Malte, culture et cuisine © Marie-Ange Ostré

J’ai abordé mon premier jour sur Malte avec une carte dans la main gauche et mon carnet de notes dans l’autre. Autant vous l’avouer : hier soir j’étais épuisée !

Que faire à Malte le premier jour ?

Aux esprits chagrins qui – sans avoir jamais posé le pied sur l’archipel – oseraient prétendre qu’il n’y a rien à faire sur Malte, laissez-moi répondre qu’ils feraient mieux de plonger le nez dans l’histoire européenne avant de porter un tel jugement : j’ai appris tout à l’heure que les Chevaliers de Saint-Jean (que nous appelons communément les Chevaliers de Malte) ont fondé sans le savoir les bases de notre Europe façon C.E.E. en établissant petit à petit des règles de vie pour chacune des communautés qui venaient grossir les rangs des Chevaliers ici sur l’île afin de favoriser l’intégration de tous au sein de l’ordre. Or, chaque communauté a laissé son empreinte sur Malte, vous n’aurez donc que l’embarras du choix !

Faisons plaisir aux amoureux des beaux monuments et révélons tout d’abord qu’à raison d’une par jour il vous faudra un an pour visiter… les 365 églises sur Malte !

Je vous recommande la co-cathédrale Saint-Jean, édifiée au XVIème siècle. J’ai beau travailler avec un objectif super grand angle (10-22 mm) je n’ai pas réussi à restituer les dimensions et la richesse de cette cathédrale : une fondation réunit des fonds chaque année pour protéger les fresques réalisées par le peintre sicilien Mattiapreti, l’or 18 carats sur toutes les sculptures de pierre couvrant murs et voûte (ce n’est pas du stuc mais bien de la pierre !), et les 400 dalles de marbre italien au sol représentant 400 Chevaliers de l’ordre de Saint-Jean. Cliquez sur l’une des photos ci-dessous pour la voir agrandie, et cliquez ensuite sur les suivantes.

Vous en voulez davantage ? Je vous raconterai la suite lors d’un prochain article puisque je garde le plus beau – le plus rare – en réserve (lire mon article dédié à l’Hypogée Hal Salflieni).

J’ai donc arpenté les rues de la Valette (Valletta pour les locaux), j’ai écouté cette langue mariant les origines arabe et italienne. J’ai photographié les balcons orientaux qui font le charme de ces ruelles de pierre ambrée ornées de bacs à fleurs et d’arbrisseaux. Notez que fin septembre les bougainvillées, hibiscus et lauriers sont encore en fleurs.

Puis j’ai embarqué pour une croisière de deux heures à bord d’un petit voilier avec le responsable d’une course de voile sponsorisée par Rolex, un événement de renommée internationale.

Avec lui j’ai navigué doucement dans chacune des marinas dessinant des doigts sur la carte de la Valette et dans les bourgs limitrophes. Nous avons croisé des bateaux de pêche arborant cet oeil peint qui porte chance, des paquebots de croisière immenses et des « super-yachts » démesurés (pour les fans, comme vous le verrez dans le diaporama j’ai photographié celui de l’un des propriétaires de DreamWorks, la célèbre société de production cinématographique fondée entre autres par Steven Spielberg).

Enfin j’ose à peine avouer la petite halte gourmande effectuée ce midi dans un tout petit restaurant, si petit qu’il ne sert que 100 personnes maximum par semaine, le soir seulement et uniquement sur réservation : le restaurant Tal Petut.

J’ai rencontré son chef – qui ne se prend pas pour un Chef d’ailleurs – dans son antre multi-centenaire parfumé au basilic et à la tomate séchée. Il m’a donné une petite leçon de cuisine 100% maltaise, puis j’ai dégusté l’un des meilleurs plats méditerranéens qu’il m’ait été donné de goûter au cours de ces dernières années, composé avec simplicité et avec des produits ultra-frais. J’ai filmé, j’ai photographié, j’ai tout noté. En d’autres termes, le restaurant Tal Petut est testé et approuvé, donc je vous en reparlerai très bientôt dans mon magazine online gratuit Repérages Voyages (au fait, avez-vous vu ses statistiques d’audience aujourd’hui ? 42 000 lecteurs en 16 jours !…).

