La Réunion, volcan Piton de la Fournaise (cratère Formica Leo) © Marie-Ange Ostré

On ne vient pas sur l’île de La Réunion sans rendre visite au volcan le plus célèbre de France : le Piton de la Fournaise, l’un des plus actifs au monde.

Île de La Réunion, janvier 2010. Il fait 32° sur les plages de l’Ouest et nous sommes pourtant en pleine purée de pois à 08h du matin lorsque j’aborde la Plaine des Sables pour accéder au volcan du Piton de la Fournaise.

Une petite pause pour prendre 2 ou 3 photos rapidement, le temps d’une fine pellicule humide sur l’objectif du Canon puis nous remontons en voiture.

Pour ma soeur, c’est une première : elle n’a jamais vu de volcan, et elle découvre TOUT de La Réunion depuis déjà 10 jours. Souvent, elle reste sans voix devant les paysages grandioses. La connaissant, c’est dire l’ampleur de son émerveillement…

Au volant de ma 206 de location je descends prudemment au creux de la Plaine des Sables, cette immense cuvette que j’ai toujours admirée pour ses paysages lunaires : un sol poudreux constituée de scories, de pierres volcaniques et de magma solidifié puis érodé au fil des siècles. La Plaine des Sables m’évoque toujours ces images noir et blanc de juillet 1969 avec cet astronaute foulant une fine poussière grise sur fond de paysage rocheux effrité.

Sauf qu’ici sur La Réunion, c’est une bichromie en rouge et noir, à perte de vue.

À côté de moi ma soeur attrape le 500D. Prises au jeu toutes les deux et décidées à nous amuser malgré le temps qui bouche totalement le paysage nous piquons des crises de rire tandis qu’elle filme tout ce qu’elle peut.

Depuis quelques semaines en effet je me demande si je ne vais pas me lancer dans des séquences live pour apporter un peu d’animation supplémentaire à mes récits, alors nous enchaînons des prises de vue à la Nicolas Hulot. Mais comme beaucoup de lectrices ici je n’aime pas me voir en image et les prises de vue manquent donc de naturel tant je suis crispée devant l’objectif !

Après y avoir vécu deux ans et après tant de voyages successifs sur l’île de La Réunion je ne peux lui rendre visite sans venir saluer chaque fois son volcan qui culmine à 2 632 mètres. Si la majorité est capable de situer les Antilles de l’autre côté de l’Atlantique, combien de Français savent que notre île de l’océan indien possède l’un des trois volcans les plus actifs de la planète après le Kilauea d’Hawaï et l’Etna en Italie ?…

Depuis la colonisation de l’île au XVIIème siècle on a dénombré plus de 150 éruptions pour La Fournaise.

Les dernières éruptions du Piton de la Fournaise datent de novembre et décembre 2009, nous sommes en janvier 2010 et il était en activité il y a tout juste quelques jours. Je sais que nous ne pourrons pas approcher le cratère Dolomieu (comme je l’avais fait en 2002) du fait de cette éruption trop récente et de l’effondrement de son cratère, mais j’aimerais au moins que ma soeur puisse admirer le volcan depuis le Pas de Bellecombe.

Carte du volcan Piton de la Fournaise © Eric Gaba

Carte : Eric Gaba, pour Wikipedia.

Pourtant, après avoir parcouru les quelques kilomètres de piste cahoteuse qui traverse la Plaine des Sables force est de reconnaître que nous avons mal choisi notre jour pour rendre visite au volcan : le brouillard est bel et bien installé comme un couvercle de plomb sur tout le territoire. Malgré une pluie fine qui tombe désormais de façon ininterrompue nous décidons de sortir de la voiture et de faire au moins la ballade qui mène jusqu’à l’extrémité Ouest du Pas de Bellecombe.

Dans de telles conditions climatiques il serait hasardeux de descendre à l’intérieur de l’Enclos Fouqué même si j’aperçois quelques silhouettes sur les pentes du petit cratère aux couleurs volcaniques, le Formica Leo.

Par beau temps il est déjà peu recommandé de s’aventurer dans l’Enclos après 15h puisqu’en toute saison le brouillard peut tomber très vite sur les hauteurs du volcan.

Chaque année, malgré un balisage très efficace, des visiteurs s’égarent dans l’Enclos. En avril 2002 après avoir contemplé la couverture de nuages depuis le sommet d’une crevasse bien au-delà du cratère Dolomieu nous avions, avec mon frère et mon fils, redescendu la pente du volcan à toute vitesse afin de ne pas nous laisser enfermer dans un épais brouillard qui s’était installé brutalement malgré un temps splendide.

