Plage sable rose de Tanjung Ringgit, Lombok

En voyage vous le savez, j’aime sortir des sentiers battus. Et si le nom d’un lieu peu fréquenté est évoqué devant moi… je dois m’y rendre rapidement et découvrir les secrets cachés de ces paysages indonésiens.

Avant de faire le tour de Lombok je vous recommande de planifier vos journées, pour prendre le temps de découvrir à votre aise et ne rien manquer des paysages de Lombok. Après vous avoir fait découvrir la côte du Sud-Ouest de l’île je vous emmène explorer aujourd’hui la partie Sud-Est de Lombok, plus sauvage parce que moins fréquentée, et plus particulièrement la superbe plage de Tanjung Ringgit et son sable rose.

Côté Sud-Est c’est presque la grande aventure : les panneaux indicateurs sont peu nombreux, les routes ne sont pas toutes couvertes d’asphalte – loin de là – et vous apprécierez d’avoir un chauffeur local auprès de vous. Premières recommandations : partez pour la journée, emportez le pique-nique et des bouteilles d’eau, la crème solaire, votre sarong (paréo) et votre maillot de bain.

Ceux qui se rendent dans le Sud-Est de l’île y vont pour admirer la plage secrète de Tanjung Ringgit. Pourtant le phare (quasi abandonné) de Tanjung Ringgit et la vue sur les falaises et sur les côtes de l’île de Sumbawa méritent aussi votre attention. Passé la descente vers la plage il faut poursuivre sur cette route cahotante de terre et poussière qui vous mène vers le bout du monde sur des kilomètres – avec des tronçons pentus – depuis le village de Pemokong. Même si la région est très sèche, il vaut sans doute mieux éviter cette excursion un jour de pluie…

En arrivant au bout du bout sur cette péninsule, arrêtez-vous d’abord à Tanjung Poki pour admirer le paysage : des falaises abruptes au-dessus du détroit d’Alas qui sépare Lombok de l’île de Sumbawa, avec des entrées de grottes pour les plus téméraires. Superbe.

Face à vous, de l’autre côté du détroit, la silhouette bleutée des montagnes de Sumbawa.

Derrière vous, quelques canons rouillés, abandonnés là depuis le dernier conflit armé.

Poussez à pied sur votre gauche jusqu’au-delà du vieux phare sur le chemin de chèvres pour avoir le meilleur point de vue, vous ne le regretterez pas et aurez la sensation d’un voyage au bout du monde…

Reprenez la voiture pour rejoindre les plages de sable rose, sur la partie ouest de Tanjung Ringgit. Elles portent toutes deux le même nom, mais la plus fréquentée (et la seule vraiment connue) est celle qui est abritée du vent (il vous faut revenir sur vos pas en croisant une colonie de macaques, et un petit panneau de bois annonce le chemin de terre défoncé qui descent vers « Pink« ).

Attention, la route mi-calcaire mi-sable est sportive pour descendre jusqu’à la plage de Tanjung Ringgit, mais surtout pour la remonter ! Certains la descendent en voiture mais je les ai vu aussi affronter quelques difficultés pour la remonter. Je vous recommande vivement de garer votre véhicule le long de la route que vous venez d’emprunter et de descendre à pied vers la plage.

Attention, la route mi-calcaire mi-sable est sportive pour descendre jusqu’à la plage de Tanjung Ringgit…

Pink ou Pink Beach est une superbe plage en croissant, de sable rose, sur laquelle quelques locaux vendent une petite promenade en bangka (pirogue à moteur et à balancier) vers l’île de Gili Petelu sur des eaux de jade. Le bateau est de toutes façons le seul moyen d’admirer la côte et ses plages somptueuses puisqu’aucune route n’y mène.

Petite particularité linguistique : « gili » signifie île sur Bali et Lombok, partout ailleurs en Indonésie on utilise le terme de « pulau » pour désigner une île. Pourtant on m’a confirmé avec assurance que Tanjung Ringgit signifie aussi… « plage rose ». Allez savoir…

La « plage rose » appartient selon les locaux à une propriétaire espagnole qui a construit en léger surplomb une maison de bambou et de bois, plutôt sommaire. Je la soupçonne d’avoir acheté tout le terrain environnant pour le protéger des promoteurs avides d’un profit qui aurait défiguré l’endroit. Si c’est le cas, qu’elle en soit vivement remerciée !

Pour l’instant, seuls des touristes venant de Java y viennent le temps d’un pique-nique pendant les week-ends. L’endroit reste très isolé, fréquenté seulement par des pêcheurs s’ils ont besoin de mettre pied à terre.

Sur Internet on commence à voir quelques photos de Tanjung Ringgit, toujours ultra-saturées pour mettre en valeur la teinte rosée de son sable. C’est dommage ! Cependant je dois reconnaître qu’après m’y être rendue à plusieurs reprises il est presque difficile de prendre cette plage en photo de façon satisfaisante parce que le vent sur la côte Est de Lombok charrie des nuages qui assombrissent les nuances du sable et de la baie. Si vous voulez prendre des photos de Tanjung Ringgit avec des teintes naturelles surveillez les marées : en effet la teinte rosée du sable se révèle lorsque les vaguelettes se retirent, quand le sable est saturé d’eau et que les reflets du soleil apportent un peu de brillance.

Pour atteindre la seconde plage de Tanjung Ringgit, beaucoup plus secrète, il vous faudra grimper sur la petite falaise qui sépare les deux plages (à gauche de la plage principale quand vous lui faites face). L’occasion de prendre d’autres photos…

Côté pratique, sur place un petit baraquement propose de l’eau et des sodas à la vente (quand il est ouvert), quelques biscuits secs sous sachet plastique également. Que vous apportiez vos vivres ou que vous achetiez sur place, veillez à ne rien laisser derrière vous afin de préserver l’endroit aussi longtemps que possible.

Sur la route qui mène jusqu’au phare j’ai croisé l’entrée d’un hôtel (Jeeva Klui) dont les gardes m’ont assuré qu’il était fonctionnel. Pourtant les locaux prétendent qu’il n’est pas encore opérationnel. Je ne suis pas entrée, l’endroit semble plutôt inhabité pour l’instant.

Le long de cette route chaotique qui mène jusqu’au paradis (aucune pollution dans ce secteur), vous ne croiserez que quelques villages de fermiers ou de pêcheurs, d’une grande pauvreté.

En lisant quelques guides, j’avais retenu que la population dans le Sud de Lombok est moins hospitalière avec les visiteurs qu’ailleurs sur Lombok. L’île toute entière est à majorité musulmane mais pratiquant parfois un culte animiste, une majorité qui cohabite en général sereinement avec des groupes de population hindouiste (venus de Bali) et chinoise. La pauvreté et l’aridité de cette région du Sud-Est pourraient expliquer les petits larcins qui ont lieu de temps en temps. Alors évitez de vous y rendre seule, et ne laissez rien sur la plage sans surveillance.

Après ma première expérience du côté de Kuta Lombok en juin dernier (un lieu qui tend à se développer sur le plan touristique en profitant de superbes plages et de beaux spots pour le surf), et suite à mes explorations dans le Sud-Est et dans le Sud-Ouest de Lombok ces derniers jours je ne peux que modifier cet a priori négatif en ce qui concerne l’accueil qui est fait aux visiteurs : souriez d’abord, saluez, et tous en retour vous souriront et vous salueront.

J’ai reçu un accueil très chaleureux de la part des habitants du Sud de Lombok, et aucun ne m’a ignorée ou repoussée, bien au contraire. Dans un champs de cacahuètes une jeune femme m’a tendu son bébé pour que je le prenne dans mes bras et m’a collé un gros bisou sur la joue, hilare (je subodore qu’elle était surtout amusée par la taille de mon zoom Canon qui m’a permis de prendre certaines des photos que vous voyez sur cet article).

Sur la route en remontant vers la côte Nord-Ouest, au marché aux bestiaux de Praya – quasi totalement masculin – les fermiers souriaient et posaient des questions à mon guide local (qui m’a tout de même empêchée d’aller jusqu’au bout, noir de monde).

En chemin dans une procession de mariage les habitants riaient de me voir prendre des photos de la foule qui chantait et dansait sur la route tout en m’interpellant « photo Mister !« .

Si vous venez sur Lombok n’hésitez pas à descendre dans le Sud, en deux fois si vous êtes basé(e) sur Senggigi ou sur la côte Ouest en général. Et prenez un guide local pour vous véhiculer et avoir un vrai contact avec les habitants parce que si l’anglais est bien compris dans les secteurs touristiques, dès que vous approchez des villages de tisseuses, de fermiers ou de potiers, le contact est moins évident si vous ne parlez pas le bahasa.

Dans un prochain article je vous raconterai mon tour du Nord de l’île et du centre, pour vous montrer le volcan (et mont) Rinjani et pour découvrir d’autres paysages de Lombok. Dans le Nord la végétation est nettement plus dense, très luxuriante, avec des paysages de rizières et de plantations de tabac en redescendant vers l’Est.

Je vous montrerai.

Envie d’en apprendre davantage sur mes voyages et ma vie en Indonésie ? Voici quelques pistes à explorer :

Cet article a été publié une première fois en mars 2013 sur mon blog Discover Lombok (2012-2014), blog qui n’est plus en ligne aujourd’hui. Les articles re-publiés sur ce site sont réunis sous le mot-clé « Lombok », ajoutés à ceux que j’ai publié sur mon blog de voyages Un Monde Ailleurs. J’ai ajouté davantage de photos à ces articles en les re-publiant mais malheureusement il a été impossible de réintégrer les commentaires liés à ces articles.

Rédiger et illustrer un site web ou un blog représente des heures, des années de travail. Prélever sur Internet sans autorisation préalable des photos ou des textes (tout ou partie) est une violation des droits d’auteur. Des outils permettent de dénicher facilement les « emprunteurs » et de les poursuivre (dans le pire des cas), ce sont d’ailleurs souvent les lecteurs qui nous alertent. Si vous souhaitez utiliser un extrait d’article ou une photo n’hésitez pas à demander depuis la page Contact sur ce site. Merci pour votre compréhension.

N'hésitez pas à commenter ou à poser des questions, j'y réponds volontiers :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.