hôtel Qasr Al Sarab, Abu Dhabi

Les Émirats Arabes Unis cherchent à développer le tourisme en offrant activités et prestations hôtelières à la hauteur d’une clientèle exigeante. Sur des territoires où tout est possible économiquement, laissez-vous séduire par le luxe dans le désert…

Le 4×4 venu m’attendre à l’aéroport d’Abu Dhabi glisse sur l’asphalte et vole sur les dunes pendant 90 courtes minutes, un trajet plaisir des yeux : le soleil se lève à peine sur le désert et la lumière offre ses toutes premières couleurs aux sables poudrés de rose. Puis de hautes murailles, du cuir patiné, un parfum d’encens,… Me voici dans l’enceinte d’un palais des Mille et Une Nuits, à l’hôtel Qasr Al Sarab.

Quelques minutes plus tard je découvre mon domaine, une chambre-cocon aux teintes ambrées, spacieuse, avec les prestations inhérentes à un 5*. Je sors sur la terrasse, le souffle du dragon glisse sur ma peau : en ce matin de juin il fait déjà 45°, à quelques kilomètres à peine de l’Arabie…

La piscine hollywoodienne miroite sous les baies vitrées des 154 chambres et 52 villas du Qasr Al Sarab. Les bâtiments bas aux teintes sable offrent terrasses ensoleillées ou abritées, j’ai choisi l’ombre pour m’y asseoir en plein jour et goûter au silence du désert. Autant j’apprécie la climatisation sous des climats extrêmes, autant j’aime profiter du vent et des parfums lorsque je découvre une nouvelle destination.

L’autre atout ici, c’est le silence… Pas celui qui ennuie, celui qui enivre.

Abu Dhabi, 1 318km de côtes entre le golfe persique et celui d’Oman, les deux états limitrophes. Un territoire qui compte moins de 1% de terres cultivables et dont les ressources naturelles privilégiées sont gaz et pétrole, matières premières qui permettent une expansion favorisant une nouvelle économie : le tourisme, et pas seulement le tourisme d’affaires.

Le groupe hôtelier Anantara l’a bien compris : le Qasr Al Sarab a surgi du désert en octobre 2009 quelques jours avant le tout premier Championnat de Formule 1 de Dubai, le voisin ambitieux. Les familles régnantes à Abu Dhabi souhaitent désormais mettre en valeur leur deux régions : la mer, et le désert.

En fin de journée au Qasr Al Sarab, le désert se met à scintiller : candélabres, torchères, lampes de métal ajouré,… La lumière prend une autre dimension au creux des dunes. Je respire l’air du soir, pur, limpide, sous des étoiles-diamant. Rien ne m’avait préparée à un tel dépaysement…

Au dîner je goûte dans une atmosphère feutrée aux spécialités du Moyen-Orient disposées artistiquement sur un buffet dont je ne ferai pas le tour en quelques jours. Trois restaurants différents, pour trois envies distinctes : un buffet, riche et copieux pour le petit déjeuner et le déjeuner, un service à table pour dîner ou favoriser l’intimité, et une table plus légère et plus informelle au restaurant de la piscine.

J’aime l’extraordinaire richesse et la qualité du buffet du restaurant Al Waha. Différents comptoirs proposent des entrées, plats et desserts d’une grande diversité, pour toutes les nationalités. La cuisine orientale y est bien représentée mais les Asiatiques ne sont pas oubliés avec un assortiment de sushi, maki et sashimi. Les Européens apprécieront une cuisine méditerranéenne faite de salade grecque, de mousse d’avocat aux crevettes, d’huîtres fraîches,… Pattes de crabe royal, coquillages, saumon fumé de première qualité embellissent les assiettes des plus gourmands. Pour les Français et les Italiens c’est un plateau de fromages affinés qui satisfait les exigences régionales.

Gageons pourtant que ce sont les spécialités locales qui recueilleront vos faveurs : j’ai goûté là un tajine de chameau aux épices ainsi que quelques pâtisseries que je suis revenue photographier le lendemain, pour les immortaliser. Une cuisine fine, raffinée, l’un des atouts incontestables du Qasr Al Sarab.

