubannées ou déjantées.

Dans les magasins de Shinjuku, les filles-poupées de Tokyo

Parce qu’il y a aussi le style gothique, avec force têtes de mort et giclées de sang imprimées sur les tee-shirts savamment déchirés. Avec bon goût. Nous ne sommes pas au royaume de la frippe mais dans des magasins de 9 ou 12 étages dont chacun ne fait qu’environ 100 m2, avec un style bien défini entre chaque escalator menant à l’étage suivant : ici les faux-ongles à la pelle (auto-collants), là le punk-rock.

Des faux-ongles pour filles mode, Tokyo

J’avoue avoir succombé à des tee-shirts de belle qualité (sans tête de mort ni épingle à nourrice) et à quelques bricoles stylées pour offrir. Si vous venez à Tokyo, rendez-vous chez Oioi One et chez Magic Cinq dans Shinjuku.

Aujourd’hui je vais explorer le quartier de Shibuya pour assister à des défilés en pleine rue et profiter de ces personnages de dessins animés version grandeur nature. Même si j’ai du mal à comprendre que l’on ait envie passé 20 ans de prolonger l’enfance en arborant bouclettes blondes et noeuds rose façon Barbie sous un épais maquillage de star, le phénomène m’interpelle et je tiens à en voir plus. Hier les jeunes femmes étaient plutôt timides devant mon appareil photo, aurai-je plus de chance ce matin ?…

Robes fruits des baby-dolls grandeur nature, Tokyo

Notez que je n’ai jusqu’à présent même pas abordé le chapitre gastronomique. Mais rassurez-vous : je me régale !!!…

😉

PS : petite secousse sismique de dix secondes à l’instant !!! Du haut du 9ème étage de mon hôtel, ça fait tout drôle…

Partir pour le Japon avec… Etihad Airways
[geo_mashup_map]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :