Maldives, hôtel Soneva Gili Lankanfushi © Marie-Ange Ostre

Me voici de retour aux Maldives, pour vous raconter mon séjour et mes plongées sous-marines mais aussi pour tester deux hôtels et vous faire part de mon avis tout à fait objectif : même invitée je n’oublie pas que ma première priorité est orientée vers mes lecteurs et leur intérêt.

Me voici désormais installée dans l’une des villas sur lagon de l’hôtel Soneva Gili (Lankanfushi).

L’avantage d’un groupe hôtelier proposant plusieurs hôtels sur une même destination c’est de profiter du meilleur dans chacun d’entre eux si vous le souhaitez. Pour ceux que l’idée d’un séjour de 8 jours dans un même endroit – sur une île qui plus est – rebute, c’est l’opportunité de pouvoir bouger facilement d’un site à un autre tout en conservant les repères d’identité du groupe. Vous changez de paysage sans changer d’identité. En ce sens les hôteliers sont de plus en plus nombreux à proposer des séjours mixtes, vous permettant de rester 4 jours (ou plus) dans un hôtel, puis quatre jours dans un autre du même groupe. C’est ce que j’ai fait cette fois au sein du groupe Six Senses ici aux Maldives.

Mon transfert entre l’hôtel Soneva Fushi (situé dans l’atoll de Baa) et celui du Soneva Gili (localisé à vingt minutes en bateau au Nord de Malé) s’est fait en moins de deux heures : c’est un trajet de 35 minutes en hydravion entre Soneva Fushi et l’aéroport international de Malé où un employé du groupe Six Senses & Spa vous accueille. Il vous conduit avec vos bagages jusqu’au bateau rapide qui fait la navette entre l’aéroport et le Soneva Gili. Si vous le souhaitez, et contre supplément, un hydravion assurera le transfert entre les deux hôtels sans repasser par la case aéroport international.

Me voici donc dans l’autre perle des Maldives du groupe Six Senses & Spa qui en comptera une troisième en août prochain avec l’ouverture d’un nouvel hôtel au Sud de Malé. C’est encore confidentiel…

Le Soneva Gili (Lankanfushi) compte 45 villas, toutes sur pilotis, très prisées des Asiatiques qui raffolent des « pieds dans l’eau ».

Je vais emporter avec moi le sentiment d’avoir vécu quelques jours dans un petit coin de paradis conçu pour le farniente et l’hédonisme…

Depuis mon arrivée je n’ai croisé que des jeunes couples, pourtant les Français seraient semble-t-il de plus en plus nombreux à investir ces villas de bois dont la décoration est identique à celles, enfouies dans la jungle, du Soneva Fushi : bois non traités, lits de repos placés un peu partout dans la villa, terrasse en surplomb de la villa et une autre au ras de l’eau, énormes coussins jaune paille ou taupe, tout rappelle le concept « no news, no shoes » du couple charismatique propriétaires des Soneva.

En une après-midi j’ai déjà fait beaucoup, dont une plongée superbe que je raconterai sous peu : quatre mantas pour moi toute seule, pendant près d’une heure, des joueuses venant me caresser les cheveux,… Un rêve de plongée !

J’ai pris de jolies photos, comme une touriste lambda. Parce que le soleil inondait le miroir impassible du lagon, parce que le hamac planté au beau milieu attire tous les regards, parce que le coucher de soleil ce soir fut de toute beauté…

D’ailleurs, notez que cet hôtel et donc cette île sont plus photogéniques que d’autres. Il y a ici de nombreux endroits qui permettent de prendre de très jolies photos, sous différentes perspectives. Ce n’est pas le cas de toutes ces îles-hôtel. D’autre part des centres d’intérêt ont été créés volontairement pour retenir l’attention et provoquer l’envie de photographier : une barque traditionnelle posée au bon endroit sur le lagon, un hamac placé judicieusement sur l’eau, la piscine de l’hôtel est positionnée face au coucher du soleil, etc… Enfin même dans les restaurants vous aurez envie de photographier vos mets, la vaisselle est belle et vos assiettes sont joliment présentées. J’ai rarement pris autant de photos dans un hôtel avec le sentiment d’emporter aussi de belles photos de vacances. Vous aussi vous apprécierez !

J’ai profité de ma villa sur lagon, tout en restant à l’extérieur. En dehors de la chambre qui est close mais avec de vastes fenêtres laissant entrer la lumière et le bleu, tous les espaces sont ouverts sur l’extérieur :

  • une immense pièce de vie abritée du soleil débouche sur une terrasse suspendue au-dessus du lagon. Cette terrasse est agrémentée de lits-filets avec de gros coussins pour vous sentir comme dans un immense hamac au-dessus de l’eau, des chaises longues avec matelas épais, deux lits détente pour deux.
  • un escalier intérieur débouche à l’étage sur une autre terrasse sous le soleil (qui possède un lit de repos couvert).
  • la salle de bain est naturellement aérée puisque sans vitres mais à l’abri des regards, un petit escalier mène directement au lagon pour profiter d’un bain dans le plus simple appareil si cela vous tente mais en toute intimité.

J’ai lu un peu sur la terrasse supérieure, puis je me suis baignée devant la villa dans le lagon de moins d’un mètre vingt de profondeur à marée haute. Les poissons viennent vous saluer, n’oubliez pas votre masque de plongée !

