La Réunion, des vacances actives sur une île sensuelleMon séjour sur l’île de La Réunion s’achève doucement… Je vais bientôt devoir rentrer et je n’aurai pas rencontré tout le monde, je n’aurai pas tout vu, ni tout entendu. J’aurais voulu rencontrer les animateurs de l’association Abyss, j’aurais voulu faire un baptême en parapente au-dessus des Colimaçons à Saint-Leu, j’aurais aimé apprendre à cuisiner un cabri massalé avec une gramoune de Bois-Blanc ou d’ailleurs.

Je voulais faire des photos de la coulée de lave 2007 qui a offert quelques hectares supplémentaires à cette île. Je rêvais d’un tour en hélicoptère pour faire les photos du volcan qui manquent à ma collection mais les touristes sont trop peu nombreux sur l’île en ce moment et les hélicos ne décollent pas pour moins de 6 passagers. Je voulais plonger du côté de Sainte-Rose sur les coulées de lave, et à Saint-Leu sur la Pointe au Sel pour renouer avec mes amours subaquatiques réunionnaises.

Je voulais apprendre les secrets du volcan avec ce guide de montagne expérimenté qu’on m’a recommandé, entrer pour la première fois dans la forêt de Bébour, ou pénétrer à l’intérieur du cirque de Mafate pour atteindre au moins le premier gîte, y partager un repas et respirer la terre lourde d’humidité.

Je voulais tout faire en trois semaines.

Quelle naïveté de ma part !… J’ai pourtant vécu ici pendant deux belles années il y a peu, j’aurais du savoir. Savoir que tout faire est impossible. Savoir que même les Zoreilles (métropolitains installés sur La Réunion) ne font pas tout, ne savent pas tout, n’expérimentent pas tout.

Cirque de Mafate, sur l'île de La Réunion

On ne sait jamais tout de La Réunion. Elle est trop belle, trop riche, trop femme. Une île sensuelle qui charme en préservant ses secrets mais en dévoilant ses particularités bien à elle. Une île indomptable qui se drape de nuages cotonneux parfois pour mieux dissimuler l’agressivité de son volcan rugissant. Une île exhib’ qui étale ses plages de sable or ou noir au gré de ses caprices. Une île saveur qui enivre de ses parfums, de ses couleurs, de ses chants d’oiseaux ou de la caresse des alizés dans les filaos.

Vanille, mangue, letchi. Frangipanier, ylang-ylang, vetiver. Cardamome, cannelle et baies roses.

Oiseau cardinal, sur l'île de La Réunion

Il me reste trois jours pour déguster l’île sous toutes ses facettes, prendre une cuillère de culture et une pincée de tradition pour terminer ce reportage sur La Réunion qui en appelle à tous vos sens. Au moment où je rédige ces quelques mots, j’observe tourterelles et cardinaux se disputer une mangue éclatée sur le sol de terre sèche. Chair voluptueuse, sirupeuse, crémeuse. Les oiseaux se battent pour ce fruit issu d’une nature généreuse que l’on commence enfin à protéger sérieusement ici.

Au loin c’est un fond de maloya qui se fait entendre, de cette musique qui fait onduler les hanches des plus sévères.

A mes côtés ce sont quelques gousses de vanille qui embaument l’atmosphère. Cette île est sucre et épices, mais je dois la quitter.

Pour mieux revenir. Le plus vite possible.

Partir à La Réunion avec… Office du Tourisme de La Réunion
Louer une voiture à La Réunion avec… location voiture ITC Tropicar
En location sur La Réunion chez… Domaine Senteur Vanille
Mon hôtel à St-Gilles les Bains… Grand Hôtel du Lagon
Lire tous mes articles sur La Réunion Voir toutes mes photos sur La Réunion
[geo_mashup_map]

%%awsomnews1%%

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :