U.S.A., Grand Canyon © Marie-Ange Ostré

Rassurez-vous, je n’ai aucune envie de vous quitter de sitôt. Pourtant j’ai listé en mai dernier ce que j’aimerais voir dans le monde avant de mourir tandis que je m’ennuyais en attendant mon vol vers les Bahamas, et j’ai enrichi cette liste jusqu’à aujourd’hui.

Cette liste est née de toutes ces questions que l’on me pose régulièrement « quel est le plus bel endroit au monde ?« , « où faut-il aller plonger en Asie ?« , etc… et quand je me demande alors « suis-je devenue blasée à jouer sans cesse à saute-moutons par-dessus les fuseaux horaires ? ».

Blasée, je ne le suis pas. Même si je souris parfois en lisant des commentaires dithyrambiques sur des sites que j’aurais préféré ne jamais avoir vu ou sur des îles que je vois se dégrader chaque année davantage du fait d’un tourisme de masse néfaste. Néanmoins après avoir publié sur environ 250 destinations dans le monde sur ce blog depuis près de 7 ans, et tandis qu’on me demande quels sont mes lieux de vacances favoris au moment où la France s’apprête à mettre le pays tout entier en mode veille avant d’envahir les autoroutes à péage et autres chemins de traverse, j’ai donc dressé la liste des petits endroits et grandes destinations que je rêve de voir et photographier un jour. Pour remettre mes envies à l’heure. Et pour ne rien oublier…

Bien sûr il y a des endroits que je connais déjà et que j’aimerais revoir. Mais si le Père Noël existe, ou si je gagne au loto un jour (encore faudrait-il que je joue !) voici la liste de ce que j’aimerais voir et faire dans le monde avant de mourir :

Bhoutan : croiser le regard fauve d’un tigre du Bengale à 4000 mètres d’altitude dans les montagnes himalayennes et plébisciter ce pays où fumer est totalement interdit pour que les humains cessent de mourir d’un mal lié à une addiction.

Papouasie Nouvelle-Guinée : donner mon nom à une espèce non encore répertoriée avant que le territoire tout entier ne soit définitivement rongé par la destruction des forêts primaires organisée par les puissances économiques.

Zimbabwe : survoler les Chutes Victoria en hélicoptère ou en ULM mais en été pour profiter d’une faune environnante plus abondante.

Argentine, Puerto Williams : parce que c’est le village le plus austral du monde en Terre de Feu, et pour prouver à Nicolas Hulot qu’il s’est trompé en choisissant le nom de Ushuaia (pour localiser Puerto Williams, c’est par ici).

Norvège, Cap Nord : naviguer sur l’Express Côtier pour remonter toute la côte en m’arrêtant à Bergen avant de photographier les plus beaux couchers de soleil depuis le Cap Nord.

Inde, Rajasthan : faire la tournée des palais d’anciens maharadjahs pour vivre des nuits d’exception mieux que Nicole Kidman dans la pub pour Schweppes.

Île de Pâques : dormir à la belle étoile à l’ombre d’un Moai pour tester mes réserves de spiritualité.

Antarctique, lac Fryxell : photographier le lac de jour avec sa fine pellicule de glace sur une eau outremer et tenir le coup toute la nuit pour saisir l’aurore boréale et faire perdre le Nord à ma boussole interne (en évitant si possible la traversée du houleux passage Drake).

Chili, Atacama : m’approcher au plus près du géoglyphe anthropomorphique géant visible du sol sur plus de 90 mètres et résoudre toutes les énigmes Inca à moi toute seule.

USA, Arizona : admirer le Grand Canyon en Arizona, et y retourner par temps de neige pour jouer avec le contraste des couleurs à différentes heures du jour.

Australie, Sydney : admirer le fabuleux feu d’artifice tiré sur la baie de Sydney entre l’opéra et le pont du Harbour Bridge au nouvel an et ressentir la ferveur des Sydneysiders (habitants de Sydney).

Norvège, Spitzberg : être stagiaire dans l’une des deux stations de recherche qu’y possède la France, au minimum pour apprendre à prononcer correctement et à toute vitesse Spitzberg et Svalbard cent fois de suite.

Chine, Tibet : écouter les moines réciter leurs prières en regardant le jour se lever sur le palais du Potala à Lhassa après avoir traversé la Chine depuis Pékin en empruntant le train jusqu’au Tibet.

Australie, Ayers Rock : admirer le plus beau des couchers de soleil s’étendre sur les roches rouges millénaires d’Ayers Rock en bravant les autorités sans payer le droit de photographier.

USA, New York : arpenter la 5ème avenue enneigée un 24 décembre et faire du patin à glace pour la toute première fois sur la patinoire du Rockefeller Center.

Pacifique, Fidji : photographier des orchidées sauvages en pleine nature et plonger dans des jardins de coraux.

Norvège, Lofoten : apprendre chez l’habitant toutes les recettes de cuisine pour accommoder la morue différemment des Portugais (un autre blog à venir ?!).

Nouvelle-Calédonie, île des Pins : plonger dans les eaux de l’île des Pins puisque mon ami René Heuzey jure qu’il a vu là le plus beau jardin sous-marin du monde.

Canada, région du grand Nord : dormir chez l’habitant dans la région de Nunaat pour comparer leur mode de vie avec celui que j’ai expérimenté chez les Inuits du Groenland.

Je suis certaine que je vivrai bien d’autres bonheurs et découvertes avant le « grand jour » mais cette wish-list devrait être gravée dans mon ciel astral pour qu’elle survive au web et à mes cendres.

Etant donné ma boulimie insatiable en matière de voyages je reviendrai mettre à jour cette liste régulièrement. Mais dites-moi, quel serait pour vous le plus grand rêve de voyage ? Si vous gagnez au loto demain quelques millions d’Euros, où irez-vous avant toute chose ?…

PS (avril 2018) : depuis la première publication de cet article en juin 2011 j’ai eu la chance de parcourir le Bhoutan, de découvrir l’époustouflant Grand Canyon aux U.S.A. ainsi que les palais somptueux du Rajasthan, j’ai vécu un Noël et un nouvel an à Sydney, et j’ai photographié les aurores boréales dans le Nord de la Norvège. Il me reste donc encore quelques endroits fabuleux à explorer !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :