Montréal, bleuets marché Jean Talon

Découvrir la ville de Montréal en 48 heures c’est possible, vous tomberez comme moi sous le charme de cette ville qui mêle histoire et modernisme.

Je veux vivre à Montréal ! J’ai trouvé la rue idéale sur le Plateau Mont-Royal pour une maison en ville, avec un marché fantasmagorique à 4 stations de métro de là (le fabuleux marché Jean Talon) et ses peintures murales à proximité.

Je veux croiser chaque jour le sourire des Montréalais, et m’entendre dire « c’est avec plaisir ! » quand je remercie pour un renseignement donné à l’Européenne que je suis, ignorante du vin de glace et de ses subtilités de récolte (étonnamment doux et sucré ce vin de glace, à servir avec un foie gras ou un dessert !).

Je veux voir le reflet des immeubles de verre jouer avec les teintes de rose au couchant sous un ciel annonçant l’orage.

Je veux acheter le livre de cuisine que j’ai repéré tout à l’heure dans une boutique dédiée au sirop d’érable dans le Vieux-Montréal.

Je veux explorer davantage le musée d’Art Contemporain qui offre ces jours-ci aux visiteurs une surprenante exposition sur l’oeuvre du grand couturier Jean-Paul Gaultier, une exposition qui nous le rend encore plus sympathique. Superbes modèles, croquis, biographie, sur une étonnante mise en scène. À voir absolument si vous êtes de passage à Montréal !

Je veux entendre une Japonaise dans le métro parler français avec l’accent québécois !

Je veux jouer avec les écureuils dans le jardin devant la cathédrale.

Je vous le dis, je suis sous le charme !

Quelles sont les paroles de cette chanson de Robert Charlebois déjà ?…

« Je reviendrai à Montréaaaaal !… Dans un grand Boeing bleu de mer…« .

Je vous le dis, je suis sous le charme ! Et pourtant à l’heure où j’écris en fin de journée, je suis : é-pui-sée ! Voyez un peu :

Hier je me suis offert une journée de marche à travers la ville pour découvrir son architecture, ses quartiers différents, et son musée (je n’aurais pour rien au monde raté l’Exposition Jean-Paul Gaultier). Une mise en scène novatrice, avec projection de visages en hologrammes sur les mannequins qui s’en trouvaient animés. Et puis des modèles flamboyants, créatifs, souvent d’inspiration ethnique tel ce bustier rouge en raphia et tulle pour un hommage à l’Afrique qui a nécessité 163 heures de travail à lui seul (collection Printemps-Été 2005). J’ai admiré une robe de soirée brodée de perles qui a demandé 1060 heures de travail. De l’art qui n’a pas de prix.

Il me semble que cette exposition est itinérante, vous devriez donc avoir la possibilité prochainement d’aller y admirer ces créations à Paris. N’oubliez pas de cliquer sur les photos ci-dessous pour mieux voir les détails de ces robes extraordinaires.

En soirée j’ai assisté à une représentation du Roi Lion : féérique, flamboyant, émouvant. Et puis le public Montréalais est très bon public ! Ultra-sages, lorsqu’on leur annonce juste avant le spectacle : « les appareils-photos et vidéos sont interdits pendant le spectacle » , vous ne voyez pas un seul tricheur de toute la soirée ! Étonnant !…

Ensuite dîner au F Bar dans le quartier des spectacles, un restaurant tendance cuisine portugaise moderne : un peu bruyant en salle (un peu tard pour la terrasse pour moi sans soleil), mais cuisine délicieuse et surprenante. J’avais choisi une cassolette de morue fraîche sur un lit de fenouil et Parmentier de sardine. Léger, et parfumé !

Aujourd’hui… J’ai eu le plaisir de vous remercier tous sur mon mur Facebook en faisant un magnifique tour du monde grâce à mes lecteurs en ce jour anniversaire. MERCI à tous !

