Bali, oiseau de paradis © Marie-Ange Ostré

Les oiseaux sont partout à Bali, on les entend en permanence même dans les bourgades au traffic routier intense. Pourtant mieux s’éloigner un peu dans le centre et surtout le Nord de l’île pour réussir à les voir. 

Je le sais, je me fais rare… Mais c’est parce qu’ici, en Indonésie si quelques connexions existent, elles sont souvent en 56 Kbps ou 128 au mieux… Alors il est très difficile de me connecter sur ce blog, et encore plus de télécharger des photos. A moins d’y passer deux ou trois heures (pour 6 photos !). Mais ce soir, j’insiste un peu, et voici deux notes d’un seul coup.

Les oiseaux ne m’intéressent guère, en général je préfère ce qui évolue sous l’eau. Mais quelques fois, la beauté ou l’étrangeté d’un site ou d’un animal interpelle la photographe que je suis et… un cliché, puis deux, puis dix.

Il faudrait que je mette en ligne un album spécial pour ces oiseaux photographiés un peu partout dans le monde. Peut-être en septembre, quand nos tournages seront terminés et que j’aurai un peu plus de temps pour trier les milliers de photos faites en un an ? Mais pour l’instant, et pour faire plaisir aussi à l’un des membres de ma famille qui se reconnaîtra, voici quelques photos extraites de ma production de la semaine dernière.

En tête de cette publication, un portrait serré d’un oiseau de paradis, d’Indonésie. Je vous en avais déjà montré un en octobre, mais sur cette photo on distingue une particularité : un « faux oeil », reproduction du dessin de son oeil sur les plumes qui surplombent la naissance de son bec. Il existe sans doute une explication à ce phénomène qu’un ornithologue saurait nous fournir. Et si vous avez de bons yeux, vous apercevrez sa langue toute fine !

Et voici un paon blanc. Je ne savais même pas qu’un paon pouvait être immaculé. Il est originaire d’Inde ou de Sri Lanka. Et le fier animal a eu la bonne grâce de se pavaner (sic) quelques rares secondes sous mes yeux, à Bali. Je vous en fais profiter.

Bali, paon blanc © Marie-Ange Ostré

Ci-dessous, un goura scheepmakeri, en latin, Goura de Sheepmaker en français, ou blue crowned pigeon en anglais. Cet étrange oiseau, gros comme une petite dinde, est originaire de Nouvelle-Guinée (la Nouvelle-Guinée est située tout au bout de l’île du même nom qui comprend aussi les provinces d’Irian Jaya et de Papouasie, indonésiennes elles). Ce volatile me fait penser à une vieille lady chapeautée !…

Bali, goura de Sheepmaker © Marie-Ange Ostré

J’ai aussi un portrait de perroquet que je trouve correct, je vous l’offre ainsi que quelques vues des oiseaux ci-dessus mais en entier cette fois :

Ces oiseaux ont été photographiés dans une réserve animalière, le Bali Bird Park. Non, je n’aime pas ce genre de lieu où l’on retient les animaux. Mais oui, certaines réserves (je refuse d’écrire « zoo ») peuvent être utiles pour la préservation des espèces (reproduction à l’abri des prédateurs, surtout humains) et pour les soigner (de plus en plus). D’autres prétendent aussi que ces réserves sont un excellent moyen de montrer les espèces aux enfants pour leur apprendre plus tard à les respecter et à les protéger.

Quoiqu’il en soit je voulais vous montrer ces quelques photos très colorées, très exotiques, pour vous offrir une bulle d’évasion pour quelques minutes.

Cet article a été publié une première fois en juillet 2007 sur mon blog de voyages Un Monde Ailleurs (2004-2014), blog qui n’est plus en ligne aujourd’hui. Les articles re-publiés sur ce site le sont s’ils présentent à mes yeux une valeur émotionnelle ou s’ils offrent un intérêt informatif pour mes lecteurs. Ils sont rassemblés sous le mot-clé « Un Monde Ailleurs ». Malheureusement il a été impossible de réintégrer les commentaires liés à cet article, seul le nombre de commentaires est resté indiqué.

Rédiger et illustrer un site web ou un blog représente des heures, des années de travail. Prélever sur Internet sans autorisation préalable des photos ou des textes (tout ou partie) est une violation des droits d’auteur. Des outils permettent de dénicher facilement les « emprunteurs » et de les poursuivre (dans le pire des cas), ce sont d’ailleurs souvent les lecteurs qui nous alertent. Si vous souhaitez utiliser un extrait d’article ou une photo n’hésitez pas à demander depuis la page Contact sur ce site. Merci pour votre compréhension.

N'hésitez pas à commenter ou à poser des questions, j'y réponds volontiers :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.