Bali, rizières en région de Ubud

Partir en voyage à Bali est le rêve de tout un chacun (ou presque). Mais revenir de Bali ne fait que vous donner l’envie d’y retourner, très vite !

Vous rêvez de partir à Bali ? Je vous y emmène grâce à 25 photos parmi les 926 que j’ai effectuées lors de mes deux voyages à Bali, début octobre 2006 puis en juillet 2007.

Seulement 926 photos pour deux voyages sublissimes ?!…

Ce matin en les triant je me suis demandé pourquoi je n’avais fait que si peu de photos en plus de 30 jours de séjour à Bali ! La réponse est simple, j’y suis allée chaque fois essentiellement pour plonger et au cours de l’un des séjours j’ai passé également 5 jours sur l’île minuscule de Gili Meno (entre Bali et Lombok). J’ai plongé au moins deux fois par jour, avec un bonheur chaque fois renouvelé. D’ailleurs je vous ai déjà raconté mes plus belles plongées à Bali.

Voici donc ma déconvenue du jour : j’ai eu le privilège de découvrir cette île dans quelques recoins ignorés par deux fois, et je n’en ai rapporté que très peu de photos tous comptes faits. Que faut-il alors en déduire ?… Je dois y retourner !

D’autant que ces photos ont été prises à l’époque avec un matériel que j’ai grandement renouvelé depuis : en octobre 2006 je disposais d’un Olympus 5M de pixels avec un objectif intégré, tandis qu’en juillet 2007 je jouais avec davantage de bonheur avec un Canon 400D et ses 10M de pixels couplé à un objectif Canon 60 mm et un super grand angle Canon 10-22 mm (deux objectifs que je chéris toujours, avec 2 boîtiers supérieurs). Ne regrettons rien, la totalité des photos qui figurent sur mon livre Un Regard sur la Planète ont été faites pour 98 % avec le Canon 400D et pour les 2% restants avec l’Olympus. Une façon comme une autre de signaler qu’un livre ne se fait pas forcément grâce à du matériel photo numérique de dernière génération.

Bref, disons qu’aujourd’hui équipée avec un Canon 7D que je couve littéralement et d’un Canon 500D plus discret mais non moins efficace – tous deux filment avec la même définition Full HD en qualité télé – je trépigne à l’idée de repartir pour Bali : avec 3 objectifs supplémentaires mariés à ces deux bêtes de course du globe-trotteur quelles photos pourrais-je donc faire sur cette île extraordinaire en matière de paysages, de faune et de flore ? Sans compter sa population, sa religion, et toutes ses traditions.

Située entre l’île de Java et celle de Lombok, Bali est l’une des 33 provinces d’Indonésie et l’île la plus touristique de ce pays-archipel. Avec une population de 3,5 millions d’habitants (dont 30 000 expatriés) pour 5 632 000 km2, Bali est donc l’une des destinations les plus emblématiques de l’Asie, attirant chaque année touristes sac au dos, plongeurs ou adeptes du grand luxe, depuis le monde entier.

Si je devais citer les grands thèmes qui m’attirent invariablement vers cette île lors de chaque voyage, ce serait les suivants (dans le désordre) et je vous le démontre en photos :

Les paysages de Bali : plages, rizières, montagnes, volcan,… Tous les paysages de l’Indonésie sont rassemblés sur cette île dont les touristes ne fréquentent pour la majorité que les plages du Sud et la presqu’île de Nusa Dua.

Vous voyez ici la baie de Amed, réputée pour ses plongées à faible profondeur, et pour les bacs de sel (en bois) qui sèchent au soleil. Et puis la falaise de Uluwatu, que vous admirez au coucher du soleil avec la silhouette des temples en ce lieu sacré (animé par les singes macaques !). La très célèbre plage de Kutah (ou Kuta, selon les orthographes fantaisistes) : l’une des plus fréquentées sur l’île, et très appréciée des surfeurs. Et malgré l’essor du tourisme l’agriculture reste le premier employeur du pays (ici les rizières au centre de Bali dans la région de Ubud, et les libellules qui y pullulent).

Les hommes et les femmes de Bali : leur sens de l’accueil, leur sourire et leur approche de l’autre. Même si en certains endroits très touristiques comme à Kutah vous pourrez ressentir un léger harcèlement vis-à-vis du visiteur (considéré comme pourvoyeur de dollars). Sortez des grands sites classiques et allez à la rencontre des Balinais dans les villages reculés, dans les rizières, près du Mont Agung (le point le plus élevé de Bali).

Les traditions à Bali : qu’il s’agisse de procession funéraire ou d’un mariage, d’une célébration religieuse ou de danses rituelles, vous ne pourrez qu’être séduit(e) par le nombre de manifestations sur l’île qui témoignent du respect de la religion et de cette culture d’origine indienne et asiatique.

Ici, une procession funéraire dans les rues de Kutah. Puis une femme triant les cendres d’un défunt après une cérémonie de crémation sur la plage de Kutah.  Et les prières sur la plage de Kutah pour accompagner les cendres du défunt qui vont être dispersées sur la mer.

La cuisine savoureuse et parfumée de Bali : crevettes, poissons, poulet,… Des produits locaux préparés sobrement (souvent grillés) et agrémentés de sauces relevées et parfumées et de petits à côté qui font de chaque plat une découverte. Je cherche un bon livre de cuisine balinaise, n’hésitez pas à m’en donner les références si vous en avez ! Pour l’instant je n’ai rien trouvé de convaincant sur le web.

