bouleitv.jpg Fin novembre 2007 j’ai fait évoluer la forme de mon blog, en janvier 2008 il est temps de vous proposer un contenu enrichi que je vous dévoilerai au cours des mois à venir. Ainsi, j’inaugure aujourd’hui une série d’interviews qui a pour but de vous éclairer davantage sur le monde professionnel du tourisme, sur ceux qui travaillent chaque jour à faire en sorte que vos voyages soient toujours plus beaux, toujours plus riches. Et pour inaugurer cette nouvelle rubrique « Interview Grand Voyageur », Karin Mallet Gautier, directrice régionale de l’Office de Tourisme des Bahamas pour la région France, Belgique, Suisse, Espagne et Portugal, répond à quelques questions afin de partager avec vous ses réflexions sur le monde du voyage en général et vous offrir quelques astuces de voyageuse, quelques-uns de ses secrets.

Karin Mallet Gautier, directeur régional de l’Office de Tourisme des BahamasMariée, 4 enfants, Karin a 45 ans et court les aéroports dans le monde entier depuis trente ans pour découvrir les endroits les plus insolites de la planète et en particulier ceux qui pourraient faire concurrence à la destination qu’elle défend ardemment, l’archipel des Bahamas. Je connais Karin depuis quatre ans, depuis qu’elle nous oriente, avec le même sourire et le même enthousiasme, vers les différentes îles que nous avons parcourues au gré de nos tournages.

Marie-Ange Ostré : bonjour Karine, tout d’abord pouvez-vous raconter ce qui a fait de vous une grande voyageuse, comment en êtes-vous arrivée à renouveler régulièrement votre passeport pour partir toujours davantage ?

Karin Mallet Gautier : enfant, j’ai d’abord vécu pendant dix ans en Afrique Noire (Côte d’Ivoire, Cameroun et Burkina Faso – à l’époque Haute-Volta -) où j’ai attrapé le virus du voyage. Adulte, j’ai d’abord travaillé en agence de voyage, puis pour un office de tourisme sur les îles grecques (déjà les îles !) et ensuite… les Bahamas, depuis vingt ans maintenant.

Marie-Ange Ostré : quelle serait pour vous aujourd’hui la définition du voyage, est-ce que cette définition a changé au cours des dernières décennies ?

Karin Mallet Gautier : bien sûr, la définition du voyage a changé notamment depuis 5 ou 10 ans. On se déplace plus facilement puisque les moyens d’accès ont évolué, les situations politiques ont été modifiées également, et nous avons accès à bien plus d’information aujourd’hui, donc l’offre de destinations est beaucoup plus large. Par contre le touriste est devenu plus consommateur dans sa démarche : il aime le produit clé en main, pour lequel il sera assisté et se rend d’une contrée à l’autre sans forcément approfondir, mais il aime aussi avoir la possibilité d’approfondir pour y retourner quand il veut si il a aimé. Internet a permis d’accroître l’accès à l’information, à la connaissance, du coup le travail de l’agent de voyage doit apporter désormais une réelle plus-value au voyageur. C’est une vraie remise en question pour l’agent de voyage : il y a vingt ou trente ans, c’était un conseiller de voyage, mais le voyageur lambda n’avait pas autant d’accès à l’information. Aujourd’hui, il en sait déjà beaucoup lorsqu’il entre dans une agence de voyage, donc nous devons offrir de nouveau un vrai conseil pour un voyage davantage sur mesure. Les offices de tourisme sont également remis en cause puisque notre travail commence là : convaincre le voyageur mais aussi l’agent de voyage, et lui apprendre à bien vendre notre destination. L’Office de Tourisme des Bahamas a d’ailleurs mis en place une formation »Bahamas Academy » pour former les agents sur la destination mais surtout approfondir l’argumentation à développer en fonction des caractéristiques et desiderata de la clientèle.

Atoll corallien près de Bimini, Bahamas

(atoll corallien près de Bimini, Bahamas)

Marie-Ange Ostré : comment percevez-vous le voyageur d’aujourd’hui, celui que commercialement on appelle « touriste » ? à votre avis quelles sont ses attentes en ce début du XXIème siècle ?

Karin Mallet Gautier : aujourd’hui il peut prétendre à avoir une vie de voyageur selon ses moyens, son temps disponible et sa situation familiale, il peut explorer plus ou moins lointain et les facilités d’accès ont tellement évolué qu’il n’a presque plus d’excuse pour ne pas se rendre là où ses désirs l’incitent à aller. Par exemple aujourd’hui le voyageur a moins peur d’aller sur des destinations où on ne parle pas forcément le français, ce qui est un gros progrès… Il a aussi une forme de curiosité nouvelle, son avis et ses goûts sont très volatiles, et il est attentif aux modes : aujourd’hui on lui vend les Philippines partout dans la presse et il est tenté (au moins attentif), demain ce sera une autre contrée,… Il écoute, il jauge. Et teste.

