Dubai, horizon sur la ville dans la brume de fin de journée © Marie-Ange Ostré

Dubai, l’un des 7 émirats arabes unis, une histoire qui remonte à 1833 avec l’installation de la famille régnant encore de nos jours.

Près de 2 millions d’habitants dont 80% d’expatriés.

Vous n’avez pas le droit de vous embrasser en public, à peine le droit de vous tenir par la main dans la rue à condition d’être mariés. Evidemment tenue décente exigée partout même si certaines n’ont pas encore compris que les seins à l’air sur la plage de l’hôtel ou devant la piscine ce n’est pas admis par la religion musulmane. Manque d’intelligence ou manque de respect d’autrui ? Je n’arrive pas à déterminer mais ce genre d’impair me fait toujours grincer des dents.

Pourquoi partir en vacances à Dubai ?

Parce qu’il y a forcément du soleil et la mer. Parce que je voulais une destination où je n’aurais RIEN à FAIRE ! Ou au moins une destination où je serais moins tentée de courir partout pour en découvrir davantage.

J’ai besoin de souffler un peu. J’ai coutume de dire que mes vacances se déroulent à Paris, lorsque je rentre de reportage de l’un des quatre coins du monde. En fait, c’est un mensonge déguisé puisque je passe en réalité la majeure partie de mon temps sur l’ordinateur pour répondre aux e-mails, préparer les prochains articles et surtout le prochain voyage. Je ne parle même pas du surcroît de travail que je me suis mis sur les épaules avec le magazine Repérages Voyages !

Donc cette fois il fallait que je parte, mais pour la détente seulement. Un vol vers Dubai ne dure que 6 heures 30 environ, à peine le temps de dormir un peu, et il n’y a que 2 heures de décalage horaire alors pas de temps d’accoutumance à l’arrivée ni au retour. Un énorme atout à mes yeux lorsque je pars seulement 5 ou 6 jours.

Et puis à Dubai il fait 41° ces jours-ci (ça devrait monter jusqu’à l’insupportable dans deux ou trois semaines et jusqu’en septembre). La température serait plus acceptable si l’on ne naviguait pas sans cesse entre climatisation forcenée à l’intérieur et souffle du désert à l’extérieur. Des chocs thermiques permanents, il faut s’habituer. Mais moi, 41° ça me va bien au teint.

Pas le droit de vous embrasser en public à Dubai, pas le droit de vous tenir par la main, mais…

Ensuite… il y a le golfe persique. Autant j’avais aimé plongé en mer de Chine méridionale dans la baie de Ha Long au Vietnam il y a 9 mois, autant j’aime nager dans le golfe persique depuis deux jours : l’eau est à… 34° ! J’y entre presque en courant tant l’eau en bord de plage est chaude. Ecran solaire obligatoire, parce que l’eau étant très salée (une mer presque fermée) il est trop facile de faire la planche, en oubliant les rayons du soleil assassin.

Par contre on s’enfonce mollement dans le sable sur les cinquante premiers mètres en pente douce : les hôtels ont souvent des plages artificielles dans le secteur, avec du sable rapporté. L’impression générale est curieuse, comme si vous vous enfonciez dans un marais recouvert. Il vaut mieux nager autant que possible !

Bref, j’avais envie d’un séjour hôtel / plage / piscine et cuisine du monde, juste pour quelques jours. J’avais envie de goûter au farniente, comme tout le monde. Jouer les touristes un peu, mais sans trop.

Par contre… plage et piscine ne peuvent suffire à mon bonheur. Donc, inspirée par l’article de Sabrina Bailleul dans Repérages Voyages numéro 2, je viens de réserver une voiture pour en découvrir davantage sur les jours à venir.

Quand on parle de Dubai, on pense bling-bling. D’ailleurs l’Office de Tourisme vante les charmes du shopping (un centre commercial ici abrite 1200 différents magasins, un autre abrite la fameuse piste de ski et un aquarium bourré de requins), son soukh de l’or et celui des épices. Quand on sait que tous les produits ici sont vendus détaxés et que l’iPad s’y vend environ 100€ moins cher qu’ailleurs, on comprend l’engouement des visiteurs pour cette destination.

J’ai aperçu hier soir une Lamborghini blanc mat monstrueusement magnifique (le genre de bolide que j’aimerais conduire pour quelques minutes juste pour sentir la puissance du moteur sous la pédale d’accélérateur).

Alors pourquoi prendre des vacances à Dubai ?…

Ici, il y a l’hôtel le plus cher du monde, le fameux Burj Al Arab à l’architecture élégante, en forme de voile de bateau d’antan. Vraiment beau vu de l’extérieur, parce que ne comptez pas le visiter : aucun accès n’est autorisé si vous n’êtes pas client ou employé. Mes deniers ne me le permettent pas.

