Lombok, plage Tanjung Aan (Indonésie)

Vous trouverez des plages de rêve partout en Indonésie, ou presque. Sable blanc, doré, ou rose, c’est au choix ! 

Je vous ai montré et raconté Mawun Beach, la plus belle plage de Lombok sur la côte sud de l’île (cliquez sur mon article ici). Voyons si la plage de Tanjung Aan suscitera autant de commentaires…

La superbe plage de Tanjung Aan est située à proximité de la plage de Kuta Beach, au beau milieu de la côte Sud de Lombok. Depuis Senggigi il faut compter entre 90mn et 2 heures de voiture pour y parvenir, une dizaine de minutes seulement depuis le village de Kuta.

La route est de bonne qualité, jusqu’aux abords de Tanjung Aan. Laissez le village de Kuta derrière vous et roulez jusqu’au rond-point précédant l’accès à l’hôtel Novotel. Au rond-point prenez la route qui file tout droit de l’autre côté du rond-point (la route d’accès au Novotel restant sur votre droite), et tournez le dos au Novotel.

Roulez quelques kilomètres encore sur une route très vallonnée (attention aux dos d’âne et à la route qui disparait sous l’horizon juste après un accès pentu) puis vous trouverez un chemin de sable sur votre droite, avec (normalement) un panonceau de bois indiquant Tanjung Aan. Roulez doucement (nombreux nids de poule) jusqu’à l’aire de stationnement.

Essayez de vous y rendre le matin avant 11h pour une meilleure lumière…

Vous avez le choix entre deux arrêts : la première aire vous permettra d’admirer la plage côté Est, avec son sable blanc poudreux. Choisissez plutôt le second arrêt un peu plus loin, et garez-vous. Un Indonésien vous demandera de vous acquitter d’un montant correspondant à 20 000 roupies IDR, moins de 2€, quelque soit le temps de votre séjour sur Tanjung Aan. On doit vous remettre un ticket (imprimé = officiel) en échange. Le tarif pour un scooter doit être inférieur. Ne marchandez pas, sauf si on ne vous présente pas de ticket. Attention, si vous faites d’abord le premier stop montrez votre ticket au deuxième arrêt pour éviter d’avoir à payer la seconde aire de stationnement.

Faites patienter les vendeurs ambulants qui vous proposeront sarongs (paréos), tee-shirts et noix de coco fraîches, et grimpez tout de suite sur la petite colline qui sépare les deux baies pour admirer ce paysage débouchant sur l’océan indien (et prendre quelques photos) :

Tanjung Aan recèle en réalité deux superbes plages très distinctes de texture et de couleur :

  • sur votre gauche (photos ci-dessus), une baie en croissant abrite un lagon couleur jade bordé d’un sable blond constitué de micro-billes parfaitement rondes. Accroupissez-vous au bord de l’eau et faites rouler le sable entre vos doigts, c’est étonnant. De petits bateaux traditionnels viennent chercher de rares touristes pour leur faire faire une promenade dans la baie.
  • sur votre droite (photos ci-dessous), la plage de sable blanc, poudreux, celui qui colle aux pieds, encerclant un lagon turquoise de faible profondeur, criblé de récifs coralliens. La plage est idéale pour le farniente mais attention, pas de parasols sur place !

Entre ces deux plages, la petite colline surplombant l’ensemble, à grimper facilement grâce à une volée d’une quinzaine de marches creusées à même la roche. Par jour de grand vent tenez la main des jeunes enfants avant de parvenir sur le petit plateau herbeux.

Allez jusqu’au bout du plateau pour avoir une vue à 360° sur les deux plages (sable blond et sable blanc) et au-delà. Les surfeurs se font plaisir lorsque le vent sévit, venu de l’océan Indien au large.

J’ai parfois lu ici et là que Tanjung Aan était faite de sable rose. Ayant déjà vu du sable rose en divers endroits du monde (Bermudes, Bahamas, et à Lombok mais sur une autre plage), je peux vous affirmer que le sable de Tanjung Aan n’est pas rose du tout même si… dans l’angle incurvé de la partie de sable blanc (sur la droite), lorsque les vagues viennent mourir sur le sable et à une certaine heure du jour il peut prendre quelques reflets rosés. Jugez vous-même :

Lagon de Tanjung Aan, côté sable blanc… ou rosé lorsqu’il est un peu mouillé (et avec un filtre polarisant…).

Bien sûr les deux plages de Tanjung Aan sont encore plus belles par beau temps ensoleillé, et surtout en saison des pluies puisque l’environnement est alors d’un beau vert émeraude, tranchant avec la couleur des sables et des lagons.

En saison sèche (particulièrement en juillet, août et septembre) les reliefs de la côte sud prennent des teintes ocre ou sable, du fait du manque d’eau pour la végétation.

Pour prendre les plus belles photos essayez de vous y rendre le matin avant 11h pour une meilleure lumière (et ne faites pas comme moi : attention au filtre polarisant si vous utilisez un très grand angle).

Vous pourrez vous baigner du côté du sable blond, si les vagues ne se montrent pas trop fortes ce jour-là. Cependant le site de Tanjung Aan est surtout réputé pour les surfers qui profitent de belles vagues au bout du lagon cerné de sable blanc.

Vous pourrez vous désaltérer sur place grâce à des vendeurs qui proposent des petites bouteilles d’eau et de l’eau de coco tout juste ouverte pour vous. Les prix ne se négocient pas, sauf si vous prenez 5 ou 6 noix de coco d’un coup.

À l’extrémité droite de la plage de sable blanc vous trouverez aussi un petit “homestay” qui propose quelques bungalows pour y passer la nuit (le Turtle Paradise, ou Turtle Beach). Juste avant, un petit café (ou ce qui s’en approche le plus) propose de la bière locale (Bintang) et des jus de fruits.

Langage : en bahasa indonésien (la langue officielle de l’archipel) plage se dit “pantai” (“tanjung” signifie cap : Tanjung Aan, Tanjung Ringgit,… ). Néanmoins sur les cartes et pour de nombreux Indonésiens certaines des plages les plus célèbres de l’archipel portent un nom anglicisé : c’est le cas de Mawun Beach par exemple, ou de Kuta Beach (que ce soit celle de Bali ou celle de Lombok, pour les distinguer on dit parfois Kuta Bali ou Kuta Lombok). D’autres plages portent juste le nom du village avoisinant, telle Selong Belanak à proximité de Mawun Beach. Il n’existe pas d’orthographe officielle en Indonésie pour les noms propres, ainsi les cartes indiquent bel et bien Selong Belanak mais les touristes escamotent souvent le E du second mot en le prononçant et vous entendrez alors “Selong Blanak”, une erreur de retranscription reprise peu à peu par les Indonésiens eux-mêmes.

Les sarongs et tee-shirts vendus par des Indonésiennes ployant à peine sous leur lourd baluchon se négocient. Les tee-shirts (vantant Lombok et son art sasak, avec force geckos à l’appui) sont faits d’un coton de bonne qualité (coton épais). Les sarongs eux sont de deux qualités :

  • le batik est moins cher, léger, facile à sécher et à entretenir (à condition de le laver à l’eau froide et séparément car les couleurs dégorgent même après 10 ans !)
  • le sarong tissé (parfois avec des fils d’or) coûte plus cher du fait des nombreuses heures de tissage qu’il aura nécessité, il est aussi plus lourd et sert aux cérémonies traditionnelles. De jolis cadeaux à rapporter pour le transformer en nappes, ou dessus de canapé, de lit, etc…

Vous pouvez négocier, raisonnablement. J’entends souvent des touristes qui marchandent jusqu’au bout, avant d’abandonner en riant (tout en confirmant entre eux qu’ils n’avaient pas l’intention d’acheter). Ceux-ci méritent des claques. Ces vendeuses dépendent de ces ventes pour nourrir leurs familles. Ne marchandez pas si vous n’avez pas l’intention d’acheter, c’est une simple question de savoir-vivre et de respect.

N’oubliez pas d’emporter votre écran solaire, l’appareil photo et un chapeau avant de vous rendre à Tanjung Aan. Et ne laissez aucun détritus derrière vous à l’issue de votre visite.

Si vous connaissez ces plages de Tanjung Aan dans le sud de Lombok n’hésitez pas à partager votre expérience avec mes lecteurs en laissant un petit commentaire ci-dessous. 🙂

 

PS : ces photos ont été faites sur trois années différentes, avec un Canon 7D ou avec un iPad Pro, à différents moments de l’année.

Envie d’en apprendre davantage sur mes voyages et ma vie en Indonésie ? Voici quelques pistes à explorer :

Rédiger et illustrer un site web ou un blog représente des heures, des années de travail. Prélever sur Internet sans autorisation préalable des photos ou des textes (tout ou partie) est une violation des droits d’auteur. Des outils permettent de dénicher facilement les « emprunteurs » et de les poursuivre (dans le pire des cas), ce sont d’ailleurs souvent les lecteurs qui nous alertent. Si vous souhaitez utiliser un extrait d’article ou une photo n’hésitez pas à demander depuis la page Contact sur ce site. Merci pour votre compréhension.

N'hésitez pas à commenter ou à poser des questions, j'y réponds volontiers :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.