Plongées Maldives Angsana VelavaruJe retrouve Mirta Moraitis au centre de plongée à 08:45, devant son Laboratoire Marin. Quelques questions sur mes aptitudes, je montre ma carte de qualification, et une signature plus tard me voici à bord du bateau traditionnel maldivien qui nous emporte au large, à trente minutes de navigation de l’hôtel Angsana Velavaru dans l’atoll de South Nilandhe-Dhaalu.

Je savais que je ne plongerai pas beaucoup en venant pour quelques jours à peine, je n’ai donc pas emporté mon équipement et le centre a mis à ma disposition palmes, gilet, et détendeur. Mais je ne plonge jamais sans mon masque ni mon ordinateur de plongée, qui faisaient donc partie de mes bagages au même titre que les appareils photo. Et pour la première fois depuis mes débuts en Martinique, me voici en shorty… Mirta me rassure : « l’eau est à 30° en ce moment !« .

Sur le bateau avec nous, un skipper et deux employés qui nous aideront à enfiler notre bouteille avant le grand saut, Ali le directeur maldivien du centre de plongée, et un père et son fils dont j’ignorerai la langue : ils montent à bord sans dire bonjour, se mettent dans un coin du bateau, plongent, remontent, repartent sans parler. Pas grave, je vais parler même sous l’eau avec Mirta !

Mirta n’est pas une femme, c’est un sourire, un immense sourire chez un petit bout de femme. Je ne connais pas son âge, je n’ai pas demandé puisqu’elle pétille d’énergie et qu’elle transmet son enthousiasme à la pelle. Je vais plonger avec elle tandis qu’Ali s’occupera des deux messieurs après nous avoir fait le brief de la plongée, dans le détail, carte du site à l’appui. Interdiction de descendre au-delà de 30 mètres (maximum autorisé aux Maldives), palier de 5 minutes à 3 mètres, on prévient à 100 bars, on remonte à 50. Classique. Questions ?… No, thanks !

Vite, à l’eau !…

Mirta est biologiste marin, mais c’est aussi une monitrice de plongée, et elle a gentiment emporté avec elle son Canon G10 sous caisson pour faire les photos d’illustration dont j’ai besoin pour publier sur Un Monde Ailleurs. Elle parle italien (sa mère est mi-italienne, mi-française), français, anglais et grec (son père). « Prête ? » me lance-t-elle avant de s’approcher du bord.

Saut droit, j’entre dans l’eau. Bonheur. Plaisir. Bien-être. Béatitude…

L’eau est chaude, bleue, limpide, douce…

Les trois autres plongeurs sautent derrière nous, et ensemble nous passons sous la surface pour descendre tranquillement vers le thila situé sous nos palmes quelques dix mètres sous la surface. Un nuage de snappers s’écartent sur notre passage et nous nous séparons bientôt en deux groupes, Ali et ses plongeurs, Mirta et moi.

Morphologie sous-marine des Maldives
Schéma de la morphologie sous-marine aux Maldives

Sur le bateau Mirta s’est assurée de ce que je cherchais sous l’eau : profondeur ? courant ? grosses bêtes ? Non, je plonge relax, je veux voir tout, du plus petit au plus gros. De toutes façons j’ai l’habitude de plonger au ras du sable ou des coraux et de lever le nez vers le large régulièrement, pour ne rien manquer. Et tout de suite Mirta couine dans son détendeur et me montre quelque chose du doigt. Je regarde, cherche, ne trouve rien d’autre que quelques coraux, des éponges encroûtées, de mini-gorgones à peine juvéniles. Je regarde de nouveau Mirta, elle comprend que je n’ai pas vu et retend le doigt : « là !« . J’écarquille les yeux, descend un peu pour approcher mon visage du sable : sans doute un mini-nudibranche ? une espèce microscopique que cette scientifique aux yeux afutés distingue alors que je n’y vois rien ?… Non, rien que des grains de sable et un coquillage conique qui n’a rien d’extraordinaire. Et soudain, je VOIS !

A moins d’un mètre de l’espace que je balayais du regard une tortue est posée sur le flanc du thila ! Elle est au repos, calme, tranquille, et nous surveille du coin de l’oeil. Je suis à moins d’une brasse d’elle et si je tendais la main je pourrais la toucher…

Tortue des Maldives

Je me tourne vers Mirta qui joue déjà avec les boutons de son caisson sous-marin et j’attends. Ma longue expérience avec un photographe sous-marin m’a appris la patience sous l’eau, je m’éloigne donc aussi discrètement que possible pour ne pas effrayer Dame Tortue et je laisse Mirta s’approcher jusqu’à ce que l’animal se soulève péniblement pour s’éloigner en quelques battements de patte, sans stress ni précipitation.

Puis vient la plongée, dans un paysage de coraux qui n’ont visiblement pas souffert de l’effet El Nino. Très vite Mirta me fait signe de scruter une gorgone fouet. Et je pense à mon amie Hélène qui tire le portrait régulièrement de ces mini-gobies qui colonisent ces lanières de corail : un tout petit poisson d’un centimètre de long se carapate dès que Mirta approche le doigt, mais tandis qu’il vire à droite pour échapper à nos masques indiscrets, un compère se présente tout émoustillé et prend la pose. Dix centimètres en-dessous, un troisième se défile déjà. Le Canon est braqué, éclat du flash, vérification sur l’écran arrière, et Mirta joue avec ses réglages avant de recommencer.

Autour de moi c’est un ballet de poissons-chirurgiens bleus qui virevoltent tous azimuts, fouillant dans le corail, faisant fuir les labres et autres demoiselles qui tentent de leur barrer le passage. Là, c’est un poisson-ballon qui s’éloigne presque à tire-d’aile, ici un baliste clown avec ses grosses taches rondes et blanches.

Nous avançons doucement toutes les deux, soucieuses de prendre notre temps et de ne rien rater. Mais nous rattrapons Ali qui attire l’attention de Mirta de loin, cette fois il semblerait que ce tout petit quelque chose ressemble à un nudibranche bien que la jeune femme ait annoncé hier qu’ils sont peu nombreux dans cette région des Maldives. Elle a fait sa thèse à Manado et nous avons comparé avec enthousiasme le nombre vu dans tous les coins du monde que nous avons explorés. Le nudibranche que nous montre Ali est minuscule, un centimètre de long, piqueté de blanc. Je me demande encore comment il a pu le repérer sur ce fond de sable !…

Nudibranche des Maldives, moins d'un centimètre de long

Nous poursuivons notre chemin, Ali et ses plongeurs en tête, Mirta et moi traînant derrière, scrutant chaque recoin, s’interpellant l’une l’autre pour ici un poisson-perroquet énorme, là un banc de chirurgiens, ailleurs des poissons-anges qui se battent sous de petites gorgones entre deux roches. Entre-temps Mirta mitraille d’étranges petites choses qui laissent perplexe la non-scientifique que je suis : photographie-t-elle des taches sur cette éponge jaune ? ou bien a-t-elle découvert une nouvelle espèce de gorgone ?… Elle m’a parlé hier d’une petite gorgone blanche, délicate, ourlée, qui est endémique de cette région des Maldives. Et il y a quelques mois une autre experte préparant une thèse sur les anémones de mer aurait découvert douze espèces non répertoriées en seulement 15 jours d’études sur les sites visités par le laboratoire marin de Mirta !

Banc de fusilliers aux Maldives

Je ne comprends pas tout, mais je la regarde travailler ardemment, volant de patate de corail en plateau circulaire, de surplomb rocheux en anfractuosité bien cachée. Elle flashe, recommence, repart, revient, me fait signe, me montre des ascidies, des étoiles de mer coussin dévoreuse de corail, un étrange de petit buisson que je vais apprendre à admirer en l’espace de 4 plongées seulement, et toute cette flore des fonds maldiviens que je n’avais pas observée ou vraisemblablement jamais vue.

En remontant tranquillement vers le haut du thila, ce petit plateau corallien à moins de dix mètres sous la surface, nous croisons de grands bancs de fusilliers, de lutjans, de snappers. Les couleurs s’entrechoquent, éclairs bleutés ou pyjamas jaunes, pour s’estomper dans le grand bleu que je scrute parfois pour y fouiller l’inconnu. Le « gros », celui que la plupart des plongeurs viennent chercher aux Maldives, ne s’est pas montré ce matin. Mais quelques loches bien grasses me laissent imaginer ce que je découvrirai dans moins d’une heure. Mais je vous le raconterai la prochaine fois…

Partir en vol direct depuis Paris avec… XL Airways
Mon hôtel aux Maldives… Hôtel Angsana Velavaru
Lire tous mes articles sur les Maldives Voir toutes mes photos sur les Maldives
[geo_mashup_map]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :