Canard laqué de Hong Kong © Marie-Ange Ostre

Il est toujours difficile pour moi de trier des photos au retour d’un nouveau voyage-découverte tant les souvenirs qui s’y mêlent peuvent faire appel aux cinq sens. 

Or, en Chine plus qu’ailleurs les parfums et les saveurs sont à l’honneur.

En cherchant une photo symbolique de Hong Kong cet après-midi j’ai donc hésité entre une vue sur la baie de nuit avec tous ses buildings illuminés ou une autre sur un village flottant des Nouveaux-Territoires.

Pourtant c’est une photo gourmande que je choisis aujourd’hui : en effet lorsque je regarde mes photos faites pendant une journée à l’extérieur de la ville de Hong Kong, quand je parcours toutes ces images colorées faites de maisons sur pilotis et de marché local, je succombe au souvenir d’un plat très connu des Européens : le canard laqué.

Quand je pense au village de Tai O sur l’île de Lantau (lire mon article en cliquant ici), je retrouve instantanément les effluves de cuisine mijotée sur les étals du marché. Brassées d’escargots bouillis dans une sauce écarlate révélatrice de piments à haute dose, panier de crabes-tigres préparés à la vapeur, poissons séchés prêts à être utilisés dans des sauces et potages, ou encore bouquets de légumes en tiges de toutes provenances, à Tai O vous en trouverez pour tous les goûts, pour tous les appétits. J’ai même vu des huîtres et coquilles saint-jacques gratinées au fromage sur un barbecue de fortune !

Alors ne m’en veuillez pas de vous soumettre cette photo de canard laqué à la peau si croustillante que j’en ressens encore la sensation sous la dent. Cette chair délicate et rosée a été cuite pendant 45 minutes dans un four à charbon après avoir été enduite de miel et d’épices. Puis le canard est repassé au four plus chaud pendant 15 minutes et on m’a garanti que c’est ainsi qu’on obtient le croustillant de la peau de canard. A Taiho dans ce petit restaurant improbable on le sert avec de la sauce soja et de la sauce aux prunes.

Le restaurateur m’a aussi confié que les Chinois de Hong Kong sont également friands d’oie laquée, une variante plus luxueuse mais tout autant appréciée des gastronomes locaux.

Je ne me suis encore jamais lancée dans la confection d’un canard laqué. Et vous, avez-vous déjà cuisiné un canard laqué ? Auriez-vous des recommandations à me faire ?

Envie d’en apprendre davantage sur mes voyages à Hong Kong ? Voici quelques pistes à explorer :

Cet article a été publié une première fois en avril 2011 sur mon blog de voyages Un Monde Ailleurs (2004-2014), blog qui n’est plus en ligne aujourd’hui. Les articles re-publiés sur ce site le sont s’ils présentent à mes yeux une valeur émotionnelle ou s’ils offrent un intérêt informatif pour mes lecteurs. Ils sont rassemblés sous le mot-clé « Un Monde Ailleurs ». Malheureusement il a été impossible de réintégrer les commentaires liés à cet article, seul le nombre de commentaires est resté indiqué.

Rédiger et illustrer un site web ou un blog représente des heures, des années de travail. Prélever sur Internet sans autorisation préalable des photos ou des textes (tout ou partie) est une violation des droits d’auteur. Des outils permettent de dénicher facilement les « emprunteurs » et de les poursuivre (dans le pire des cas), ce sont d’ailleurs souvent les lecteurs qui nous alertent. Si vous souhaitez utiliser un extrait d’article ou une photo n’hésitez pas à demander depuis la page Contact sur ce site. Merci pour votre compréhension.

N'hésitez pas à commenter ou à poser des questions, j'y réponds volontiers :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.