New Providence, hôtel Compass Point © Marie-Ange Ostré

Mon troisième voyage aux Bahamas ne fait que commencer, me voici en escale pour quelques heures sur l’île de New Providence.

10 heures de vol pour traverser l’Atlantique vers le Sud, une halte de deux heures à Miami (le temps de me souvenir que j’y étais déjà en janvier dernier lors de mon trajet vers l’île de la Barbade tout au sud des Caraïbes), et hop me voici de retour aux Bahamas !

En sortant hier soir à 22h30 de l’aéroport de Nassau j’ai pris une grande bouffée d’air chaud, presque humide. L’air doux et sucré des îles. Après plus de 15 heures sous une ambiance climatisée entre aéroports et avions, croyez-moi une petite brise nocturne fait du bien !

J’ai donc testé pour vous la nouvelle liaison Paris / Bahamas opérée par une compagnie française, CorsairFly. Mise en place il y a environ 3 semaines elle vous permet de rejoindre Miami 2 fois par semaine pour l’instant, bientôt 3, en vous offrant la possibilité d’enregistrer à Orly votre bagage jusqu’à Nassau, Bahamas.

En arrivant à Miami – étape obligatoire – vous n’avez qu’à passer le contrôle d’immigration, montrer patte blanche aux douaniers qui n’aboient plus (vous n’y laisserez que vos empreintes), puis récupérer votre bagage sur le carrousel pour le reconnaître et le faire rouler vous-même jusqu’aux agents postés une centaine de mètres plus loin. Ils le prendront en charge et vous orienteront ensuite vers le terminal d’embarquement pour votre vol sur Bahamas Air opéré conjointement avec CorsairFly.

Simple, rapide, efficace à l’américaine.

Manque de chance un petit incident hier matin au départ d’Orly ne m’a pas permis de tester véritablement ce vol : au dernier moment la compagnie CorsairFly a été obligée d’affréter un appareil de HiFly, compagnie portugaise, pour transporter tous les passagers vers Miami.

New Providence est souvent nommée seulement Nassau pourtant elle n’héberge pas que la capitale…

Je ne peux donc pas vous parler de l’avion et de l’équipage puisque j’ai voyagé sous pavillon portugais représentant CorsairFly. Avantage ? Mesdames, les stewards portugais sont à croquer ! Charmantissimes, et aux petits soins. Inconvénient ? Aucun, le vol s’est parfaitement déroulé, et nous avons reçu des plateaux-repas signés CorsairFly donc… rien à signaler si ce n’est qu’on vous parle français autant qu’anglais sur HiFly lorsqu’elle remplace CorsairFly au pied levé ! Un avantage pour mes lecteurs qui ne pratiquent pas la langue de Shakespeare.

Me voici donc aujourd’hui à Nassau, ou plus exactement sur l’île de New Providence qui héberge la capitale, Nassau. Curieusement cette île est souvent nommée seulement Nassau pourtant elle n’héberge pas seulement la capitale.

Cet après-midi je m’envolerai vers les îles de Bimini.

Aujourd’hui je vais donc me mettre en température. Il fait dans les 26° ici et la mer est vert jade…

Je retrouve déjà les accents du broken English, cet anglais caribéen qui mâche les mots plus qu’il ne les prononce ; il faut deux ou trois jours pour que l’oreille s’adapte.

J’ai commencé la journée avec des oeufs Bénédicte au petit déjeuner (un incontournable des hôtels bahaméens) et pour mon premier jour ici impossible de m’en priver même si je ne suivrai pas ce régime pendant tout le séjour. Néanmoins lorsque je suis en mission pendant mes voyages je veille toujours à absorber un petit déjeuner consistant quand j’ignore si j’aurai le temps de déjeuner plus tard dans la journée. Aujourd’hui, et je vous le montre en image, c’est chose faite !

Pour accompagner ce breakfast un peu riche : du thé local à l’ananas (le thé n’est pas cultivé ici mais l’ananas oui). Je ne m’en lasse pas, j’en achète lors de chacun de mes séjours aux Bahamas. L’année dernière sur l’île de Cat Island j’avais même déniché du thé au rhum dans une boutique adjacente à un hôtel, vraiment excellent !

Après ce petit déjeuner avec vue sur l’océan j’ai sorti l’appareil photo sous une alternance de nuages et grand ciel d’azur. Incroyable ce que le temps change vite dans les îles !

Déjà 75 photos en boîte ce matin, surtout sur l’hôtel Compass Point dans lequel je réside aujourd’hui.

Cet hôtel est très apprécié pour sa localisation en dehors de la capitale et parce qu’il est situé en bord de mer. D’autre part les chambres sont réparties dans ce qui ressemble à de petits cabanons très colorés, très confortables. Les couleurs acidulées ont fait la renommée du Compass Point sur Internet, mais le service est également à la hauteur de cette réputation.

D’ailleurs quand on vous emmène jusqu’à votre bungalow on vous montrera ceux qui ont hébergé quelques stars américaines. Et puis l’ancienne maison de Lenny Kravitz est juste à côté, alors…

Je vous livre ci-dessus quelques premières photos de ce repérage de 15 jours dans les îles des Bahamas. On m’attend, je dois filer.

Allez, c’est parti pour un marathon photos sur l’île de New Providence !

Excellent week-end à tous !

Envie d’en apprendre davantage sur mes voyages aux Bahamas ? Voici quelques pistes à explorer :

Cet article a été publié une première fois en mai 2011 sur mon blog de voyages Un Monde Ailleurs (2004-2014), blog qui n’est plus en ligne aujourd’hui. Les articles re-publiés sur ce site le sont s’ils présentent à mes yeux une valeur émotionnelle ou s’ils offrent un intérêt informatif pour mes lecteurs. Ils sont rassemblés sous le mot-clé « Un Monde Ailleurs ». Malheureusement il a été impossible de réintégrer les commentaires liés à cet article, seul le nombre de commentaires est resté indiqué.

Rédiger et illustrer un site web ou un blog représente des heures, des années de travail. Prélever sur Internet sans autorisation préalable des photos ou des textes (tout ou partie) est une violation des droits d’auteur. Des outils permettent de dénicher facilement les « emprunteurs » et de les poursuivre (dans le pire des cas), ce sont d’ailleurs souvent les lecteurs qui nous alertent. Si vous souhaitez utiliser un extrait d’article ou une photo n’hésitez pas à demander depuis la page Contact sur ce site. Merci pour votre compréhension.

N'hésitez pas à commenter ou à poser des questions, j'y réponds volontiers :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.