Marie-Ange Ostré, vidéo plongée Seychelles

Quand enfin je termine le montage d’un petit film vidéo avec des séquences réalisées aux Seychelles, l’un des paradis pour plongeurs !

En octobre 2007, et tandis que j’étais en pleine création de cette nouvelle version de mon blog de voyages, je m’étais attachée à vous offrir mes tous premiers essais en vidéo sous-marine. Certains d’entre vous s’en souviendront probablement : j’avais eu le plus grand mal à publier cette vidéo en ligne, soumise aux contraintes d’un hébergeur frileux, et sans grandes compétences de ma part dans ce domaine, je l’avoue.

Depuis je n’avais guère eu le temps de me pencher de nouveau sur ce problème pour le résoudre. Mais mieux vaut tard que jamais, aujourd’hui je vous propose de voir enfin sous un format que tous devraient pouvoir lire sans conflit de navigateurs, lecteur ou autre, ce fameux petit clip vidéo de 2,23mn tout de même sur l’une de mes plongées préférées aux Seychelles.

Bien sûr, il ne s’agit pas d’une vidéo de qualité professionnelle, tout juste quelques souvenirs de plongée montés sous forme de clin d’oeil pour ne pas les perdre dans le dédale de mes archives personnelles.

Mais je vous propose de lire (ou de relire) le texte que j’avais alors publié en 2007 pour accompagner cette vidéo. Je n’ai pas eu le temps de réintégrer les commentaires que certains avaient eu la gentillesse de laisser, mais peut-être souhaiterez-vous en laisser aujourd’hui ?…

En date d’octobre 2007 :

Je vous avais promis une surprise pour ce matin, à vous qui me rendez visite en arrivant au bureau pour vous mettre du soleil au cœur. Alors la voici : une petite plongée sur mon site préféré aux Seychelles, non loin de Praslin, au pied de l’île Marianne.

Peut-être l’un(e) d’entre vous connaît-il (elle) ce paysage sous-marin assez extraordinaire, fait de falaises basaltiques tombant à pic sur 20 ou 25 mètres de profondeur et habité de tout ce qu’un plongeur aime croiser sous l’eau ? Coupez le son de votre ordinateur si vous êtes au bureau (pour ne pas déranger) et laissez le temps de charger la vidéo… Éventuellement lisez donc la suite, le temps que ça charge, vous regarderez ensuite.

Je vous avoue avoir bataillé cette nuit pour réussir à terminer le montage de ce clip que j’ai commencé il y a… trois ans, à notre retour de ce voyage aux Seychelles en décembre 2004. J’étais alors très motivée parce que l’Homme m’avait laissée faire mes premiers pas en vidéo sous-marine (euh… je n’ai pas monté le plan hyper bougé de la crevette stenopus, vous auriez le mal de mer). J’avais découvert les joies du caisson sous-marin sans grande appréhension mais avec une boulimie d’images presque indécente. Flash-back…

Pendant que l’Homme photographie tous azimuts avec son tout premier numérique sous-marin, je m’amuse toute seule dans mon coin à tester le zoom de la Sony (un peu loin le napoléon, mais…) en tentant de garder l’équilibrage nécessaire pour un plan fluide tout en palmant pour me tenir (à peu près) à hauteur de la raie aigle… Comme la belle s’éloigne décidément plus vite que moi dans cette eau à 28°, je me retourne juste à temps pour voir la queue d’un énorme requin nourrice qui se faufile entre deux énormes falaises. Et nous le suivons jusque dans son antre…

Je me méfie des requins nourrice depuis ma petite rencontre impromptue en face à face avec l’un de leurs congénères, la veille, telle que je vous l’ai déjà raconté ici sur mon article dédié aux plongées VIP aux Seychelles.