Marie-Ange Ostré : votre fonction pour l’Office de Tourisme des Bahamas vous entraîne régulièrement à explorer cette région, mais quelles sont les autres destinations que vous fréquentez régulièrement ?

Karin Mallet Gautier : dans le cadre de mes fonctions je vais très fréquemment aux Etats-Unis et un peu partout en Europe. Je me promène aussi beaucoup dans la zone Caraïbes pour garder un œil sur la concurrence mais surtout pour participer aux Salons régionaux pour la mise en valeur de la région. On associe souvent les Bahamas aux Caraïbes même si ce n’est pas forcément exact : l’archipel n’appartient pas physiquement à l’arc d’îles des Caraïbes, mais Les Bahamas sont en quelque sorte un deuxième arc caraïbe, mais ce sont des Caraïbes coralliennes et non essentiellement volcanique (les Bahamas sont ceinturées par la troisième barrière de corail du monde). Et aux Bahamas on retrouve la même qualité d’accueil, de plage et d’eau que dans les Caraïbes.

Marie-Ange Ostré : quelles sont les destinations que vous avez déjà explorées pour vos loisirs ?

Karin Mallet Gautier : mis à part les Bahamas, je me suis rendue aux Antilles (Cuba, St Domingue, Antilles Françaises), à La Réunion, sur l’île Maurice, aux Seychelles, aux Maldives, dans plusieurs pays d’Afrique (Kenya, Zanzibar, Afrique du Nord,…), divers pays européens, les USA, le Canada (en hiver, très froid !), encore peu en Asie (Sri Lanka, et une incursion très rapide en Thaïlande). J’ai très envie d’approfondir l’Asie et l’Amérique du Sud pourquoi pas !

Marie-Ange Ostré : et quand vous profitez de vos congés, quelles sont vos destinations pour le plaisir ?

Karin Mallet Gautier : je n’ai aucun a priori préalable, donc c’est surtout en fonction du coup de cœur du moment, du temps dont je dispose et du portefeuille. Mais j’avoue une préférence naturelle vers les destinations ensoleillées et les mers chaudes. Je suis très curieuse de toutes façons, pour moi le monde entier est intéressant à découvrir, c’est un enrichissement permanent. Et la rencontre avec les gens est importante : par exemple, pour ne parler que des îles, j’ai moins aimé les Maldives parce que ce sont des îles hôtels et on y a pour ainsi dire zéro contact avec la vraie population des Maldives ! Pour moi, c’est frustrant.

Marie-Ange Ostré : quel est votre pire souvenir de voyage ?

Karin Mallet Gautier : à l’époque de l’URSS, j’avais emmené ma grand-mère pour un circuit avec, notamment, un vol intérieur Moscou / Leningrad sur Aeroflot. L’avion était dans un tel état que j’ai cru que ma dernière heure était arrivée !… La pressurisation était très douteuse, les ceintures ne fonctionnaient pas, et par endroits sous les sièges et dans l’allée le sol était en si mauvais état qu’il était percé et on voyait la soute ! Hallucinant !… Sinon j’ai eu la chance de ne pas avoir trop de galères. Et à part les Maldives, pas de grosse déception. En retournant récemment à Marrakech et à l’île Maurice, j’ai constaté que c’était beaucoup plus construit que dans le passé, mais c’est l’évolution (peut-être mal contrôlée) qui veut ça… Mais en général je suis assez bon public, j’essaie toujours de trouver le petit atout positif. Je veux garder un avis constructif. En voyage de toutes façons il faut absolument garder une ouverture d’esprit certaine, je n’essaie surtout pas de retrouver à l’étranger mes habitudes franco-françaises !… J’entends parfois autour de moi des critiques assez surréalistes par moment. Et il faut avant tout respecter les coutumes, les religions,…

Marie-Ange Ostré : quand on voyage beaucoup on adopte quelques astuces de grand voyageur, kit oreiller et masque sur les yeux dans l’avion, contenu du sac de voyage, pharmacie du voyageur,… Quelles sont vos astuces personnelles ?

Karin Mallet Gautier : l’équipement pour dormir dans l’avion est indispensable, ce qui permet en même temps de gérer le décalage horaire (oreiller pour le cou, masque sur les yeux, et boules Quiès pour s’isoler du bruit et des bavardages ambiants), j’emmène aussi une pharmacie de base mais très légère. J’essaie toujours de voyager léger, avec des vêtements qui ne froissent surtout pas ! Et je laisse la photocopie de mon passeport à la maison.

