C’est aujourd’hui : voici le 200ème article mis en ligne sur ce blog !

Et bien que je n’aime pas l’autosatisfaction puisqu’elle empêche de se remettre en question, et donc d’évoluer, j’ai envie ce matin de faire un petit bilan avec vous, lecteurs qui me suivez depuis un an. Un an que je m’adresse à vous directement, plusieurs fois par semaine. Enfin, un peu plus d’un an…

e046ae0938614df71ddc7a292dda8f78.jpg

Ceux qui ont eu la curiosité de lire un jour mon A Propos savent que j’ai créé ce blog en décembre 2004 mais je l’ai gardé secret pendant près d’un an et demi en ne postant que deux ou trois articles par mois, destinés uniquement à ma famille et à mes amis, par souci de discrétion. Puis, encouragée par ces lecteurs favoris et par l’Homme, j’ai déverrouillé ce blog et l’ai offert à tous ceux qui ont, un jour, poussé la porte et parcouru quelques lignes avant de revenir régulièrement. Depuis un an donc, vous êtes jusqu’à 11 000 lecteurs par mois à vous connecter sur Un Monde Ailleurs pour y lire mon dernier article, certains étant devenus des fidèles.

11 000 lecteurs, pour un blog thématique (le voyage, la photo, la plongée), c’est beaucoup. Et c’est une belle responsabilité, parce qu’il faut vous faire revenir, vous nourrir et vous retenir… Il ne faut pas décevoir, et c’est le plus difficile.

En à peine un trimestre vous étiez 4 000 à lire mes récits chaque mois et votre assiduité (muette dans un premier temps) m’a poussée à vous raconter plus, à me confier davantage. Mais un blog sans commentaires laissés par ses lecteurs ressemblerait plus à un site Internet qu’à cet outil d’échange qu’est le blog, et petit à petit, vous avez commencé à vous exprimer, et à fouiller dans mes archives pour y trouver l’article qui vous aurait échappé. Pour vous satisfaire j’ai alors modifié le design de ce blog puis j’ai repris plusieurs fois dans l’année la liste de mes chapitres et le classement de mes tags (qu’on appelle aujourd’hui « nuage de mots« , des mots-clés) pour vous permettre d’avoir une lecture thématique en plus des catégories (les grands chapitres) que je vous propose en marge gauche. Et pour vous plaire j’ai modifié l’affichage de mes photos afin qu’elles s’affichent en format maximum à l’intérieur de mes articles, sans vous obliger à cliquer sur l’une d’elles pour l’agrandir.

Puis vînt le temps des commentaires…

Vous vous êtes d’abord exprimés timidement, à la suite de quelques-uns de mes amis qui ont amorcé la pompe, qui voulaient échanger avec vous et vous faire entrer dans le cercle d’Un Monde Ailleurs. Et petit à petit les fidèles sont venus chaque semaine donner leur avis, surenchérir sur un sujet, émettre un avis contraire. Et je suis très heureuse chaque jour de venir lire vos commentaires, et y répondre. Parce qu’en publiant mes écrits et en montrant mes photos, c’est ce que je souhaitais : créer une communauté autour du voyage, de la photo et de la plongée.

Bien sûr, 90 % d’entre vous restent encore dans l’ombre de l’anonymat, n’osant pas saisir leur nom (un pseudonyme ou un prénom ?…), laisser leur adresse email (je suis la seule à la voir et je ne me permets pas de contacter quiconque ni de donner cette adresse à quiconque), pour taper les quelques mots d’un commentaire. Et il semblerait que les abonnés AOL aient du mal à valider leur texte qui disparaît sans laisser de trace. Frustrant pour eux, et pour moi.

Alors chaque mois je consulte le petit module de statistiques qui m’indique où en est l’intérêt que suscitent mes écrits et mes photos. Pour savoir si vous êtes toujours là, lecteurs anonymes qui passez sans commenter, mais qui prenez plaisir visiblement à rester en notre compagnie puisque…

Vous êtes 68 % à feuilleter plusieurs pages de mon livre virtuel chaque fois que vous entrez sur Un Monde Ailleurs, et vous lisez en moyenne 5 à 7 pages par visite. Certains d’entre vous viennent me saluer chaque jour, d’autres passent trois fois par semaine, ou deux ou trois fois par mois. Et je reçois chaque mois la visite de 38 % de nouveaux visiteurs dont beaucoup deviennent à leur tour des habitués.