J’irai sans doute y voir d’un peu plus près demain. La beauté de cet hôtel est incontestable, et chaque fois que je passe en taxi devant je reste fascinée par sa structure, sa blancheur, son élégance. Une ou deux photos, et je passerai mon chemin c’est promis. Parce que je suis en vacances !

Il y a aussi la très célèbre tour Burj Khalifa, celle qui ne fait pas 1 km de haut comme on a tendance à le répéter mais 828 mètres de haut, ce qui n’est déjà pas si mal. Une belle architecture, comme une grosse aiguille d’argent plantée dans le sable. C’est la plus haute tour du monde actuellement. Je ne vois pas vraiment l’intérêt d’une construction flirtant avec l’azur (il n’y a pas de nuages sur Dubai), mais il paraît que cette tour compte plus d’appartements que de bureaux. La marque Armani y a logé l’un de ses hôtels exclusifs.

Je vais donc monter demain jusqu’au 124ème étage de la tour Burj Khalifa, par curiosité d’abord, pour tenter de prendre quelques photos « aériennes » ensuite, et parce qu’il s’agit de l’observatoire en plein air le plus haut du monde. Ça ne se rate pas !

Sachez d’ailleurs qu’il vaut mieux se renseigner et réserver son billet d’accès à l’avance sinon vous paierez votre billet près de 5 fois son prix si vous souhaitez monter tout de suite. Pour réussir à grimper au (presque) sommet en fin d’après-midi afin de tenter le coucher de soleil sur Dubai il m’a fallu attendre 3 jours pour acheter un billet disponible !

Puisqu’il m’est viscéralement impossible de jouer trop longtemps à la touriste de plage quand je suis en voyage à l’étranger j’irai aussi faire un tour sur la côte Est des Emirats Arabes Unis pour découvrir les autres territoires.

Connaissez-vous le nom de Fujairah ? Il s’agit de l’un des 7 émirats. On me parle aussi de montagnes dans la région de Khorfakkan, ainsi que des « plus belles plages de l’océan indien« . Hum… il va falloir faire très fort parce que je connais déjà un bon nombre de plages superbes sur les îles de l’océan indien (Seychelles, Indonésie, Maldives,…), mais je ne demande qu’à contempler ! Ces lieux sont aussi limitrophes d’Oman, l’un des endroits où j’aimerais aller faire un tour un jour. Je vais donc sortir de Palm Jumeirah pour aller à la rencontre de villages de bédouins et tenter de voir autre chose que les tours de Dubai.

Néanmoins ne vous méprenez pas : j’apprécie mes vacances ! J’ai acheté du curry « arabe » hier (d’après ce que j’ai senti il s’agit d’un mélange d’épices pour couscous et tajines), de l’ail séché en lamelles et de petits citrons séchés (je n’ai pas dit confit). Cela devrait parfumer quelques plats au retour.

J’espérais faire une cure de cuisine orientale à Dubai, or je me rends compte qu’il y a davantage de restaurants étrangers ici que dans tout Paris. On s’y dispute les grands chefs et le concierge de mon hôtel a même précisé qu’ils ont recruté « le chef français le plus réputé de France » ! Je croyais qu’il s’agissait de Ducasse. Non, c’est un autre chef dont je n’ai jamais entendu parler. Ceci étant je mange très bien dans cet hôtel !

Bref, je bavarde, je bavarde, mais la plage m’attends (si, il y a même de petits coquillages sur le sable !) et je ne voudrais pas passer à côté des mezzés à l’heure du dîner !

Ne m’en veuillez pas, je cours retrouver ma chaise longue !

Envie d’en apprendre davantage sur mon voyage à Dubai ? Voici quelques pistes à explorer :

Cet article a été publié une première fois en juin 2011 sur mon blog de voyages Un Monde Ailleurs (2004-2014), blog qui n’est plus en ligne aujourd’hui. Les articles re-publiés sur ce site le sont s’ils présentent à mes yeux une valeur émotionnelle ou s’ils offrent un intérêt informatif pour mes lecteurs. Ils sont rassemblés sous le mot-clé « Un Monde Ailleurs ». Malheureusement il a été impossible de réintégrer les commentaires liés à cet article, seul le nombre de commentaires est resté indiqué.

Rédiger et illustrer un site web ou un blog représente des heures, des années de travail. Prélever sur Internet sans autorisation préalable des photos ou des textes (tout ou partie) est une violation des droits d’auteur. Des outils permettent de dénicher facilement les « emprunteurs » et de les poursuivre (dans le pire des cas), ce sont d’ailleurs souvent les lecteurs qui nous alertent. Si vous souhaitez utiliser un extrait d’article ou une photo n’hésitez pas à demander depuis la page Contact sur ce site. Merci pour votre compréhension.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :