Malaisie, pêcheurs de Langkawi

Une blogueuse voyage se doit de diffuser de l’information pratique, certes. Cependant mon instinct me dicte aussi de partager avec vous régulièrement quelques éléments de poésie liés à la découverte d’une culture.

Hier soir le directeur de l’hôtel Tanjung Rhu Resort m’expliquait qu’il avait reçu 1000 Français dans son hôtel en 2011, déjà 460 en 2012. Et ce n’est qu’une faible proportion des nombreux francophones qui ont découvert le potentiel touristique de l’archipel de Langkawi en Malaisie au cours de la dernière décennie. 

L’archipel de Langkawi s’étend sur une surface de 500km2 à la pointe Nord-Ouest de la Malaisie, en lisière des eaux territoriales de la Thaïlande.

Doté d’un eco-système exceptionnel (forêt primaire favorisant une faune rare, chutes d’eau, lac intérieur,…) et de roches géologiques vieilles de plusieurs millions d’années, l’UNESCO lui a attribué le classement « Geopark » pour encourager sa préservation.

Le développement économique de Langkawi est très récent et ce n’est qu’à compter de la fin des années 1990 que les hôtels ont commencé à fleurir en faveur d’un tourisme haut de gamme : des eaux vertes et calmes, des plages de sable fin ont attiré les visiteurs en recherche d’activités de nature que le gouvernement n’a pas tardé à développer.

Sur Langkawi vous ne vous ennuierez pas : plongée sous-marine ou promenades aquatiques en masque et tuba, mais aussi randonnée, cable-car, pont aérien surplombant la canopée, canoe ou kayak dans la mangrove et autres promenades en mer occuperont vos congés si vous vous lassez des plages interminables bordées de palmiers ou de forêts de casuarinas.

Trois îles sur les 99 que compte Langkawi sont habitées, une seule a développé son activité touristique. Depuis l’île principale de Langkawi (qui tire son nom de « helang » en malais et « kawi » en sanscrit = aigle de marbre) vous partirez vers certaines autres îles pour y passer la journée en bord de plage, pour observer les aigles blancs et autres aigles de mer, pour approcher des singes et des oiseaux. Attention à vos lunettes de soleil perchées sur le haut de votre crâne car les singes peuvent se montrer chapardeurs !

La région de Langkawi est souvent surnommée « les îles de légende » car, à en croire les habitants, chaque bosse du relief, chaque baie, chaque îlot a sa propre légende issue de la mixité culturelle de la population.

Ainsi hier je me suis rendue jusqu’au lac intérieur d’eau douce de l’île de Pulau Dayang Bunting : un lac d’eau douce que vous atteindrez par une volée de marches, encerclé par des montagnes couvertes d’une épaisse forêt plusieurs fois millénaire. Attention à la montée : si l’escalier est très praticable, avec la chaleur excessive accordez-vous une allure réduite !

La légende du lac prétend qu’une jeune princesse enceinte aurait perdu là son bébé nouveau-né. Depuis, toutes les jeunes femmes qui espèrent concevoir viennent nager dans les eaux du lac et boire un peu de cette eau pour devenir maman plus rapidement. Les croyances perdurent, je l’ai constaté de mes yeux, et sur le chemin du retour le skipper de mon petit bateau à moteur m’a montré du doigt le haut des montagnes de cette île : un profil de femme enceinte… Regardez :

Malaisie, légendes de Langkawi, lac Dayang Bunting

Pendant ce fabuleux voyage en Malaisie je suis souvent confrontée ainsi aux croyances et aux légendes liées à l’histoire et ainsi à la culture de ce pays du Sud-Est asiatique.

J’avais juste envie ce soir de partager un peu de cette poésie avec vous. 🙂

Envie d’en apprendre davantage sur mes voyages en Malaisie ? Je vous suggère de cliquer sur les liens suivants :

Cet article a été publié une première fois en mai 2012 sur mon blog de voyages Un Monde Ailleurs (2004-2014), blog qui n’est plus en ligne à ce jour. Les articles re-publiés ici sont tous rassemblés sous le mot-clé « Un Monde Ailleurs ». J’ai ajouté davantage de photos à ces articles en les re-publiant mais malheureusement il a été impossible de réintégrer les commentaires liés à ces articles, seul le nombre de commentaires est resté indiqué.

Rédiger et illustrer un site web ou un blog représente des heures, des années de travail. Prélever sur Internet sans autorisation préalable des photos ou des textes (tout ou partie) est une violation des droits d’auteur. Des outils permettent de dénicher facilement les « emprunteurs » et de les poursuivre (dans le pire des cas), ce sont d’ailleurs souvent les lecteurs qui nous alertent. Si vous souhaitez utiliser un extrait d’article ou une photo n’hésitez pas à demander depuis la page Contact sur ce site. Merci pour votre compréhension.

N'hésitez pas à commenter ou à poser des questions, j'y réponds volontiers :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.