Lac Louise, parc national de Banff © Marie-Ange Ostré

Dans la région de l’Alberta au Canada vous visiterez sans doute le parc national de Banff non loin de Calgary. N’oubliez pas d’aller admirer quelques lacs de toute beauté !

Au moment où le printemps en France n’en est encore qu’à de vaines promesses, quand nous rêvons déjà des longs week-ends du mois de mai, quand les vacances d’été s’esquissent au loin avec peine, j’oeuvre activement sur mon calendrier 2013 et je dessine les grandes lignes de ce que seront mes mois à venir. Il y a tout juste trois mois j’avais des projets de voyages mis en place, que je suis en train de faire voler en éclats avec beaucoup d’enthousiasme. Pourquoi ? Je vous le révélerai dans quelques semaines.

Aujourd’hui j’ai envie de revenir pour quelques minutes sur l’un des endroits que je rêvais de découvrir dans le monde, rêve exaucé à l’été 2012 : le parc national de Banff, en Alberta, province canadienne de toute beauté située sur le massif des Montagnes Rocheuses. Ce parc somptueux recèle quelques pépites naturelles mais l’une d’entre elles est cependant ma favorite, la beauté de ses lacs : aujourd’hui laissez-moi vous faire découvrir deux lacs superbes, le Lac Louise et le Lac Moraine.

Le Lac Louise est beau, mais cerné d’une route piétonne au profit d’un très célèbre hôtel (Fairmont Hotel), bâtiment historique et chic où il est bon de réserver sa chambre longtemps à l’avance pour profiter des levers de soleil sur le lac.

L’hôtel majestueux domine le lac, et à mon avis son architecture massive gâche un peu le paysage. Néanmoins j’y ai dîné de façon fort agréable, les yeux rivés sur le Lac Louise après le coucher du soleil. Un beau moment pour les nombreuses familles canadiennes qui viennent y passer des vacances d’été tout en profitant des activités proposées dans le superbe parc national de Banff alentours.

La promenade, sur la voie cimentée, court sur la rive droite du lac depuis l’hôtel et sur deux kilomètres (aller seulement). D’autres chemins de randonnée vous mèneront un peu plus haut, sur un parcours de 3,4km (aller seulement) ou 5,5km. Il faudra prévoir à l’avance et vous munir en conséquences d’eau et de vivres si vous souhaitez en profiter. Ce jour-là sous le soleil il y avait foule, je me suis abstenue.

En été et à 08h du matin une brume matinale dilue les couleurs sur le lac, lui offrant un petit air mystérieux.

Je rêvais de voir le Lac Louise de mes propres yeux depuis des années, c’est chose faite. Pourtant l’émotion est venue ailleurs, sur les rives d’un lac turquoise enchâssé dans un écrin de sapins, moins fréquenté, et absolument somptueux : le Lac Moraine.

Moins connu que le célèbre Lac Louise situé à quelques kilomètres de là, le Lac Moraine mérite vraiment le détour (si ce n’est plus, mais voici un avis très personnel de photographe et d’amoureuse des espaces moins fréquentés).

Allez-y une première fois pour le découvrir tranquillement et prendre un verre éventuellement au café du petit hôtel ravissant (Moraine Lake Lodge) qui se trouve sur sa rive droite. Si vous êtes chanceux parce que l’hôtel est très demandé, et si vous avez le budget, passez donc la nuit ici car l’endroit est à la fois romantique et confortable, de toute beauté et dans une quiétude absolue après le départ des visiteurs en fin d’après-midi.

Lorsque vous prendrez un verre sur place observez les petits « chipmunks » qui se bousculent autour des petits fourrés à quelques mètres de vous : le tamia est un petit rongeur de la famille des écureuils, présent essentiellement en Amérique du Nord.

Lac Moraine, chipmunk ou écureuil local © Marie-Ange Ostré

Si vous ne pouvez dormir sur place (très nombreux hôtels alentours à quelques kilomètres) revenez le lendemain matin avant 09h pour être parmi les tous premiers à admirer le lac en grimpant sur la colline qui le surplombe (chemin facile à emprunter, vous compterez les appareils photos…).

La rive gauche restera un peu dans l’ombre mais les couleurs sont saturées à souhait et la vue est inoubliable : les visiteurs les plus émus se mettent à chuchoter instinctivement pour respecter l’instant magique… On y passerait des heures, de pure contemplation.

Puis faites une promenade en canoë pour conserver un souvenir mémorable. En été (juillet et août), passé 09h il vous faudra faire la queue mais cela en vaut la peine. Vous voguerez alors en silence sur ces eaux turquoises enchâssées dans un écrin de montagnes prestigieuses abritant des variétés de sapins ou d’épicéas qui embaument. Inoubliable.

J’ai élu arbitrairement le lac Moraine « plus beau lac du monde » (et j’en connais un certain nombre) ! Regardez :

L’ouest canadien, et notamment les grands parcs nationaux de l’Alberta, se visite surtout en été (l’hiver y est rude et de nombreuses routes sont alors fermées à la circulation, méfiez-vous).

Les montagnes des Rocheuses représentent un immense terrain de jeu à elles seules, avec de multiples options de visites, randonnées et découvertes, seul(e) ou en famille, sur des sentiers balisés, au bord des lacs innombrables ou sur les glaciers. Vous aurez aussi sans doute la chance, comme moi, d’admirer des ours le long de la route.

À votre place je n’hésiterais plus !

Envie d’en apprendre davantage sur mes voyages au Canada ? Voici quelques pistes à explorer :

Cet article a été publié une première fois en avril 2013 sur mon blog de voyages Un Monde Ailleurs (2004-2014), blog qui n’est plus en ligne aujourd’hui. Les articles re-publiés sur ce site le sont s’ils présentent à mes yeux une valeur émotionnelle ou s’ils offrent un intérêt informatif pour mes lecteurs. Ils sont rassemblés sous le mot-clé « Un Monde Ailleurs ». J’ai ajouté davantage de photos à ces articles en les re-publiant mais malheureusement il a été impossible de réintégrer les commentaires liés à ces articles, seul le nombre de commentaires est resté indiqué.

Rédiger et illustrer un site web ou un blog représente des heures, des années de travail. Prélever sur Internet sans autorisation préalable des photos ou des textes (tout ou partie) est une violation des droits d’auteur. Des outils permettent de dénicher facilement les « emprunteurs » et de les poursuivre (dans le pire des cas), ce sont d’ailleurs souvent les lecteurs qui nous alertent. Si vous souhaitez utiliser un extrait d’article ou une photo n’hésitez pas à demander depuis la page Contact sur ce site. Merci pour votre compréhension.

N'hésitez pas à commenter ou à poser des questions, j'y réponds volontiers :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.