Australie, Bondi Beach à Sydney (New South Wales) © Marie-Ange Ostré

J’y suis, arrivée hier soir après un voyage de 22 heures sur Cathay Pacific, une compagnie aérienne qui permet un stop à Hong Kong dont je profiterai au retour. 22 heures d’avion, et dix heures de décalage horaire : en arrivant sur place une journée s’est évaporée sur votre agenda, dix heures c’est équivalent à une journée de travail ou une journée de vacances. A prendre en considération lorsque vous préparez votre voyage. Et bien sûr votre vie se trouvera créditée de cette journée lorsque vous remonterez le temps au retour… Finalement, on ne perd rien en se rendant en Australie, bien au contraire.

C’est mon troisième séjour à Sydney, et j’apprécie toujours autant cette ville même s’il pleuvait désespérément ce matin sur cette ville côtière qui fait face au Pacifique. Sydney fut le tout premier lieu de colonisation il y a moins de 225 ans, une ville qui est devenue l’une des plus grandes au monde : elle abrite un Australien sur cinq, et cumule 180 nationalités différentes ! Rappelons qu’un habitant sur 4 n’est pas né sur le sol australien…

Sydney est cosmopolite, c’est sans doute l’un de ses atouts à mes yeux. Dans la journée vous pourrez fêter la Saint-Patrick (aujourd’hui !) pour accompagner la communauté irlandaise, puis déjeuner dans un restaurant coréen dans le centre ville, acheter quelques fruits au marché chinois et dîner d’excellents sushis japonais ou d’un kebab libanais à tomber à la renverse. On dit que la communauté asiatique de Sydney est la plus importante au monde en dehors d’Asie.

Rappelons qu’un habitant sur 4 n’est pas né sur le sol australien…

Mais Sydney est aussi une ode à la qualité de vie. 80% des Australiens vivent à moins de 50 kilomètres de la mer, la plage et les loisirs nautiques font ainsi partie du mode de vie des Australiens en général, des habitants de Sydney en particulier. Ici, quitter le centre ville pour aller respirer les embruns du Pacifique sur la plage de Manly Beach prend moins de vingt minutes grâce au ferry. Des ferries qui sillonnent la baie en toutes directions, peu coûteux, pratiques, ponctuels. Je recommande vivement !

Cet après-midi la pluie a cessé, le vent a chassé les nuages et le soleil s’est mis à briller sur le sable de Bondi Beach : une plage que je découvrais pour la première fois, l’autre grande plage de Sydney situé à 25 minutes de bus du terminal des ferries. Il est aussi possible de se rendre à Bondi (prononcez « Bondaille« ) en ferry, mais une houle sérieuse agitait les flots et la fatigue accentuée due au voyage additionnée au décalage horaire m’ont dissuadée de tenter la traversée sur un océan capricieux.

Bondi, c’est le surf, le pique-nique, le jogging, les filles aux cuisses caramel, les musclés aux pectoraux dessinés. C’est le temps d’un café face à la plage, les murs tagués par des artistes locaux, et le sable maintes fois parcouru par les « Lifeguards » (sauveteurs) qui veillent au grain. Bondi, c’est le fun de Sydney. Et un grand bol d’air du Pacifique après une journée enfermée dans un avion, aussi confortable soit-il. Il me fallait bien cela…

Il est 17:00 ici, je vais commencer à songer au dîner tandis que je meurs d’envie de me glisser sous la couette pour sombrer immédiatement au sommeil qui me harcèle. Mais je vais tenir bon, pour ne faire qu’une bouchée de ce décalage horaire qui tente de me dévorer une fois de plus. Deux litres d’eau dans la journée, une alimentation saine et équilibrée, un peu de sport dans la journée et un grand bol d’air. Je devrais me sentir en meilleure forme demain !

Il le faut, parce que demain je retournerai à l’opéra de Sydney, pour le visiter cette fois.

Encore une première fois.

Envie d’en apprendre davantage sur mes 4 voyages en Australie ? Voici quelques pistes à explorer :

Cet article a été publié une première fois en mars 2011 sur mon blog de voyages Un Monde Ailleurs (2004-2014), blog qui n’est plus en ligne aujourd’hui. Les articles re-publiés sur ce site le sont s’ils présentent à mes yeux une valeur émotionnelle ou s’ils offrent un intérêt informatif pour mes lecteurs. Ils sont rassemblés sous le mot-clé « Un Monde Ailleurs ». Malheureusement il a été impossible de réintégrer les commentaires liés à cet article, seul le nombre de commentaires est resté indiqué.

Rédiger et illustrer un site web ou un blog représente des heures, des années de travail. Prélever sur Internet sans autorisation préalable des photos ou des textes (tout ou partie) est une violation des droits d’auteur. Des outils permettent de dénicher facilement les « emprunteurs » et de les poursuivre (dans le pire des cas), ce sont d’ailleurs souvent les lecteurs qui nous alertent. Si vous souhaitez utiliser un extrait d’article ou une photo n’hésitez pas à demander depuis la page Contact sur ce site. Merci pour votre compréhension.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :