Sydney pont Harbour Bridge

Le pont Harbour Bridge à Sydney est moins célèbre que l’opéra mais tout autant immanquable, vous le verrez partout ! 

Monter sur le pont Harbour Bridge à Sydney relève souvent du fantasme : cette immense ossature métallique qui traverse la baie juste en face de l’opéra de Sydney est superbe de nuit, mais de jour sa structure rappelle celle de notre bonne vieille tour Eiffel. Néanmoins de nombreux touristes montent sur le pont, pour profiter de la meilleure vue sur le célèbre opéra de Sydney.

Il existe 4 façons de traverser le pont : à pied, en train, en voiture, ou à vélo. Je l’ai traversé en voiture pour partir explorer les plages du Nord de Sydney (dont je vous reparlerai sous peu), en train pour visiter d’autres quartiers au Nord, et à pied pour l’expérience et la vue.

Si vous souhaitez traverser le pont à pied je vous recommande de prendre le train par exemple à la station Central Station située à Town Hall en centre ville. Achetez un ticket grâce aux distributeurs automatiques dans la gare pour un seul passage sur la ligne Northern Line, descendez trois stations plus tard à la station Milson’s Point (environ 10mn de trajet), sortez de la gare sur votre gauche et descendez la rue jusqu’aux escaliers qui permettent de monter sur le pont.

Inauguré le 19 mars 1932 le pont Harbour Bridge permet aux 40 millions de passagers par an de traverser la baie autrement qu’en ferry. Le Harbour Brigde a coûté 40 millions de dollars australiens et a nécessité 1 400 ouvriers pendant neuf ans (16 d’entre eux y ont laissé leur vie). C’est un pont à 8 voies, deux lignes de chemin de fer, une voie destinée aux cyclistes et un passage dédié aux piétons. Le pont culmine à 134 mètres au-dessus du niveau de la mer.

Ce qui me rebute chaque année c’est que vous n’avez pas le droit d’emporter votre appareil photo ni votre smartphone…

Traverser à pied en ce sens, Nord vers Sud (face à l’opéra) ne vous prendra qu’à peine 30 minutes même en comptant un ou deux arrêts pour prendre quelques photos de la baie. Si le passage est totalement grillagé afin d’éviter toute chute d’objet (vivant ou non), vous pourrez glisser votre objectif à travers un mince interstice ouvert entre la rambarde et le cadre du grillage. Ça limite les angles de prises de vue (et c’est un peu plus compliqué encore avec un iPad) mais c’est mieux qu’en certains endroits spectaculaires du monde où l’on vous enferme derrière des vitres ou des grilles, interdisant toute photo digne de ce nom (comme par exemple du haut de la tour CN à Toronto).

pont Harbour Bridge Sydney

En atteignant le pylône sud-est vous pourrez aussi choisir de grimper les 200 marches situées à l’intérieur du pylône pour visiter le petit musée et profiter d’une vue plus élevée. Le temps plutôt gris ne promettant aucune jolie photo en perspective j’ai épargné les frais d’entrée et je me suis dirigée vers une volée de marches un peu plus loin qui permet de redescendre vers le quartier The Rocks afin de retrouver le coeur de la ville et un accès direct à Circular Quay (pour les ferries et l’opéra).

Pratique : l’accès au musée et au sommet du pylône sud-est (escalier) coûte AU$11 pour un adulte, AU$6,50 pour un enfant de 5 à 12 ans. Ouvert 7 jours sur 7, de 10h à 17h. Le tarif étudiant n’est valable que pour les étudiants dotés d’une carte étudiant en Australie. Tarifs appliqués au 9 janvier 2013.

Les plus audacieux pourront grimper sur les structures métalliques du pont pour un tour qui dure en moyenne 3h30. Le tarif pour un adulte varie de AU$198 à AU$298, en semaine ou week-end (même tarif), celui-ci variant selon l’heure du jour (le plus cher correspondant au lever du soleil). Du 27 décembre au 4 janvier le tarif pour un adulte démarre à AU$238 (tarif de nuit) et culmine à AU$318 (aube). Ce tarif inclut la photo de groupe qui est prise en milieu de parcours, un certificat, une casquette et l’entrée au musée dans le pylone sud-est. Ces prix sont indicatifs et peuvent varier.

Sydney pont Harbour Bridge

Pourquoi je n’ai jamais fait cette expérience « Climb The Bridge » ? Chaque année je me promets de le faire. Je ne souffre d’aucun vertige, d’aucune appréhension. Au contraire le défi m’exciterait plutôt tout en sachant que cette mini-expédition est totalement encadrée, avec mousquetons et filins, aucun risque possible. Ce qui me rebute chaque année c’est que vous n’avez pas le droit d’emporter votre appareil photo ni votre smartphone, aucun sac non plus (enfermés à la consigne). Ainsi le seul souvenir que vous pourrez rapporter sera la photo de groupe, incluse dans le tarif de l’excursion, ou des photos supplémentaires que vous aurez demandé à l’avance pour votre petite famille uniquement.

Vue Circular Quay depuis Harbour Bridge

Vous souhaitez une photo souvenir de l’opéra au coucher du soleil ? Vous pourrez l’acheter en fin d’excursion, au magasin prévu à cet effet.

Je suis consciente du fait qu’une chute malencontreuse d’appareil photo peut s’avérer mortelle s’il croisait un bipède sur son passage. Prendre des précautions me paraît parfaitement justifié, mais en profiter pour faire payer aussi cher pour une photo de famille ou des photos prises par d’autres ?… Photographe dans l’âme, je me sentirais trop frustrée de ne pouvoir immortaliser à ma façon cette vue unique, surtout pour le prix exorbitant que représente cette « aventure ».

Au vu des prix exigés pour acheter ces photos prises depuis le pont du Harbour Bridge j’imagine qu’un beau contrat d’exclusivité a été signé entre la société qui gère la commercialisation du pont et le(s) photographe(s). Or ces paysages n’appartenant à personne en particulier je trouve cela plutôt injuste pour le touriste qui a traversé la moitié du monde ou presque pour visiter Sydney et qui a payé de surcroît aussi cher le fait de pouvoir monter sur ce pont. Le prix des photos que vous pouvez acheter sur place est aussi élevé, cette interdiction qui nous est faite de photographier me semble de ce fait davantage commerciale que sécuritaire. Alors jusqu’à présent je fais de la résistance.

pont Harbour Bridge Sydney

Je me suis contentée de traverser le pont à pied, et profiter d’une vue somme toute déjà satisfaisante (jugez-en par mes photos sur cet article, toutes prises pendant cette traversée du pont Harbour Bridge le mois dernier).

Climb The Bridge : la promenade s’étend sur 3h30 maximum, pour des groupes de 14 personnes. Il faut s’attendre à grimper et redescendre 1 332 marches au total, et vous êtes solidement encadré par une équipe d’accompagnateurs. La promesse : un panorama à 360° sur la baie de Sydney avec vue sur l’opéra et le quartier Darling Harbour, et une promenade à l’intérieur de la structure métallique. Réservez longtemps à l’avance surtout en fin d’année, par Internet : Climb The Bridge. Et venez en chaussures fermées, type baskets.

Opéra Sydney depuis Harbour Bridge

Si vous ne disposez que de 2 à 3 jours à Sydney sans doute est-il préférable de réserver une après-midi à profiter des plages Bondi Beach ou Manly Beach, accessibles toutes deux depuis Circular Bay dans Sydney grâce aux ferries. Le ferry en lui-même est une petite excursion agréable, contre une poignée de dollars, et vous aurez un aperçu du mode de vie des locaux.

Si vous profitez de plus de trois jours et que vous avez exploré musées, opéra (visitez l’intérieur), quartier The Rocks, centre ville et jardin botanique, prenez le train et traversez le pont à pied. Il ne vous en coûtera que le prix modique du ticket de train. Mais faites-le par un jour de grand beau temps, vous en profiterez davantage.

Envie d’en apprendre davantage sur mes voyages en Australie ? Voici quelques pistes à explorer :

Cet article a été publié une première fois en janvier 2013 sur mon blog de voyages Un Monde Ailleurs (2004-2014), blog qui n’est plus en ligne à ce jour. Les articles re-publiés ici sont tous rassemblés sous le mot-clé « Un Monde Ailleurs ». J’ai ajouté davantage de photos à ces articles en les re-publiant mais malheureusement il a été impossible de réintégrer les commentaires liés à ces articles, seul le nombre de commentaires est resté indiqué.

Rédiger et illustrer un site web ou un blog représente des heures, des années de travail. Prélever sur Internet sans autorisation préalable des photos ou des textes (tout ou partie) est une violation des droits d’auteur. Des outils permettent de dénicher facilement les « emprunteurs » et de les poursuivre (dans le pire des cas), ce sont d’ailleurs souvent les lecteurs qui nous alertent. Si vous souhaitez utiliser un extrait d’article ou une photo n’hésitez pas à demander depuis la page Contact sur ce site. Merci pour votre compréhension.

N'hésitez pas à commenter ou à poser des questions, j'y réponds volontiers :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.