Vietnam, les mariés de Hanoi © Marie-Ange Ostré

J’aime de temps en temps vous raconter l’histoire d’une photo. Celle-ci n’est pas extraordinaire en terme de qualité (trop loin, trop vite), mais je conserve surtout le souvenir de cet échange au Vietnam avec les mariés de Hanoi.

Il y a plus de 6,5 millions d’habitants à Hanoi (près de 2,5 millions pour Paris intra-muros) et on dit que ce chiffre augmente d’environ 3,5% chaque année.

J’ai du croiser les 6 millions de Vietnamiens au cours de mon séjour à Hanoi puisque je garde de cette ancienne capitale le souvenir d’une cité grouillante, avec des rues dévorées par la population courant à pied ou s’éparpillant par milliers à mobylette dans toutes les directions.

En visitant Hanoi on n’échappe pas à quelques temples et pagodes. Et dans tous les jardins publics vous trouverez un photographe en pleine action face à un jeune couple : la photo de mariage est au Vietnam comme partout en Asie un vrai must au moment de convoler.

Reste alors pour la photographe (non assermentée ce jour-là) à trouver le bon moment pour jouer au paparazzo sans trop le montrer.

J’étais en train de savourer une petite pause bien méritée entre deux pagodes et avant de me rendre à un spectacle de marionnettes sur l’eau, grande spécialité artistique de Hanoi.

À l’ombre j’ai enfin pu poser mon sac photo pour me détendre un peu et je commençais à passer en revue mes photos du jour sur l’écran numérique du Canon lorsque j’ai entendu un petit rire cristallin : à une dizaine de mètres de là se tenait un couple de futurs mariés en tenue traditionnelle.

Ils étaient très à l’écoute des directives de leur photographe en costume noir accompagné d’une jeune femme qui rectifiait le pli de tunique de la mariée ou redressait une fleur dans son panier tressé. Le jeune marié lui visiblement ne cessait de plaisanter : sa future s’esclaffait en permanence, avant de se concentrer quelques secondes sur l’objectif du Nikon qui les traquait.

Ils m’ont aperçue, de l’autre côté de la cour tandis qu’ils posaient devant la lumière naturelle qu’offrait une large fenêtre de bois.

J’ai levé le gros objectif 70-200mm de mon appareil-photo et la jeune femme s’est figée un instant. J’ai alors reposé mon appareil sur mes genoux, sachant reconnaître quand une photo n’est pas la bienvenue.

Pourtant tandis que j’admirais leurs costumes brodés le regard de la jeune femme est revenu vers moi, puis elle a échangé quelques phrases avec son conjoint qui m’a regardée à son tour. Ils m’ont souri.

J’ai montré mon appareil-photo de nouveau, avec un sourire signifiant « je peux ?« . Ils ont surveillé leur photographe attitré comme s’ils craignaient que celui-ci n’en prenne ombrage, puis m’ont souri rapidement, prenant la pose. J’ai déclenché.

Je les ai remercié d’un signe de tête avec un sourire, et ils sont retournés à leur photographe.

J’ai donc patienté un peu, les laissant retrouver leur naturel. Puis j’ai déclenché une seconde fois :

Vietnam, les mariés de Hanoi © Marie-Ange Ostré

L’autre photo n’est pas vilaine, mais très classique. Je préfère nettement celle que je vous présente ci-dessus, plus spontanée, plus naturelle, montrant l’intimité de ce couple dans un moment de bonheur partagé.

Ce qui signifie qu’une photo posée n’est pas forcément la meilleure. En tous cas c’est ainsi que je le ressens.

Envie d’en apprendre davantage sur mon voyage au Vietnam ? Voici quelques pistes à explorer :

Cet article a été publié une première fois en avril 2011 sur mon blog de voyages Un Monde Ailleurs (2004-2014), blog qui n’est plus en ligne aujourd’hui. Les articles re-publiés sur ce site le sont s’ils présentent à mes yeux une valeur émotionnelle ou s’ils offrent un intérêt informatif pour mes lecteurs. Ils sont rassemblés sous le mot-clé « Un Monde Ailleurs ». Malheureusement il a été impossible de réintégrer les commentaires liés à cet article, seul le nombre de commentaires est resté indiqué.

Rédiger et illustrer un site web ou un blog représente des heures, des années de travail. Prélever sur Internet sans autorisation préalable des photos ou des textes (tout ou partie) est une violation des droits d’auteur. Des outils permettent de dénicher facilement les « emprunteurs » et de les poursuivre (dans le pire des cas), ce sont d’ailleurs souvent les lecteurs qui nous alertent. Si vous souhaitez utiliser un extrait d’article ou une photo n’hésitez pas à demander depuis la page Contact sur ce site. Merci pour votre compréhension.

N'hésitez pas à commenter ou à poser des questions, j'y réponds volontiers :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.