Médecine chinoise à Singapour, hippocampes séchés © Marie-Ange Ostré

En voyage il y a parfois des situations qui vous interpellent, d’autres qui choquent. En tant que plongeuse sous-marine même si je savais que cela existait je n’avais encore jamais vu d’hippocampes séchés, vendus à la pelle.

On estime à 20 millions le nombre d’hippocampes pêchés chaque année à travers le monde, dans les eaux de 70 pays différents, avec une prédilection pour les Philippines, l’Indonésie et l’Inde. Ces millions d’hippocampes sont alors séchés, conditionnés, puis exportés vers les pays asiatiques qui en font l’un des ingrédients principaux de la médecine traditionnelle chinoise.

Lors d’une visite de quelques heures à Singapour en juillet dernier, au Sud de la presqu’île malaise, j’ai exploré Chinatown, le quartier chinois, et découvert pour la première fois des boîtes entières d’hippocampes séchés dans les échoppes du quartier.

Vendu 80 SG$ les 100 grammes, soit environ 38€ pour une très grosse poignée, c’est une denrée de choix utilisée pour guérir de nombreux maux dont l’incontinence, la sénilité, la circulation sanguine, mais aussi pour soigner la virilité de ces messieurs.

La vendeuse souriante m’a gentiment renseignée : pour une décoction d’hippocampe (ou d’étoile de mer, ou d’holothurie – ces gros concombres de mer que les plongeurs connaissent bien -), il faut faire bouillir à petit feu une poignée de ces animaux séchés pendant deux ou trois heures. Laissez refroidir, puis consommer. On dit que la tisane d’hippocampe est très douce au goût.

Je n’ai pas testé.

Singapour, hippocampe feuillu (aquarium Sentosa) © Marie-Ange Ostré

Quelques heures plus tard, et pour les enfants de l’Homme qui nous accompagnaient, nous avons visité le célèbre aquarium marin situé sur l’île parc d’attraction de Sentosa où j’ai admiré pour la première fois les délicats hippocampes feuillus (photo ci-dessus) qui se confondent avec les algues dans les eaux du Sud de l’Australie, et notamment autour de Kangaroo Island et la Tasmanie. L’hippocampe feuillu peut atteindre 46 cm de long.

Ces animaux délicats vivent dans des eaux à 18° environ, près des récifs, dans une profondeur maximum de 50 mètres.

Hippocampe chevelu, photographié dans les eaux de Bali © F Le Guen

Quelques jours auparavant j’avais croisé dans les eaux de Bali d’autres hippocampes, dits chevelus (la photo ci-dessus), ainsi que le minuscule hippocampe pygmée (photo ci-dessous) qui ne dépasse pas le centimètre de haut.

Hippocampe pygmée de Bali

Pour l’instant la médecine traditionnelle chinoise ne s’intéresse ni à l’hippocampe pygmée ni à l’hippocampe feuillu, deux raretés. Mais devant ce marché en forte croissance, quelques fermes à hippocampes se sont créées dans les eaux australiennes propices à l’élevage. Elles commencent à exporter pour offrir une solution alternative au dépeuplement des eaux tout en préservant une médecine ancestrale indispensable à la culture asiatique.

Cet article a été publié une première fois en décembre 2007 sur mon blog de voyages Un Monde Ailleurs (2004-2014), blog qui n’est plus en ligne aujourd’hui. Les articles re-publiés sur ce site le sont s’ils présentent à mes yeux une valeur émotionnelle ou s’ils offrent un intérêt informatif pour mes lecteurs. Ils sont rassemblés sous le mot-clé « Un Monde Ailleurs ». Malheureusement il a été impossible de réintégrer les commentaires liés à cet article, seul le nombre de commentaires est resté indiqué.

Rédiger et illustrer un site web ou un blog représente des heures, des années de travail. Prélever sur Internet sans autorisation préalable des photos ou des textes (tout ou partie) est une violation des droits d’auteur. Des outils permettent de dénicher facilement les « emprunteurs » et de les poursuivre (dans le pire des cas), ce sont d’ailleurs souvent les lecteurs qui nous alertent. Si vous souhaitez utiliser un extrait d’article ou une photo n’hésitez pas à demander depuis la page Contact sur ce site. Merci pour votre compréhension.

N'hésitez pas à commenter ou à poser des questions, j'y réponds volontiers :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.