L’autre atout, c’est le silence… Pas celui qui ennuie, celui qui enivre. Celui auquel aspire votre sérénité, un silence qui épouse le sourire de vos hôtes, à chaque instant. Silence meublé de subtiles aspérités, celle du sable qui crisse, de la pierre qui éclate, du vent qui fait voler une mèche de cheveux sur un regard accentué de khôl. Ici pas de voiture, pas d’avion, aucun bruit urbain. Juste l’écho de vos pensées les plus secrètes qui rebondit sur les dunes de sable velouté.

Après le dîner je me suis promenée sous la voûte étoilée autant pour expier ce péché de gourmandise orientale que pour savourer jusqu’au bout le plaisir quasi sensuel du lieu quand tout concourt à une atmosphère d’abandon, de lâcher-prise, dans un environnement ultra-raffiné mais sans ostentation. Ici point de dorures à l’extrême mais des allusions à l’univers des grands explorateurs du désert : dattiers, faucons, chameaux, osier, cuir martelé,… Le Qasr Al Sarab compte 40% d’employées féminines, 50% des cadres sont des femmes, et cela transparaît dans la décoration intérieure, et dans cette notion de l’accueil.

Un personnel qui parle aussi le français. Si jusqu’à présent la majeure partie des clients venait passer le week-end ici après une semaine de labeur dans les Émirats, désormais c’est une clientèle plus européenne qui profite des vols directs Etihad entre Paris et Abu Dhabi pour venir se ressourcer à 6 heures de Paris, avec seulement 2 heures de décalage horaire avec la France.

Élégance, silence, espace. Le grand luxe, façon Anantara. Incontestablement l’une des meilleures adresses des Émirats !

 

J’aime…
Aucune route ni avion, le silence seul répond au vent qui court sur le désert. Les chambres spacieuses offrent un sentiment d’intimité. Ultra romantique !

Je recommande…
Petit déjeuner et déjeuner au restaurant Al Waha, dîner au restaurant piscine Ghadeer. Le désert en 4×4, ou à dos de chameaux. Un astronome raconte étoiles et planètes.

C’est ici…
Qasr Al Sarab (groupe Anantara)
Abu Dhabi, U.A.E.
www.anantara.com

Vol direct avec Etihad Airways

J’ai rédigé cet article pour une publication sur le premier numéro du magazine de voyages gratuit (et online) Repérages Voyages. Je publie cet article sur ce blog pour lui offrir une seconde vie, et permettre à de nouveaux lecteurs de découvrir mes publications sous toutes leurs formes.

Par ailleurs, et afin d’enrichir votre expérience de lecture, j’en profite pour ajouter beaucoup de photos ici sur cet article que vous ne verrez pas sur le magazine.

Pour lire cet article sous le format magazine je vous invite à cliquer sur le petit cadre blanc situé en bas à droite de cette fenêtre sur fond noir, afin de lire plein écran. Pour revenir sur ce blog cliquez ensuite simplement sur votre touche « Esc » en haut à gauche de votre clavier :

 

 

Merci de partager sur vos réseaux sociaux ou par e-mail si vous appréciez ! 🙂

Envie d’en apprendre davantage sur mes voyages à Abu Dhabi ? Voici quelques pistes à explorer :

Rédiger et illustrer un site web ou un blog représente des heures, des années de travail. Prélever sur Internet sans autorisation préalable des photos ou des textes (tout ou partie) est une violation des droits d’auteur. Des outils permettent de dénicher facilement les « emprunteurs » et de les poursuivre (dans le pire des cas), ce sont d’ailleurs souvent les lecteurs qui nous alertent. Si vous souhaitez utiliser un extrait d’article ou une photo n’hésitez pas à demander depuis la page Contact sur ce site. Merci pour votre compréhension.

N'hésitez pas à commenter ou à poser des questions, j'y réponds volontiers :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.