Ensuite j’ai exploré la ville toute seule cette fois, avec plan griffonné (j’avais noté toutes les adresses et quartiers qui m’avaient été recommandés par vous, lecteurs, ou par les représentantes de l’Office de Tourisme de Montréal). J’ai acheté un pass d’une journée pour les transports en commun, autant de trajets que vous le souhaitez (pour 8 CAN$ seulement) : je me suis rendue directement en métro vers le Vieux-Port pour apercevoir le Saint-Laurent (l’un des dix plus longs fleuves au monde et l’un des moins praticables, au vu de son courant impressionnant même à Montréal).

Puis j’ai déjeuné dans le Vieux-Montréal en évitant la poutine : non, décidément, je n’ai pas pu commander cette portion de frites arrosées d’une sauce brune et saupoudrées de fromage. Hyper-calorique ! J’ai opté sagement pour une brochette de poulet mariné accompagné d’une salade verte et croquante. Bien plus raisonnable, non ? Disons que c’était surtout plus malin : j’avais pour projet une longue marche pour l’après-midi.

J’ai repris l’autobus, ligne 55, et j’ai remonté toute l’avenue Saint-Laurent jusqu’au marché Jean Talon : surprise ! Jamais je n’aurais imaginé trouver au Canada un tel marché de couleurs ! Ce n’est pas un marché d’ailleurs, c’est presque une oeuvre d’art : ce marché fermier regroupe une majorité de maraîchers qui expose fruits et légumes en autant de tableaux. Présentés en petits paniers pré-pesés, les légumes rivalisent en taille, couleurs, variétés pour séduire. Le marché dont rêverait toute bonne cuisinière ! Un marché à vous rendre végétarienne tant le choix est vaste ! J’y ai acheté un sachet de canneberges (ces petits fruits rouges acidulés, cranberries en anglais) pour enrichir mes prochains brownies faits-maison, et une barquette de bleuets. Des bleuets produits au Québec. Allez, des myrtilles voyons ! Mais convenez que « bleuets » correspond davantage à leur apparence que… « myrtilles ». Ils ont raison ces Canadiens !

Ensuite j’ai repris le métro pour descendre vers le Plateau Mont-Royal pour déambuler dans les ruelles ombragées. Un quartier de charme, dans lequel je vivrais aisément : de petites maisons de rue, pimpantes, soigneusement entretenues, avec une ambiance vieille Angleterre. Ou vieux Boston. Choisissez ! Une guide locale charmante m’a signalé que Montréal serait la ville nord-américaine possédant le plus grand nombre de traces du passé depuis la colonisation du continent par les Européens. À vérifier, mais je la crois aisément tant on peut voir ici de ces architectures bien préservées.

Et maintenant il est temps pour moi de rejoindre le restaurant que j’ai choisi pour mon dernier soir à Montréal. Histoire de célébrer mon anniversaire avec un dîner spécial. J’ai droit au chocolat ce soir ? Oui ? Je vous raconterai !

Demain je pars pour le Nouveau-Brunswick où nature, mer et faune m’attendent. J’ai hâte de découvrir cette région dont je n’avais jamais entendu parler il y a trois mois !

Une autre province canadienne, un autre univers.

Envie d’en apprendre davantage sur mes voyages au Canada ? Voici quelques pistes à explorer :

Cet article a été publié une première fois en août 2011 sur mon blog de voyages Un Monde Ailleurs (2004-2014), blog qui n’est plus en ligne à ce jour. Les articles re-publiés ici sont tous rassemblés sous le mot-clé « Un Monde Ailleurs ». J’ai ajouté davantage de photos à ces articles en les re-publiant mais malheureusement il a été impossible de réintégrer les commentaires liés à ces articles, seul le nombre de commentaires est resté indiqué.

Rédiger et illustrer un site web ou un blog représente des heures, des années de travail. Prélever sur Internet sans autorisation préalable des photos ou des textes (tout ou partie) est une violation des droits d’auteur. Des outils permettent de dénicher facilement les « emprunteurs » et de les poursuivre (dans le pire des cas), ce sont d’ailleurs souvent les lecteurs qui nous alertent. Si vous souhaitez utiliser un extrait d’article ou une photo n’hésitez pas à demander depuis la page Contact sur ce site. Merci pour votre compréhension.

N'hésitez pas à commenter ou à poser des questions, j'y réponds volontiers :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.