Colombie-Britannique, paysage île de Vancouver

Le Canada est un pays à multiples facettes, si vaste qu’il faudrait des mois pour en découvrir quelques-uns des visages seulement. Après un premier aperçu l’année dernière je re-pars, mais cette fois en Colombie-Britannique.

Découvrir la Colombie-Britannique est un rêve de plus de vingt ans. La Colombie-Britannique, province canadienne, est l’antichambre de l’Alaska, le passage obligé qui sépare cet état des autres états américains. Mais la Colombie-Britannique est surtout la province de nombreux records, objets de ma curiosité. Je pars donc pour 15 jours en Colombie-Britannique.

 

Quelques infos sur la Colombie-Britannique

Les îles du Pacifique ne sont pas toutes celles que l’on croit. Le saviez-vous : il y a 6 000 îles et îlots le long de la côte ouest de la Colombie-Britannique dont la plus grande est l’île de Vancouver (à ne pas confondre avec la ville du même nom) avec ses 32 261 km2. Vancouver est également la plus grande île de la côte ouest de l’Amérique du Nord avec 451km de long. 

La Colombie-Britannique compte 18% de roches, glace et toundra sur son territoire, 62,9% de forêts et 3,8% de lacs et rivières. Seuls 3% du sol de la province est cultivable.

Pour en terminer avec les chiffres et dresser l’ombre d’un portrait flatteur en terme d’intérêt touristique : sur près de 63% du territoire couvert de forêts, 43% est constitué d’arbres anciens âgés de plus de 250 ans ans pour la côte ouest et plus de 120 ans pour l’intérieur. 

Enfin 75% de la Colombie-Britannique est situé à 1000m au-dessus du niveau de la mer et les Montagnes Rocheuses constituent son épine dorsale (4 633m en son point le plus élevé dans la province). Une province qui compte aussi près de 24 000 lacs, rivières et ruisseaux dont 37 grandes rivières et le fleuve Fraser (1 368 km de long).

La Colombie-Britannique profite de 8 micro-climats, trois ou quatre zones climatiques continentales et quatorze zones bio-géoclimatiques. Biologiquement parlant c’est ainsi l’une des zones les plus productives de la planète. La forêt côtière tempérée supporte cinq millions d’espèces animales, d’insectes et de plantes, incluant 3000 sortes de champignons et quelques-uns des plus vieux et plus gros arbres du monde dont le cèdre jaune qui peut vivre plus de 1000 ans !

Anecdote : pour la petite histoire, environ 6 000 parapluies sont oubliés chaque année dans les transports en commun à Vancouver !

Vous pourrez retrouver toutes ces informations sur le site en français de la Colombie-Britannique, ici. http://www.tourisme-cb.com/

Inutile de vous expliquer davantage pourquoi je rêvais de me rendre dans cette grande province de l’Ouest canadien ! Sa morphologie et ses paysages excitent ma curiosité de voyageuse et mon appétit de photographe. J’emporte mon objectif grand angle, c’est promis.

 

Que vais-je voir en Colombie-Britannique ?

L’année dernière j’ai découvert le Canada pour la première fois (il était temps !) en visitant l’attachante province du Nouveau-Brunswick dans laquelle je me suis familiarisée avec l’Acadie et les Acadiens. Un très beau souvenir au propre comme au figuré.

Cette année j’avais très envie d’admirer des aurores boréales mais lorsque je me suis renseignée en mars dernier on m’a répondu : mais c’est en ce moment ! Or je partais pour une autre destination, ce projet est donc remis à l’année prochaine (j’y tiens beaucoup).

J’ai alors songé à ce rêve de vastes paysages et de nature en climat tempéré cette fois : la Colombie-Britannique, sa végétation, sa faune, sa culture, sa gastronomie aussi.

Vaste comme deux fois la superficie de la France je ne pourrai pas tout visiter en 15 jours seulement (1 467km du nord au sud et 901km du Pacifique jusqu’aux montagnes Rocheuses). Mon programme n’est pas encore fixé dans le marbre, je tiens trop à ma liberté et à l’instinct, mais je sais déjà que je parcourrai quelques-uns des 27 000km du littoral découpé le long du Pacifique.

Je ne vous cache pas que mon premier objectif (si j’ose dire) est de rapporter un stock de photos tout en profitant de cette nature.

Dernier détail avant de vous emmener avec moi : Vancouver n’est pas la capitale de la Colombie-Britannique, non. Il s’agit de Victoria, sur l’île de Vancouver. Petite confusion que vous ne ferez plus vous non plus ! 😉

Envie d’en apprendre davantage sur mes voyages au Canada ? Voici quelques pistes à explorer :

Cet article a été publié une première fois en juin 2012 sur mon blog de voyages Un Monde Ailleurs (2004-2014), blog qui n’est plus en ligne. Les articles re-publiés ici le sont s’ils présentent à mes yeux une valeur émotionnelle ou s’ils offrent un intérêt informatif pour mes lecteurs. Ils sont tous rassemblés sous le mot-clé « Un Monde Ailleurs ». J’ai ajouté davantage de photos à ces articles en les re-publiant mais malheureusement il a été impossible de réintégrer les commentaires liés à ces articles, seul le nombre de commentaires est resté indiqué.

Rédiger et illustrer un site web ou un blog représente des heures, des années de travail. Prélever sur Internet sans autorisation préalable des photos ou des textes (tout ou partie) est une violation des droits d’auteur. Des outils permettent de dénicher facilement les « emprunteurs » et de les poursuivre (dans le pire des cas), ce sont d’ailleurs souvent les lecteurs qui nous alertent. Si vous souhaitez utiliser un extrait d’article ou une photo n’hésitez pas à demander depuis la page Contact sur ce site. Merci pour votre compréhension.

N'hésitez pas à commenter ou à poser des questions, j'y réponds volontiers :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.