île Maurice, anémone de mer

Plonger à l’île Maurice au mois d’août, est-ce vraiment une bonne idée ? Tout dépend de l’épaisseur de votre cuirasse ! Je vous raconte…

Trou aux Biches, île Maurice. Deux plongées hier, et deux aujourd’hui. Pas trois ! L’eau est trop froide pour moi ! Hier je suis remontée sur le bateau après la seconde plongée à demi congelée tellement je grelottais. Alors pourquoi une plongée en août à l’île Maurice ?!

Ici, c’est l’hiver, l’eau doit être à 22°… Résultat, les poissons sont un peu moins nombreux (mais il en reste tout de même assez pour se faire plaisir).

Hier, à onze heures, j’ai accompagné tranquillement des baptêmes. Avoir le temps d’observer les lèvres indigo et or d’un bénitier fiché dans le corail, de retourner les coquillages cônes (ne le faites pas, ce n’est pas bien !), d’en grattouiller l’une des pattes oranges et velues sur le bord qui appartient en fait à un bernard-l’ermite, de constater qu’une étoile de mer orange peut très bien continuer à se déplacer sur du corail avec seulement quatre branches, c’est la belle vie…

Quatorze heures, plongée sur l’épave du Stella Maru, un ancien chalutier japonais coulé par 25 mètres sur un fond sableux pour créer un récif corallien. J’aime cette épave, et j’ai du plonger cinquante fois dessus ; l’eau était un peu chargée en suspensions.

Peu de poissons cette fois sur ou contre l’épave, mais autour !… Un vrai jardin d’Eden, du corail sous toutes ses formes, somptueux ! Alcyonnaires rose, bleu lavande, moutarde, corail-patate (ou corail-cerveau en Martinique), plateaux de coraux, un champs d’anémones (photo) et leurs poissons dominos (petits triangles noirs aux points blancs).

Et puis des bébés partout ! Des bébés chirurgiens tout bleus, des bébés dominos, des bébés pteroïs (petites rascasses rouges), des petits partout, en groupe, en ballets…

Un poisson-pierre dissimulé dans le sable, et on s’éloigne du dangereux animal…

Une anguille de sable que j’avais déjà vue au même endroit il y a trois mois.

Un beau turbot paon aux points bleus qui s’enfuit sous nos yeux, également appelé sole par de nombreux plongeurs, d’au moins quarante centimètres.

Bref, une belle plongée…

Mais je suis remontée en me tenant les bras croisés sur la poitrine pour m’empêcher de trembler. Palier de 3 minutes à 3 mètres qui semble interminable. Et d’ailleurs cette fois j’ai atteint la réserve, à trop téter le détendeur sous les tremblements et l’effort fourni pour me réchauffer… J’ai fini sur 5 litres d’air, pas terrible pour une bouteille de douze litres et 45 minutes de plongée avec la petite pointe à 25 mètres. J’étais gelée !

Tellement, qu’à peine remontée sur le bateau je me suis changée immédiatement et j’ai enfilé mon petit gilet de laine. En août je souffre de l’hiver austral !

(extrait de mon journal de plongée, 18 août 2001)

Envie d’en apprendre davantage sur mes nombreux voyages sur l’île Maurice ? Voici quelques pistes à explorer :

Cet article a été publié une première fois en juin 2006 sur mon blog de voyages Un Monde Ailleurs (2004-2014), blog qui n’est plus en ligne. Les articles re-publiés ici le sont s’ils présentent à mes yeux une valeur émotionnelle ou s’ils offrent un intérêt informatif pour mes lecteurs. Ils sont tous rassemblés sous le mot-clé « Un Monde Ailleurs ». J’ai ajouté davantage de photos à ces articles en les re-publiant mais malheureusement il a été impossible de réintégrer les commentaires liés à ces articles, seul le nombre de commentaires est resté indiqué.

Rédiger et illustrer un site web ou un blog représente des heures, des années de travail. Prélever sur Internet sans autorisation préalable des photos ou des textes (tout ou partie) est une violation des droits d’auteur. Des outils permettent de dénicher facilement les « emprunteurs » et de les poursuivre (dans le pire des cas), ce sont d’ailleurs souvent les lecteurs qui nous alertent. Si vous souhaitez utiliser un extrait d’article ou une photo n’hésitez pas à demander depuis la page Contact sur ce site. Merci pour votre compréhension.

N'hésitez pas à commenter ou à poser des questions, j'y réponds volontiers :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.