Et puis en fin de journée…

Que faire le soir à Malte ?

Comme les Maltais, il faut sortir ! Malte n’est pas seulement l’un des rares concentrés européens de traces historiques dans le bassin méditerranéen, c’est aussi un lieu de vie animé de jour comme de nuit.

Hier soir dès mon arrivée je me suis rendue dans le coeur historique de la Valette (la capitale) pour faire comme les Maltais : passer une petite heure dans un bar à vins traditionnel, un wine-bar.

Une ruelle sombre dans laquelle je devine de microscopiques boutiques anciennes et des balcons arabisants sur la façade des maisons. J’entre chez LeGlinGin. Une pièce unique, au pied d’une volée de marches abruptes qui mène du trottoir jusqu’au sous-sol d’une maison ancienne, presque une cave. Mais une cave aux murs creusés à même la pierre pour y recevoir une par une, dans des alvéoles rondes, des bouteilles de vin conservées au frais. Une cave abritant 4 ou 5 tables seulement, pour accueillir normalement une douzaine de personnes maximum.

Sourires, accueil charmant, menu inscrit à la hâte sur une grande ardoise. Je ne bois presque jamais de vin, mais ici à Malte ce serait presque un sacrilège.

Déjà fleurissent sur la petite table de bois peint un panier de pain, pas n’importe quel pain : LE pain maltais, rond, épais, à la croûte bien brune et à la mie ultra-tendre, douce. Un pain croustillant à souhait… Un pain dont la réputation a largement dépassé les limites géographiques de ce tout petit pays à peine grand comme la moitié de Londres.

Et on m’explique : il faut tremper dans la coupelle d’huile d’olive le pain coupé en gros dés. Une huile vierge, légèrement âpre. Puis il faut goûter ce petit fromage de chèvre frais parfumé de poivre en grains et au piment (je vais en dévorer la moitié !). Ensuite vous essaierez ce porc haché cuisiné avec de la citrouille, servi tiède. Ou bien encore ce petit mélange de tomates, oignons, poivrons et olives.

Ce ne sont pas des tapas, non. Nous sommes à Malte. Dans un wine-bar, un bar à vins traditionnel. Les Maltais s’y précipitent en soirée, toute la semaine, mais avec une prédilection pour le mercredi, puis vendredi, samedi et dimanche. Vous verrez !

Voilà, j’ai hésité sur les photos à vous montrer. Fallait-il exposer les fortifications et pierres nobles qui enrobent la ville pour mieux la couver tandis qu’elle vibre d’innovations et d’un pouls culturel qui ne fait que croître ? Non… déjà vu.

J’ai donc choisi une poignée de photos parmi celles qui façonnent déjà le souvenir d’une journée bien remplie au pays des Chevaliers. A vous de me dire si elles ressemblent malgré tout à celles que vous avez faites lors de votre séjour sur Malte ou si elles vous donnent envie de venir à votre tour découvrir ce tout petit pays au coeur de la Méditerranée.

Envie d’en apprendre davantage sur mes voyages dans l’archipel de Malte ? Voici quelques pistes à explorer :

Cet article a été publié une première fois en septembre 2011 sur mon blog de voyages Un Monde Ailleurs (2004-2014), blog qui n’est plus en ligne aujourd’hui. Les articles re-publiés sur ce site le sont s’ils présentent à mes yeux une valeur émotionnelle ou s’ils offrent un intérêt informatif pour mes lecteurs. Ils sont rassemblés sous le mot-clé « Un Monde Ailleurs ». Malheureusement il a été impossible de réintégrer les commentaires liés à cet article, seul le nombre de commentaires est resté indiqué.

Rédiger et illustrer un site web ou un blog représente des heures, des années de travail. Prélever sur Internet sans autorisation préalable des photos ou des textes (tout ou partie) est une violation des droits d’auteur. Des outils permettent de dénicher facilement les « emprunteurs » et de les poursuivre (dans le pire des cas), ce sont d’ailleurs souvent les lecteurs qui nous alertent. Si vous souhaitez utiliser un extrait d’article ou une photo n’hésitez pas à demander depuis la page Contact sur ce site. Merci pour votre compréhension.

N'hésitez pas à commenter ou à poser des questions, j'y réponds volontiers :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.