La salle de bains, vaste, est donc intérieure mais très lumineuse. Originalité : un pont passerelle mène à la douche circulaire en briques de verre, à l’abri des regards bien sûr.

Ce que j’aime dans cette villa ?… La lumière ! Et l’espace.

Et le confort.

À l’instant où je vous parle je suis installée sous les étoiles, suspendue entre ciel et eau. L’air est doux, les poissons-papillons viennent me rendre visite et une raie pastenague est passée à allure réduite il y a quelques minutes dans l’eau éclairée par quelques spots placés judicieusement sous l’eau.

Même si l’île est située à vingt minutes seulement en speedboat de Malé, il règne ici un calme appréciable. Et la musique « nature » diffusée par les hauts-parleurs dans la villa mêle chants de cétacés, cris d’oiseaux, murmures de fontaines qui se joignent au clapotis des poissons qui chassent entre les pilotis de ma villa…

Sentiment de déconnexion totale…

J’ai envie de fermer l’ordinateur pour profiter davantage mais je voulais partager avec vous ce sentiment de sérénité que l’on peut vivre ici.

Je reste sur le souvenir d’un dîner particulièrement fin, cuisiné par le Chef japonais Mikki, une « star » que j’interviewerai demain, pour vous. C’était ma première crème brûlée au gingembre. Mon premier tartare de thon blanc aux fruits de la passion. Ma première tarte Tatin de mangue aussi… Une cuisine subtile, toute en parfums et textures. Je suis littéralement séduite !

J’ai aussi visité la cave à fromages cet après-midi, exceptionnel aux Maldives : vous pouvez vous offrir (ainsi qu’à vos amis si vous êtes accompagnés) un apéritif dînatoire ou bien simplement une dégustation de vins et fromages à quelques mètres sous le lagon. La cave a été creusée littéralement dans le corail et reste à température constante pour garantir une meilleure conservation des vins et des mets. L’endroit est tout aussi inattendu qu’original, conçu pour vous faire passer un excellent moment et conserver un très bon souvenir.

Et puis le lever de lune… Si rousse sur l’horizon que j’ai pensé un moment qu’il s’agissait d’un feu sur une île proche. Mais non. Juste la lune flamboyante succédant à une journée toute en beauté qui s’est éteinte en un feu d’artifice ressemblant à un combat de glaives incandescents.

Maldives, lever de lune sur Gili Lankanfushi © Marie-Ange Ostre

Je vais emporter avec moi le sentiment d’avoir vécu quelques jours dans un petit coin de paradis conçu pour le farniente et l’hédonisme sans sophistication extrême mais avec un grand souci du détail.

Demain sera un autre jour. Mon dernier jour aux Maldives, pour cette année au moins. Demain je plongerai de nouveau puis je testerai le spa. Demain j’assisterai au dîner asiatique qui mêlera les cuisines du Vietnam, du Sri Lanka, de la Malaisie, de l’Indonésie, des Philippines. Un dîner typiquement sud-est asiatique. La gastronomie est l’un des points forts des hôtels Soneva, et je ne m’en plains pas.

Maldives, Marie-Ange Ostré en sortie de plongée © Marie-Ange Ostre

Il n’y a plus un bruit ici, il est temps pour moi de refermer le Mac et d’éteindre la lumière.

Je vous envoie un ruissellement de lune…

Envie d’en apprendre davantage sur mes voyages aux Maldives ? Voici quelques pistes à explorer :

Edit septembre 2021 : l’hôtel Soneva Gili a été cédé par le groupe Six Senses & Spa quelques années plus tard à un autre groupe financier. Si vous le cherchez désormais sur Internet ce magnifique hôtel se nomme désormais Gili Lankanfushi. Pour information le mot gili signifie « île » en indonésien. J’ai modifié les liens web sur cet article pour renvoyer directement vers le site web actuel de cet hôtel afin de faciliter vos recherches personnelles. Si j’en crois les photos publiées sur leur site web la décoration de cet hôtel ne semble pas avoir changé.

Cet article a été publié une première fois en juin 2010 sur mon blog de voyages Un Monde Ailleurs (2004-2014), blog qui n’est plus en ligne aujourd’hui. Les articles re-publiés sur ce site le sont s’ils présentent à mes yeux une valeur émotionnelle ou s’ils offrent un intérêt informatif pour mes lecteurs. Ils sont rassemblés sous le mot-clé « Un Monde Ailleurs ». Malheureusement il a été impossible de réintégrer les commentaires liés à cet article, seul le nombre de commentaires est resté indiqué.

Rédiger et illustrer un site web ou un blog représente des heures, des années de travail. Prélever sur Internet sans autorisation préalable des photos ou des textes (tout ou partie) est une violation des droits d’auteur. Des outils permettent de dénicher facilement les « emprunteurs » et de les poursuivre (dans le pire des cas), ce sont d’ailleurs souvent les lecteurs qui nous alertent. Si vous souhaitez utiliser un extrait d’article ou une photo n’hésitez pas à demander depuis la page Contact sur ce site. Merci pour votre compréhension.

N'hésitez pas à commenter ou à poser des questions, j'y réponds volontiers :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.