Bref, vingt bonnes minutes plus tard, je m’éloigne du requin pour me retrouver au milieu d’un banc de carangues argentées, aux reflets métalliques, venant littéralement percuter l’objectif de la caméra ! Cent ou cent cinquante carangues filant dans une direction et avec une motivation qu’elles seules peuvent déterminer… D’ailleurs, et curieusement, si vous tendez l’oreille vous entendrez comme un froissement d’ailes, je me demande si ce n’est pas le bruit qu’elles suscitaient en me frôlant à ce point.

Et lorsque je me retourne pour faire signe à l’Homme, il me montre du doigt un couple de barracudas très curieux qui lui tournent autour…

Nous poursuivons notre chemin subaquatique en compagnie de Japha, notre excellent moniteur seychellois attaché au centre de l’hôtel Lémuria Resort, sur l’île de Praslin. Et jouant dans le ressac qui secoue la crête de petites falaises à moins de dix mètres de la surface, un gros banc de petits chirurgiens habillés de jaune et noir virevolte autour comme autant de papillons au printemps.

Un peu plus loin, Japha attire notre attention sur une grosse raie pastenague au dos marbré, reposant tranquillement sur le sol, à demi enfouie dans le sable. Je prends le temps de bien me positionner en face d’elle, sans l’effrayer, et elle me surveille d’un œil, ne bronchant pas. Sur une caresse timide de Japha elle s’envole nonchalamment quelques secondes plus tard sous mon objectif.

C’est en levant la tête pour le remercier que j’aperçois cette tortue, venue voir ce que nous fabriquons tous les trois, immobilisés sur le sable. Elle nous étudie un moment, daigne danser un peu avec nous, puis décide sans doute qu’elle a mieux à faire et s’éloigne tranquillement.

C’est ce que je retire de cette plongée : le plaisir de côtoyer une faune (et non des moindres) qui n’a pas l’air effrayée par notre apparition alors que les plongeurs sur ce site sont tout de même rarissimes !

En remontant au palier un gros capitaine aux yeux ronds nous salue, ignorant que nous mangerons l’un de ses collègues le soir-même au dîner, cuit à l’étouffée dans une feuille de bananier (cliquez sur ce lien pour découvrir la recette du curry de poisson seychellois). Je sais, une plongeuse ne devrait pas avouer ce genre de choses, mais que voulez-vous, il faut bien se nourrir ! Et aux Seychelles le poisson est roi (et succulent !).

En levant la tête pour chercher le bateau en surface nous surprenons alors ce requin de récif qui survole les falaises, à peine un mètre sous la surface… Ce sera ma dernière séquence, la dernière minute de vidéo sur ce plan un peu lointain.

Cette plongée nous a tellement enchantés que nous avons décidé de replonger dans l’après-midi sur le même site, après le pique-nique créole pris sur le bateau. Japha nous a emmené quelques miles plus loin pour une autre exploration inédite pendant laquelle nous avons croisé davantage de petite faune récifale, avec un beau banc de plataxs (je ne sais jamais s’il faut mettre un S ou non ?!), mais avec moins de falaises sous-marines.

Ce jour-là, nous avons plongé trois fois dans la journée tant nous étions heureux et comblés par tout ce que les Seychelles ont à offrir. Oubliez un peu les coraux mous et les éponges, il y en a, mais davantage de petite taille et curieusement je les ai surtout vus en plongée de nuit. Parce que de jour, on ne prête attention qu’à la vie, à toute cette faune virevoltante qui hésite entre murènes et nudibranches.

Bref, en rentrant des Seychelles j’étais bien décidée à faire un beau montage de mes petites vidéos pour en conserver au moins le souvenir. Mais il m’a d’abord fallu apprendre à maîtriser un tout petit peu le logiciel de montage, puis… j’hésite à le dire… disons que nous sommes partis en tournage aux Bahamas dans la semaine qui a suivi !… Et le tournage de la saison 3 des Carnets de Plongée a démarré, et mon petit clip spécial Seychelles est resté en gestation dans le ventre d’un disque dur.