Armées d’une bonne volonté à toute épreuve nous longeons les Remparts de Bellecombe surplombant l’Enclos de 100 à 400 mètres de haut en nous enfonçant malgré tout sur le chemin qui mène plus loin vers le Nord entre des buissons ras et de petits arbustes.

Trente minutes plus tard nous rebroussons chemin, trempées de la tête aux pieds : les prises de vue sont difficiles et je protège mes appareils autant que possible en les dissimulant sous une fine polaire qui ne suffit plus.

Si ma soeur aperçoit quelques lambeaux de paysage quand les voiles de brouillard se déchirent, elle ne verra pourtant jamais la pointe du cratère Dolomieu par-delà l’Enclos.

Contraintes d’abandonner là cette première visite au volcan, nous remontons en voiture et prenons le chemin du retour sur une Plaine des Sables dont la visibilité augmente pourtant petit à petit. Pire, lorsque nous atteindrons la route  départementale quarante minutes plus tard des pans de ciel bleu s’installent derrière nous comme si le micro-climat nous tirait la langue.

Je me souviens qu’en août 2003 tandis que je vivais encore sur l’île il avait neigé pendant 2 ou 3 jours : les Réunionnais faisaient des heures de route pour admirer le fin voile blanc sur la Plaine des Sables par une température polaire.

Notez bien qu’en août sur La Réunion c’est l’hiver austral qui sévit, avec des vents soufflant parfois jusqu’à 80 km/heure remontant en ligne droite depuis les Terres Australes et un record de – 5° enregistré au gîte de Bellecombe en septembre 1975. Naturel, mais étrange pour une île située sous les Tropiques n’est-ce pas ?

Sur les plages néanmoins et à la même période vous bénéficierez de températures flirtant avec les 23° tandis qu’elle peut descendre à 12° dans les Hauts. Pour conclure, La Réunion est une île aux paysages très diversifiés qui profite d’une végétation et d’une flore intéressante tout au long de l’année grâce à la multitude de micro-climats qui règnent ici.

J’ai fait un petit montage vidéo de quelques séquences tournées ce jour-là en janvier et je vous le propose ci-dessous. Même sans soleil La Réunion reste belle.

Pour vous permettre de voir malgré tout le volcan sous le soleil voici quelques photos que j’avais prises lors de ma première randonnée jusqu’au cratère Dolomieu en avril 2002 (avec un appareil photo de faible résolution numérique à l’époque). J’étais accompagnée de mon fils et de mon frère. Vous constaterez qu’au sommet on peut y surplomber les nuages, jusqu’à apercevoir l’horizon.  Les voici :

Gardez en mémoire qu’une randonnée sur le volcan ne s’improvise pas : il faut une bonne condition physique (ne serait-ce que remonter depuis le fond de l’Enclos jusqu’en haut du Pas de Bellecombe), une bonne paire de chaussures de marche (le sol se dérobe sous vos pas à  l’approche du sommet), de l’eau, un couvre-chef (chapeau ou casquette), crème solaire, et un pique-nique léger pour recharger les batteries en accédant au sommet.

D’autre part, encore une fois, méfiez-vous du brouillard qui même en belle saison peut d’un coup recouvrer tout l’Enclos dès 15h (vécu).

Ma soeur a conservé malgré tout un bon souvenir de sa visite du volcan et de ses environs immédiats. Même si nous n’avons pas eu de chance cette fois-ci, elle a quitté l’île dix jours plus tard en promettant de revenir très vite. Pour en découvrir davantage, et pas toute seule.

Envie d’en apprendre davantage sur ma vie et mes nombreux voyages sur l’île de La Réunion ? Voici quelques pistes à explorer :

Cet article a été publié une première fois en août 2010 sur mon blog de voyages Un Monde Ailleurs (2004-2014), blog qui n’est plus en ligne aujourd’hui. Les articles re-publiés sur ce site le sont s’ils présentent à mes yeux une valeur émotionnelle ou s’ils offrent un intérêt informatif pour mes lecteurs. Ils sont rassemblés sous le mot-clé « Un Monde Ailleurs ». J’ai ajouté davantage de photos à ces articles en les re-publiant mais malheureusement il a été impossible de réintégrer les commentaires liés à ces articles, seul le nombre de commentaires est resté indiqué.

Rédiger et illustrer un site web ou un blog représente des heures, des années de travail. Prélever sur Internet sans autorisation préalable des photos ou des textes (tout ou partie) est une violation des droits d’auteur. Des outils permettent de dénicher facilement les « emprunteurs » et de les poursuivre (dans le pire des cas), ce sont d’ailleurs souvent les lecteurs qui nous alertent. Si vous souhaitez utiliser un extrait d’article ou une photo n’hésitez pas à demander depuis la page Contact sur ce site. Merci pour votre compréhension.

N'hésitez pas à commenter ou à poser des questions, j'y réponds volontiers :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.