La Réunion, orchidée © Marie-Ange Ostré

Quitter l’île de La Réunion quand on y a vécu deux belles années, quand on y est venu et revenu à de multiples reprises, ce n’est toujours qu’un au revoir. Parce que vous savez que vous reviendrez, forcément.

Mon voyage sur l’île de La Réunion s’achève doucement, je me sens déjà nostalgique…

Je vais bientôt devoir rentrer et je n’aurai pas rencontré tout le monde, je n’aurai pas tout vu, ni tout entendu. J’aurais voulu rencontrer les animateurs de l’association Abyss, j’aurais voulu faire un baptême en parapente au-dessus des Colimaçons à Saint-Leu, j’aurais aimé apprendre à cuisiner un cabri massalé avec une gramoune (grand-mère en langage créole réunionnais) de Bois-Blanc ou d’ailleurs.

Je voulais prendre des photos de la coulée de lave 2007 qui a offert quelques hectares supplémentaires à cette île.

Je rêvais d’un tour en hélicoptère pour quelques photos du volcan qui manquent à ma collection. Mais les touristes sont trop peu nombreux sur l’île en ce moment et les hélicos ne décollent pas pour moins de 6 passagers.

Je voulais plonger du côté de Sainte-Rose sur les coulées de lave, et à Saint-Leu sur la Pointe au Sel pour renouer avec mes amours subaquatiques réunionnaises.

Je voulais apprendre les secrets du volcan avec ce guide de montagne expérimenté qu’on m’a recommandé, entrer pour la première fois dans la forêt de Bébour, ou pénétrer à l’intérieur du cirque de Mafate pour atteindre au moins le premier gîte, y partager un repas et respirer la terre lourde d’humidité.

Je voulais tout faire en trois semaines.

La Réunion, intérieur du cirque de Mafate © Marie-Ange Ostré

Vue de l’intérieur du cirque de Mafate, le plus sauvage de l’île.

Quelle naïveté de ma part !… J’ai pourtant vécu ici pendant deux belles années il y a peu, j’aurais du savoir. Savoir que tout faire est impossible. Savoir que même les Zoreilles (métropolitains installés sur La Réunion) ne font pas tout, ne savent pas tout, n’expérimentent pas tout.

On ne sait jamais tout de La Réunion. Elle est trop belle, trop riche, trop fantasque.

Une île sensuelle qui charme en préservant ses secrets tout en dévoilant ses particularités bien à elle.

Une île indomptable qui se drape de nuages cotonneux parfois pour mieux dissimuler l’impétuosité de son volcan rugissant.

Une île exhib’ qui étale ses plages de sable or ou noir au gré de ses caprices.

Une île saveur qui enivre de ses parfums d’épices, de ses couleurs végétales, de ses chants d’oiseaux ou de la caresse des alizés dans les filaos.

La Réunion, oiseau Cardinal © Marie-Ange Ostré

Le Cardinal rouge, ou foudi de Madagascar, ou encore Kardinal en créole réunionnais. Il arbore son plumage rouge vif en période de reproduction. Très nombreux sur La Réunion.

Vanille, mangue, letchi. Frangipanier, ylang-ylang, vetiver. Cardamome, cannelle et baies roses.

Il me reste trois jours pour déguster l’île sous toutes ses facettes, prendre une cuillère de culture et une pincée de tradition pour terminer ce reportage sur La Réunion qui en appelle à tous vos sens.

Au moment où je rédige ces quelques mots, j’observe tourterelles et cardinaux se disputer une mangue éclatée sur le sol de terre sèche. Chair voluptueuse, sirupeuse, crémeuse. Les oiseaux se battent pour ce fruit issu d’une nature généreuse que l’on commence enfin à protéger sérieusement ici.

Au loin c’est un fond de maloya qui se fait entendre, de cette musique locale aux racines africaines qui fait onduler les hanches des plus coincés.

Sur la table basse à mes côtés ce sont quelques gousses de vanille toutes fraîches qui embaument l’atmosphère.

Cette île est sucre et épices, mais je dois la quitter.

Pour mieux revenir. Le plus vite possible.

Envie d’en apprendre davantage sur ma vie et mes nombreux voyages sur l’île de La Réunion ? Voici quelques pistes à explorer :

Cet article a été publié une première fois en janvier 2010 sur mon blog de voyages Un Monde Ailleurs (2004-2014), blog qui n’est plus en ligne aujourd’hui. Les articles re-publiés sur ce site le sont s’ils présentent à mes yeux une valeur émotionnelle ou s’ils offrent un intérêt informatif pour mes lecteurs. Ils sont rassemblés sous le mot-clé « Un Monde Ailleurs ». J’ai ajouté davantage de photos à ces articles en les re-publiant mais malheureusement il a été impossible de réintégrer les commentaires liés à ces articles, seul le nombre de commentaires est resté indiqué.

Rédiger et illustrer un site web ou un blog représente des heures, des années de travail. Prélever sur Internet sans autorisation préalable des photos ou des textes (tout ou partie) est une violation des droits d’auteur. Des outils permettent de dénicher facilement les « emprunteurs » et de les poursuivre (dans le pire des cas), ce sont d’ailleurs souvent les lecteurs qui nous alertent. Si vous souhaitez utiliser un extrait d’article ou une photo n’hésitez pas à demander depuis la page Contact sur ce site. Merci pour votre compréhension.

N'hésitez pas à commenter ou à poser des questions, j'y réponds volontiers :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.