Mais la semaine dernière j’ai échangé quelques courriers avec certains d’entre vous et l’océan Indien avait la primeur de nos conversations. De fil en aiguille je me suis souvenue de mes plongées plaisir, tant à Maurice qu’aux Seychelles, et j’ai eu soudain envie de partager celle-ci. Alors ce soir j’ai retrouvé mes archives et mis les doigts dans le cambouis (hum) pour terminer le montage. Puis j’ai ajouté une petite musique d’ambiance par-dessus les bruits de bulle et cherché à convertir le fichier AVI en fichier exportable. Et les vraies difficultés ont commencé…

MPEG, Flash ou Quicktime ? Je découvre alors que Flash n’est pas accepté par mon hébergeur (dommage, c’est la meilleure qualité !). Et ce soir le fichier MPEG pesait 47 Mo ! Un peu lourd pour mettre en téléchargement. Surtout qu’au moment de télécharger, l’hébergeur m’annonce que je n’ai droit qu’à des fichiers d’un poids inférieur à 5 Mo (le mien faisait 5,2 Mo, perdu !). J’ai repassé 30 minutes à essayer de trouver le meilleur compromis entre la taille, le poids et la qualité autant du son que des images ; peut-être la prochaine fois le ferais-je sans son ?…

Pour en finir, je vous propose donc ce timbre poste (mais qui ne pèse que 5,6 Mo à télécharger, et en format .wmw). Donc normalement vous devriez pouvoir le voir sans trop de souci. Ma seule déception c’est que sur la table de montage j’avais une belle grande fenêtre et en convertissant le tout je me retrouve avec un timbre poste et une qualité un peu blanchâtre !… Extrêmement décevant, visiblement j’ai encore beaucoup à apprendre (ce que je trouve plutôt rassurant tous comptes faits !…).

Mais comment font-ils tous sur YouTube pour afficher des vidéos en 360 de large ?!…

En attendant, je vous autorise à regarder cette vidéo plusieurs fois dans la journée, en cachette de vos collègues (ou pourquoi pas en les invitant !), et à condition que vous me laissiez un petit commentaire pour me dire ce que vous pensez de mes talents d’artiste ou plutôt de cette plongée (euh… René, ne regarde pas trop la qualité, c’est le format de compression qui donne un rendu aussi peu net !…).

Par contre, si vous avez des amis plongeurs, n’hésitez pas à faire circuler mon adresse pour leur offrir 2 minutes et 23 secondes de plongée pour bien commencer la semaine !

Je vous souhaite à tous une excellente journée !

PS en date du 24 février 2008 : comme vous le voyez, et après quelques mois de tâtonnements, j’ai enfin réussi à publier cette vidéo dans un format lisible par tous. Enfin, j’espère !… N’hésitez pas à me signaler le moindre problème de votre côté…

Envie d’en apprendre davantage sur mes voyages aux Seychelles ? Voici quelques pistes à explorer :

Cet article a été publié une première fois en février 2008 sur mon blog de voyages Un Monde Ailleurs (2004-2014), blog qui n’est plus en ligne. Les articles re-publiés ici le sont s’ils présentent à mes yeux une valeur émotionnelle ou s’ils offrent un intérêt informatif pour mes lecteurs. Ils sont tous rassemblés sous le mot-clé « Un Monde Ailleurs ». J’ai ajouté davantage de photos à ces articles en les re-publiant mais malheureusement il a été impossible de réintégrer les commentaires liés à ces articles, seul le nombre de commentaires est resté indiqué.

Rédiger et illustrer un site web ou un blog représente des heures, des années de travail. Prélever sur Internet sans autorisation préalable des photos ou des textes (tout ou partie) est une violation des droits d’auteur. Des outils permettent de dénicher facilement les « emprunteurs » et de les poursuivre (dans le pire des cas), ce sont d’ailleurs souvent les lecteurs qui nous alertent. Si vous souhaitez utiliser un extrait d’article ou une photo n’hésitez pas à demander depuis la page Contact sur ce site. Merci pour votre compréhension.

N'hésitez pas à commenter ou à poser des questions, j'y réponds volontiers :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.