Marie-Ange Ostré : comment gérez-vous le décalage horaire avant, pendant et après le voyage ?

Karin Mallet Gautier : je ne prends jamais de médicament ! Je me rend le plus souvent vers l’Ouest (Bahamas, Etats-Unis, Caraïbes), donc je dors à l’aller juste après le service du déjeuner dans l’avion pour ne pas me coucher trop tôt en arrivant, ça me permet de tenir jusqu’à l’heure normale du coucher sur place, ainsi je m’adapte plus rapidement au rythme local. Mais au retour je ne dîne jamais dans l’avion et dès que je suis sur mon siège je m’installe pour dormir tout de suite, pour entamer ma nuit et limiter le décalage horaire à l’arrivée. Il y a quelques années, je subissais le décalage immédiatement au retour, curieusement depuis quelques années je sens plutôt le décalage seulement trois ou quatre jours après le retour, en me réveillant vers 4 heures du matin par exemple, mais ça se gère facilement.

La check-list du Grand Voyageur :

  • avant de partir, Karin vérifie… : passeport et téléphone portable, les indispensables.
  • le vêtement qui l’accompagne partout en voyage : une polaire pour l’avion, ou une deuxième couverture d’avion.
  • Karin est plutôt sac de voyage, sac à dos ou valise ?… j’aime la souplesse du sac de voyage.
  • son produit cosmétique indispensable : ma crème solaire bien sûr !
  • elle ne part pas sans… : mes lunettes de soleil, des livres (je lis beaucoup en voyage), et le matériel de sport associé à la destination (plongée et / ou golf).


Sa top-list du Grand Voyageur :

  • sa destination préférée : les Bahamas, elles sont si diversifiées que je ne m’en lasse pas, c’est une véritable passion depuis 20 ans !
  • son aéroport préféré : Dubaï pour le côté surréaliste du shopping, les aéroports américains pas mal agencés, et Roissy pour l’aspect retour vers la famille.
  • sa compagnie aérienne préférée : aucune en particulier ! Les avions et les services sont tellement variables selon les destinations proposées par chaque compagnie…
  • son hôtel préféré : un petit nouveau que je viens de découvrir, c’est un éco-lodge sur l’île d’Andros aux Bahamas (éco pour écologique), le Tiamo Resort, 11 bungalows avec accès uniquement par la mer, pas de clé de chambre, pas de téléphone ni télévision, et un service extraordinaire tout en conservant l’aspect 100 % écologique de l’île : entièrement au solaire, traitement des déchets en compost, tout est recyclé, construit pour ne pas détruire la nature.
  • son plat exotique préféré : la salade de conque ! J’adore, c’est un peu le signal que j’y suis, que je suis arrivée, mais elle doit être bien faite ! Composée de conque crue, tomate, poivron, piment, jus de citron lime, jus d’orange, et un tout petit peu de sucre. C’est rafraîchissant, avec 0 calorie tout en étant assez nourrissant.
  • sa boisson ou cocktail préféré : mmm… le Goombay Smash, à base de rhum brun, de rhum coco, de jus d’ananas, un trait d’angustura, à consommer juste au coucher du soleil, devant la plage…
  • son prochain voyage : ce sera avec ma fille, toutes les deux sur la Riviera Maya pour une semaine, au Nord de Cancun ! J’ai hâte !

Pêcheurs de conques, à Andros, aux Bahamas

(pêcheurs de conques, à Andros, aux Bahamas)

Office de Tourisme des BahamasJe remercie vivement Karin d’avoir bien voulu se prêter au jeu de l’Interview du Grand Voyageur et d’avoir accepté d’être la première à inaugurer cette nouvelle rubrique pour Un Monde Ailleurs. Je vous invite à la retrouver du 8 au 13 janvier sur le stand des Bahamas au Salon de la Plongée (stand D9), à Paris Porte de Versailles. Dites-lui que vous venez de ma part et elle vous offrira un petit extrait du Goombay Smash !

Nous retrouverons une autre personnalité du voyage le 1er de chaque mois de l’année à venir. Et pour lire ou relire tous les récits de mes deux voyages aux Bahamas, cliquez sur le mot-clé Bahamas, ici à gauche.

Mais peut-être souhaiteriez-vous ajouter un commentaire aux réponses de Karin, ou poser une question sur les Bahamas ? Elle vous lira, et telle que je la connais, elle y répondra.

%%awsomnews1%%

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :