Abaco (Bahamas) Great Guana Cay © Marie-Ange Ostré

Lors de mon séjour en juin dernier, j’ai eu le privilège de passer quelques jours à bord d’un catamaran pour explorer quelques îles du sous-archipel des Abaco. Suivez le guide…

Je vous propose une nouvelle escale dans l’archipel des Bahamas, dans des îles moins connues des francophones qui ne retiennent souvent que les noms de Nassau ou celui des îles aux plages célèbres.

Lorsqu’au petit matin le doux clapotis de vaguelettes infimes sur la coque du catamaran me réveille, je lève une main molle pour chercher le volet de toile à tâtons pour prendre connaissance de la météo du jour. Aveuglée par la lumière violente qui inonde soudain ma cabine, je ferme d’abord les yeux, puis en ouvre un prudemment avant de le refermer : où suis-je ?

J’ai eu le temps d’apercevoir un ciel limpide et ma conscience enregistre maintenant un léger mouvement du bateau qu’aucun bruit ne perturbe. Serais-je la première à m’être réveillée ?…

Non, tandis que je me traîne à genoux sur le lit pour atteindre le hublot au ras de la coursive extérieure, je tombe nez à nez avec une paire de pieds qui traverse d’Ouest en Est ! Visiblement, l’un de mes compagnons de voyage s’est montré plus matinal que moi (a-t-il mieux résisté au rhum de la veille ?…).

Je m’accorde tout de même une longue minute pour profiter du panorama qui s’étire sous mes yeux, presque au ras de l’eau, sur une eau émeraude qui fait la fierté de l’archipel. Nous voici ancrés devant l’une des îles du sous-archipel des Abaco, perle de la navigation de plaisance aux Bahamas !

Je prends une douche rapide dans ma mini salle de bains dotée de tout le confort (merci pour les produits cosmétiques locaux fabriqués à base d’aloe, excellent pour la peau et contre les coups de soleil !).

Après m’être assurée que les photos de la veille sont bien en train de se transférer sur l’un de mes mini disques durs externes, je file rejoindre mes collègues sur le pont.

Nous sommes 3 catamarans à naviguer de concert pour quelques jours en mer des Abaco. Pour moi ce n’est pas une première en catamaran puisque j’avais expérimenté quelques navigations au large de Maurice pour une journée puis quelques jours en mer plus rude au large des Marquises.

Contrairement aux autres îles des Bahamas, la colonisation des Abaco s’est faite au moment de la guerre de l’Indépendance des Etats-Unis…

Hier soir sous un ciel d’orage j’appréhendais un peu le mal de mer, mais ici la mer est d’huile et l’équipage aux petits soins et parfaitement rôdé sait se montrer présent et chaleureux sans être omniprésent. Nous sommes choyés, dorlotés, et très heureux d’être là tous ensemble au petit déjeuner qui annonce une journée radieuse.

Les plus gourmands d’entre nous se font un plaisir d’engloutir oeufs Bénédicte et pancakes tout en plaisantant pendant que d’autres se perdent dans la contemplation du lieu. À vrai dire, ce matin-là je suis un mélange des deux : gourmande des mets sans être rassasiée du paysage !

Situé à 265km de la Floride, et à moins de 190km de Nassau la capitale des Bahamas, le sous-archipel des Abaco est l’une des destinations favorites des plaisanciers américains : Great Abaco, la troisième plus grande île des Bahamas se prolonge sur un arc de 200km environ grâce à 7 îles et une multitude d’îlots.

Ces petites îles créent une zone naturelle et protégée qui favorise la pratique de la pêche au gros et celle de la navigation de plaisance dans la mer des Abaco.

Carte des îles Abaco © Marie-Ange Ostré

Contrairement aux autres îles des Bahamas, la colonisation des Abaco s’est faite au moment de la guerre de l’Indépendance des Etats-Unis. Une poignée de loyalistes s’est implantée ici et là au gré des îles pour y fonder des racines tout en « cultivant » les échouages de navires passant à portée immédiate des récifs environnants et la commercialisation du rhum au fil des siècles avant de devenir de braves et honnêtes citoyens créant phares, petits hôtels, marinas et maisons d’hôtes pour le plus grand bonheur des touristes.

Vous l’avez compris, si vous souhaitez faire du bateau aux Bahamas, si vous êtes amateur de catamaran ou de voilier, c’est aux Abaco qu’il faut être.

Au départ de la marina de Marsh Harbour la veille, sur l’île de Great Abaco qui rassemble la majorité des magasins, hôtels et facilités du sous-archipel, nous avons navigué une partie de la nuit sur une allure modérée pour ancrer devant l’îlot de Fowl Cay.

Ne le cherchez pas sur la carte ci-dessus, vous ne le trouverez pas ! Mais si vous évoquez la réserve marine des Abaco, nul doute que l’on vous acheminera vers cet éden sous-marin constitué de récifs protégés qui ont fait notre bonheur ce matin : une eau chaude et cristalline, des coraux affleurants et de nombreuses variétés hébergeant mérous tigres (tiger grouper), poissons papillons virevoltants et des bancs entiers de poissons chirurgiens blue tang à la robe bleu sombre ourlée de bleu vif sur la caudale et la dorsale (acanthurus coeruleus). Si je n’ai pas eu le temps et l’opportunité de plonger cette fois aux Bahamas, cette petite séance de snorkeling m’a laissée sur ma faim et avec une envie intense de revenir tremper mes palmes dans les eaux claires des Abaco !

À peine sommes-nous remontés à bord que l’équipage lève l’ancre pour nous mener vers un autre îlot que j’ai encore aujourd’hui du mal à définir, Great Guana Cay : oui, j’ai aimé son ambiance fun et folklo, mélange d’ambiance créole célébrée par des bimbos en bikini lamé or et un fumet de barbecue alléchant. Non, cette presque décadence mâtinée d’Américains en goguette trempant dans le lagon avec une – voire deux – bières à la main ne correspond pas tout à fait à ma notion d’îles au soleil.

Mais, d’accord ou non, pour ou contre, on ne reste pas insensible au charme de Great Guana Cay.

D’abord on y arrive grâce à des embarcations à fond plat uniquement, ce qui limite grandement l’affluence et les remous agressifs avec les plages. Une fois grimpé sur le ponton de bois qui mène jusqu’à un ensemble de bâtiments au charme colonial (reconvertis en hôtel propret), il faut se laisser séduire par l’ambiance vacances qui prédomine ici : duo de musiciens s’exerçant avec succès au rake and scrape (musique locale qui consiste à mêler accordéon, triangle et en grattant les dents d’une scie !) face à la piscine, plage abritée et cocotiers, touristes visiblement heureux et conquis, vous ne serez pas les derniers à onduler des hanches très vite et sans même vous en apercevoir.

On passe aisément une heure ou deux sur la plage à écouter la musique traditionnelle qui vous emporte au-delà de vos frontières. Puis il est temps d’aller voir ce qui attire ici des centaines de visiteurs chaque année.

En vous dirigeant vers le Nord de Great Guana Cay, en saluant les rares habitants et les touristes de passage sur les chemins de sable serpentant entre les dunes, vous trouverez aisément ce qui fait la notoriété de cet îlot : une immense plage naturelle de 11km de long (photo en tête d’article) !

Abaco (Bahamas) Nipper's bar Great Guana Cay © Marie-Ange OstréMais il faut venir à Great Guana Cay le dimanche pour profiter d’un spectacle qui en enchantera certains et en fera sourire d’autres : chaque dimanche, le Nipper’s propose un barbecue… largement arrosé ! J’avoue ne pas avoir vu  quoique ce soit griller où que ce soit, mais j’ai humé le contenu d’énormes assiettes garnies défilant au beau milieu d’une foule dense s’agitant sur les différents niveaux de terrasses en bois du Nipper’s installé sur l’une des dunes surplombant cette plage qui n’en finit pas…

Près du bar, une piscine ronde qui évoque plutôt le jacuzzi dans lequel trempe une vingtaine de jeunes gens sirotant bière et cocktails en hurlant de joie au son des derniers tubes à la mode que diffuse le DJ du haut de ses platines sophistiquées dans un recoin sombre.

Autour du bar en bois réduit à sa plus simple expression, des hectolitres d’alcool s’échangent dans des gobelets en plastique contre des dollars froissés.

Pour profiter du lieu il faut résolument se laisser aller à l’ambiance bon enfant pour jouir de la bonne humeur ambiante et faire connaissance avec des Bahaméens tout autant que des Américains souvent curieusement accoutrés et qui ne manquent pas de vous poser l’inévitable « where do you come from ?« …

À vous alors de les faire rêver à votre tour en prononçant le non moins fameux « Paris, France !« .

La conversation est engagée…

C’est presque à reculons que nous avons quitté le Nipper’s et l’îlot de Great Guana Cay pour rejoindre notre catamaran. Pendant quelques heures nous avons presque oublié le but de ce voyage en bateau aux Bahamas.

Mais le soir-même nous attendait une autre escale de charme baignant dans un doux coucher de soleil qu’il ne faut pas manquer : je vous raconterai demain…

Envie d’en apprendre davantage sur mes voyages aux Bahamas ? Voici quelques pistes à explorer :

Cet article a été publié une première fois en octobre 2009 sur mon blog de voyages Un Monde Ailleurs (2004-2014), blog qui n’est plus en ligne aujourd’hui. Les articles re-publiés sur ce site le sont s’ils présentent à mes yeux une valeur émotionnelle ou s’ils offrent un intérêt informatif pour mes lecteurs. Ils sont rassemblés sous le mot-clé « Un Monde Ailleurs ». J’ai ajouté davantage de photos à ces articles en les re-publiant mais malheureusement il a été impossible de réintégrer les commentaires liés à ces articles, seul le nombre de commentaires est resté indiqué.

Rédiger et illustrer un site web ou un blog représente des heures, des années de travail. Prélever sur Internet sans autorisation préalable des photos ou des textes (tout ou partie) est une violation des droits d’auteur. Des outils permettent de dénicher facilement les « emprunteurs » et de les poursuivre (dans le pire des cas), ce sont d’ailleurs souvent les lecteurs qui nous alertent. Si vous souhaitez utiliser un extrait d’article ou une photo n’hésitez pas à demander depuis la page Contact sur ce site. Merci pour votre compréhension.

N'hésitez pas à commenter ou à poser des questions, j'y réponds volontiers :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.