Mais peut-être aimeriez-vous savoir d’où viennent ceux qui lisent en même temps que vous ce même article ?…

Je reçois chaque mois la visite de 91 % d’Européens, 5 % d’Américains (le continent), 2 % d’Asiatiques, 1 % d’Africains, 1 % d’Océaniens. Ce qui signifie 75 % de visiteurs connectés depuis la France (DOM-TOM inclus, et merci à vous lecteurs éloignés d’être si nombreux à me suivre !), 4 % depuis la Belgique, 3 % depuis la Suisse, le Canada et l’Allemagne, 2 % depuis les Etats-Unis. Dans les 10 % restant j’accueille des visiteurs de Suède, de l’île Maurice, de Croatie, Indonésie, Japon, Brésil, Nouvelle-Zélande, Australie bien sûr, mais encore les Emirats Arabes, le Vietnam, les Maldives, l’Ukraine, la Bolivie, le Mali, l’Afrique du Sud,… En règle générale, de nombreux expatriés français ou francophones qui résident à l’étranger et qui viennent chercher chez moi le partage d’expériences voyageuses telles qu’ils la vivent au quotidien dans cet ailleurs qu’ils ont choisi.

En analysant plus finement, mes statistiques indiquent que 22 % de mes lecteurs sont basés en région Provence Alpes Côte d’Azur, puis vient l’Ile de France avec 19 % de lecteurs, et c’est une surprise parce que je pensais que les Parisiens étaient plus nombreux à chercher l’évasion ! Puis arrive la région Rhône Alpes (avec Lyon) pour 6 %, et le Québec avec 5 % tout comme la Bretagne et le Languedoc-Roussillon. Quelques régions françaises se bousculent ensuite avant la région de Bruxelles en Belgique et celle de Zurich en Suisse pour 2 %. Dans les moins de 2 % ce sont des visiteurs (dans l’ordre) de Californie, Ontario, Martinique, Colombie Britannique, Brabant Wallon, Genève, New Jersey, New York, Catalogne, Vaud, Namur, Anvers, Flandre, Hainaut, Guadeloupe, Andalousie, Madrid, Berne, Luxembourg, Ohio, Limbourg, Massachusetts, Virginie, Arizona, Fribourg, etc…

En fait, chacune de vos visites est un voyage qui s’ajoute aux miens !

Alors un grand merci à vous tous qui me lisez chaque jour ou chaque semaine. Un merci chaleureux pour votre fidélité, même discrète. Soyez convaincus que celle-ci me pousse davantage lors de chaque voyage à prendre des notes et à photographier en pensant « il faut que je leur raconte ceci » ou « il faut que je leur montre cela !« . Mes collègues pourraient en témoigner, et ce ne sont pas l’Homme, René ou Nicolas qui me lisent qui diront le contraire : en voyage (et en tournage) je suis constamment à la recherche d’une connexion Internet qui me permettra de rester en contact avec vous, de vous transmettre si possible en direct la petite part de rêve que vous venez chercher chez moi. Je vous le disais, un blog c’est avant tout la notion de partage. Grâce à votre fidélité, nous avons atteint cette dimension ; pour moi c’est là que réside le succès et c’est la meilleure motivation pour donner davantage et vous emmener encore plus loin, et plus souvent.

Voilà, je tenais à fêter avec vous la mise en ligne de cet article numéro 200, soit environ un article tous les deux jours depuis que j’ai ouvert ce blog à un large public. Je m’efforce d’être aussi fidèle que vous et de vous apporter plusieurs fois par semaine l’évasion et le partage que vous venez chercher entre mes lignes, dans mes photos. Mais j’aimerais que vous vous exprimiez davantage en laissant un petit signe de votre passage sous l’article que vous lisez, une salutation, un clin d’œil, un avis complémentaire ou carrément contradictoire.

Et si vous voulez me faire un cadeau aujourd’hui, répondez au petit sondage que je viens de mettre en ligne sous le calendrier sur votre droite, pour me permettre de vous fournir à l’avenir le contenu qui vous plaira encore davantage, que je sache ce que vous aimez, ce que vous voulez.

Et s’il vous plait, dites-moi donc ci-dessous, là, dans les commentaires, d’où vous me lisez (votre ville ou région ou pays) et si vous êtes un homme ou une femme. Parce que ça, voyez-vous, je ne le sais pas et je suis certaine que votre voisin(e) anonyme aimerait bien le savoir aussi… Moi je vous écris depuis Marseille, au bord de la Méditerranée, en France, et vous le savez déjà, je suis une femme. Mais puisque ce blog n’est qu’un long récit de voyage communautaire, dites-nous donc d’où vous me lisez pour que cet article, aujourd’hui et dans les jours à venir, ne soit qu’une longue chaîne à travers le monde…

Je reste derrière mon écran…

N'hésitez pas à commenter ou à poser des questions, j'y réponds volontiers :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.