Vietnam, baie de Ha Long © Marie-Ange Ostré

L’un des incontournables au Vietnam c’est la croisière en baie de Ha Long. On pourrait imaginer que c’est un cliché, que c’est surfait. Mais non, ne passez surtout pas à côté de cette expérience unique !

Chacun d’entre nous a son fantasme de voyageur et son monument ou son paysage au Top 10 de ses envies d’ailleurs. C’est la Statue de la Liberté à New York pour les jeunes, le Taj Mahal pour les romantiques, la Tour Eiffel pour tous ceux qui ne sont pas Français, et le Corcovado de Rio de Janeiro pour les autres.

Sur la liste des monuments que je voulais voir figuraient le pont du Golden Gate à San Francisco et l’Opéra de Sydney en Australie. Tous deux me semblaient à 20 ans aussi inaccessibles que la Terre de Feu pour beaucoup d’entre nous aujourd’hui. Mais finalement j’ai traversé le Golden Gate, ce pont mythique sous lequel sont passés tant d’immigrants. Quant à l’Opéra de Sydney, je vais lui rendre visite le plus souvent possible depuis que mon fils y termine ses études.

Mais je voulais aussi voir, sentir, goûter quelques endroits si uniques qu’ils sont protégés parfois sous le sceau du Patrimoine de l’Humanité. C’est le cas de la baie de Ha Long, au Vietnam.

Ha Long

1 969 îles éparpillées sur un territoire de 1 530 km2. Deux cent bateaux de croisière s’y croisent chaque jour pour des visites d’une journée, de deux ou trois jours maximum.

J’ignorais que la baie n’est pas visible depuis Haifon (port international du Vietnam) ni depuis le port d’embarquement (plus modeste) de Ha Long d’ailleurs. Pour voir la baie de Ha Long il faut donc obligatoirement embarquer sur l’un des bateaux qui n’attendent que vous.

Reproductions plus ou moins parfaites des jonques d’il y a un siècle, ces bateaux sont presque tous construits avec des structures de bois et ils ne déparent pas le paysage. Pas de bateau de luxe ostentatoire ici, ni aucun yacht privé. La baie de Ha Long est protégée et la navigation y est réglementée.

Deux cent bateaux de croisière s’y croisent chaque jour…

On rejoint les îles et îlots de Ha Long en deux heures de navigation à allure réduite pendant lesquelles vous goûterez un déjeuner à base de produits frais : poissons grillés, crevettes et calmars, riz, salade de papaye verte légèrement pimentée, fruits. Sain, léger, goûteux.

Par les fenêtres de la salle à manger, ou depuis le pont supérieur, vous admirez la silhouette des îles qui se détachent en ombres chinoises. En novembre (saison sèche dans le Nord Vietnam), une brume voile les îles dès midi. Or tous les bateaux quittent le port entre midi et treize heures pour rejoindre les îles, je vous recommande donc de passer au moins une nuit à bord si vous souhaitez voir les îles sous une vraie lumière le lendemain matin.

Au gré du programme que vous aurez réservé et payé d’avance, on vous proposera diverses expériences à vivre dans la baie :

  • visite de la Grotte des Surprises (grotte immense aménagée et illuminée pour les touristes, une promenade agréable et facile pour tous),
  • baignade depuis la plage du Rocher de l’île de Titop (prononcez « Titof »). Les plus courageux monteront les 373 marches (j’ai compté à l’aller et au retour – ça occupe l’esprit -, mais les guides locaux affirment avec force qu’il y en a 400 !) pour rejoindre le sommet de l’île d’où vous bénéficierez d’une vue unique sur la baie, la seule vue panoramique que l’on puisse avoir. Au coucher du soleil (plutôt timide), voici le résultat :

J’ai passé deux jours entiers dans la baie de Ha Long. Une expérience inoubliable, tant par le paysage de toute beauté que par l’accueil et la prise en charge assurée par les prestataires locaux.

Je vous recommande vivement de louer une jonque privée (pour un ou deux couples maximum, ou pour une personne seule si vous avez le budget) pour faire une croisière d’une journée : déambulation lente entre les îles proches de Cat Ba (réserve naturelle), promenade en kayak sous les grottes et sur les lacs intérieurs, villages lacustres de pêcheurs, baignade en mer de Chine et brochettes de calmar grillé. C’est une journée peu onéreuse si vous achetez cette prestation au Vietnam, bien plus cher si vous l’achetez depuis votre pays d’origine.

Voir Ha Long est plus qu’un rêve, c’est un aboutissement de voyageur, une atmosphère intemporelle qui a figé un paysage sculpté par le vent et la mer de Chine.

Voir Ha Long c’est sans doute aussi effleurer du doigt ce que l’Asie a de plus beau à offrir. Si vous séjournez au Vietnam vous ne pouvez manquer le lever du jour sur la baie de Ha Long, à 5h45 du matin quand le soleil peine à percer la brume épaisse dans des teintes de bleu :

Vietnam, baie de Ha Long © Marie-Ange Ostré

À l’heure où je rédige cet article dans l’objectif de le publier dès que possible, je n’ai aucune connexion Internet (ma deuxième nuit sur la jonque au beau milieu de Ha Long). Demain je rejoindrai Hanoi pour monter à bord d’un train qui me fera faire 300 kilomètres de nuit en… 9 heures ! (à peine moins que la durée de vol direct entre Paris et Hanoi). Le Livitrans est le train de nuit qu’utilisent les locaux pour se rendre sur les plateaux montagneux du Nord du Vietnam à Lao Cai, aux confins de la Chine et du Laos. Je vais y rencontrer quelques minorités ethniques, visiter des villages, arpenter des marchés. Et prendre deux ou trois photos.

Je vous raconterai lors d’une prochaine connexion bien sûr. Ou peut-être demain ?…

A très bientôt !

Envie d’en apprendre davantage sur mon voyage au Vietnam ? Voici quelques pistes à explorer :

Cet article a été publié une première fois en novembre 2010 sur mon blog de voyages Un Monde Ailleurs (2004-2014), blog qui n’est plus en ligne aujourd’hui. Les articles re-publiés sur ce site le sont s’ils présentent à mes yeux une valeur émotionnelle ou s’ils offrent un intérêt informatif pour mes lecteurs. Ils sont rassemblés sous le mot-clé « Un Monde Ailleurs ». Malheureusement il a été impossible de réintégrer les commentaires liés à cet article, seul le nombre de commentaires est resté indiqué.

Rédiger et illustrer un site web ou un blog représente des heures, des années de travail. Prélever sur Internet sans autorisation préalable des photos ou des textes (tout ou partie) est une violation des droits d’auteur. Des outils permettent de dénicher facilement les « emprunteurs » et de les poursuivre (dans le pire des cas), ce sont d’ailleurs souvent les lecteurs qui nous alertent. Si vous souhaitez utiliser un extrait d’article ou une photo n’hésitez pas à demander depuis la page Contact sur ce site. Merci pour votre compréhension.

Comments 1

N'hésitez pas à commenter ou à poser des questions, j'y réponds volontiers :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.