Voici les délicieuses brochettes de poulet sauce satay (une sauce d’origine malaisienne dit-on, aux cacahuètes), accompagnées de riz blanc. Puis, un plat simple et traditionnel, le mie goreng : des nouilles frites avec quelques légumes et agrémentées de poulet, crevettes, porc,… Choisissez !

La faune et la flore de Bali : oiseaux, serpents, singes,… En liberté, ou dans les parcs animaliers. J’y ai vu pour la première fois des oiseaux de paradis (en parc animalier mais avec possibilité d’entrer dans la volière), avant d’en voir quelques mois plus tard en Afrique australe en liberté.

Même si j’en déplore l’existence les parcs animaliers (zoos) de Bali vous permettront de découvrir des espèces dont vous ignorez l’existence et c’est aussi l’occasion d’y voir rassemblés un bon échantillon de la faune de l’archipel indonésien tout entier.

Malgré moi donc je vous recommande la visite du Taman Burung Bali Bird Park et du Bali Zoo Park, situés à une heure de route au-dessus de Semyniak. Pour ceux qui ne peuvent se rendre jusqu’à Komodo c’est l’occasion d’y observer les célèbres varans, et de jouer (de loin !) avec un orang-outang qui a un regard plus humain que nature !

Voici quelques plumes de perroquet, l’oiseau de paradis, un bébé python (dans son vivarium) même si le cobra royal et le python réticulé font partie des serpents répertoriés sur le sol balinais (pas forcément en zoo !), et des coqs teints avant le combat (illégal ici aussi mais…). Enfin les macaques sont un peu partout présents sur le sol indonésien ; libres, ils font partie de la visite des temples de Uluwatu à Bali.

L’art à Bali : danses, architecture, sculptures sur bois ou pierre, gravures, peinture, musique,… L’art détient une grande place dans la vie quotidienne des Balinais. Chacun de vos déplacements à l’intérieur de l’île sera prétexte à visiter des temples, faire des offrandes aux dieux, ou participer à des réjouissances familiales.

Un soir, en balade nocturne dans un village près d’Amed (à l’Est), j’ai été invitée à m’asseoir dans le cercle des villageois qui assistaient aux cérémonies de mariage d’une famille : des danses toute la nuit, exécutées par hommes et femmes qui se relayaient sur chaque nouvel air de musique jouée par leurs frères, cousins, oncles,… Un vrai moment magique.

Sur les photos suivantes, l’art d’inspiration indienne et asiatique transparaît sur tous les bâtiments balinais, y compris les temples. Des championnats internationaux de cerf-volants sont organisés chaque année à Bali qui se positionne en tête du classement. Enfin la danse balinaise est l’un des spectacles les plus recherchés de Bali. Dans les hôtels ou lors d’une fête familiale, vous en verrez facilement.

Découvrir Bali est un voyage quasi initiatique. Bien sûr il y a l’atmosphère post-années 70 avec une ambiance surf / tatouage / fumette en soirée sur la plage de Kutah.

Bien sûr il y a les restaurants en enfilade et les hôtels de Semyniak.

Bien sûr il y a toutes les ruelles bourrées à craquer d’échoppes minuscules (ou moins) qui vendent 1 € les 10 sets de table achetés à prix d’or dans n’importe quel magasin ethno à Paris.

Il y a aussi le Hard Rock Café, Mac Do, et d’excellents restaurants japonais.

Mais il y a surtout le souffle du vent dans les tiges de riz avant la moisson. Il y a le brouillard sur les montagnes au coeur de l’île. Il y a le parfum âcre de l’encens devant chaque autel, dans chaque jardin. Il y a le couinement des chauves-souris dans les grottes. Et le crissement du sable sous vos pas sur la plage d’Amed.

Il y a cette débauche de couleurs sur les paréos brodés et les batiks vendus sur la plage.

Il y a la saveur douce des cacahuètes dans toutes les sauces onctueuses pour accompagner vos brochettes et adoucir le piment.

Il y a le regard timide mais curieux d’une Balinaise à peine sortie de l’enfance et qui envie vos cheveux blonds tandis que vous admirez ses cheveux de geai.

Il y a des plongées inoubliables, qu’on aimerait refaire chaque année, pour revoir les oursins fluo et les hippocampes pygmées.

Il y a tout le charme de l’Asie et des populations qui ont réussi à conjuguer tourisme avec respect des traditions.

Quand irez-vous à Bali ?…

Envie d’en apprendre davantage sur mes voyages et ma vie en Indonésie ? Voici quelques pistes à explorer :

Cet article a été publié une première fois en août 2010 sur mon blog de voyages Un Monde Ailleurs (2004-2014), blog qui n’est plus en ligne. Les articles re-publiés ici le sont s’ils présentent à mes yeux une valeur émotionnelle ou s’ils offrent un intérêt informatif pour mes lecteurs. Ils sont tous rassemblés sous le mot-clé « Un Monde Ailleurs ». J’ai ajouté davantage de photos à ces articles en les re-publiant mais malheureusement il a été impossible de réintégrer les commentaires liés à ces articles, seul le nombre de commentaires est resté indiqué.

Rédiger et illustrer un site web ou un blog représente des heures, des années de travail. Prélever sur Internet sans autorisation préalable des photos ou des textes (tout ou partie) est une violation des droits d’auteur. Des outils permettent de dénicher facilement les « emprunteurs » et de les poursuivre (dans le pire des cas), ce sont d’ailleurs souvent les lecteurs qui nous alertent. Si vous souhaitez utiliser un extrait d’article ou une photo n’hésitez pas à demander depuis la page Contact sur ce site. Merci pour votre compréhension.

N'hésitez pas à commenter ou à poser des questions, j'y réponds volontiers :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.