Maldives, hôtel Halaveli Resort vue d'hydravion © Marie-Ange Ostré

Je voyage beaucoup et intensément, pour vous raconter, pour vous montrer. Pourtant parfois j’aimerais appuyer sur le bouton « pause » pour profiter davantage de ces instants privilégiés que vous savez apprécier. 

Comment ne rien faire aux Maldives tout en restant très occupée : c’est peut-être la recette d’un séjour réussi dans l’un des archipels préférés des accros aux îles de rêve.

Et c’est le départ d’une réflexion menée un soir de désappointement quand j’ai réalisé à quel point j’étais exténuée après une journée à courir sous le soleil alors que je me trouvais dans un petit paradis sur l’île de Halaveli au Nord des îles d’Ari. Mis à part le personnel de l’hôtel, j’étais la seule à me promener avec un sac de plusieurs kilos sur le dos tandis que les Asiatiques en congé exhibaient fièrement Canon et Nikon autour du cou (avec un seul objectif bien sûr !).

Et la seule aussi à prendre des notes compulsivement sur mon carnet de voyages à table quand les convives autour de moi profitaient sans hâte de mets raffinés auxquels je cherchais à appliquer des adjectifs précis et chaque fois renouvelés pour partager mes agapes avec mes lecteurs.

En voyage, je suis toujours très occupée. Et ça me convient bien ! Mais je me suis endormie cette nuit-là en rêvant d’une journée normale sous le soleil des Maldives dans un hôtel de luxe…

Je viens de m’allonger sur la chaise longue mise à disposition sur la terrasse de ma water villa. Une vilaine expression (en anglais) devenue un standard en langage de l’hospitalité internationale pour désigner une si jolie villa sur pilotis ! La photo ci-dessus montre l’hôtel Halaveli Resort vu depuis l’hydravion, avec ces villas privées sur la gauche, posées sur le lagon.

Maldives, hôtel Halaveli Resort salle de bain

Mon appétit comblé par une salade de fruits de mer assaisonnée d’une délicate sauce lait de coco citron tandis que je profitais de la vue sur le lagon turquoise en agitant mes orteils dans la soie du sable blanc sous la table du restaurant de l’île, je suis passée par le spa pour m’offrir un soin du corps destiné à me détendre et à préparer ma peau au bronzage. C’est que le soleil brûle si près de l’équateur…

Enduite d’une lotion spécialement conçue avec des produits adaptés, je me fais griller maintenant allègrement en écoutant gazouiller le jacuzzi discret de la piscine suspendue, là, à moins d’un mètre.

Qu’il est bon de ne rien faire sous le soleil des Maldives…

L’empreinte de mes pas mouillés en sortant de la piscine sèchera en moins de trente secondes sur le bois chauffé à blanc de cette terrasse privative. Un bois exhalant une essence qui est un premier voyage à elle seule.

Je rêve mollement d’Indonésie, de contrées pas si lointaines puisqu’aux Maldives je suis déjà à l’orée de l’Asie du Sud-Est.

Le clapotis du lagon lèche les pilotis de la terrasse pour attirer mon attention, mais je descendrai rendre visite aux poissons plus tard dans l’après-midi. Pour l’instant je me concentre sur mon bien-être qui passe aussi par l’organisation de ma journée du lendemain : que ferai-je ? que dégusterai-je ?…

(pour être moins poétique et plus terre à terre : quelles sont les photos que je dois ajouter à mon disque dur ? quels rendez-vous pour quelles informations ? quels plats pour quelles découvertes à raconter ?)

Demain je suivrai l’invitation de Neptune à découvrir les espèces marines lors d’une plongée que je n’oublierai pas. Ou peut-être me contenterai-je d’une simple baignade avec masque et tuba pour jouer avec les poissons-papillons et autres sergents-majors ?

Demain j’essaierai le nouveau restaurant qui doit être inauguré ce soir. Je l’ai exploré hier et j’ai photographié (avec un jetable !) le coucher de soleil magnifique depuis la terrasse circulaire qui offre une vue sur l’horizon.

Maldives, hôtel Halaveli Resort coucher soleil

Mais ce soir j’ai prévu de suivre une excursion au coucher du soleil, pour prendre le champagne sur le pont d’un bateau traditionnel en compagnie de ces Asiatiques sympathiques qui s’amusent de ne parler que quelques mots d’anglais. Curieusement après quelques jours d’observation mutuelle nous nous entendons mieux en échangeant dans le langage Canon ou Nikon.

Quand la lune apparaîtra pour noyer d’un voile laiteux les dernières flammes sur l’océan Indien, nous partagerons un plateau de bouchées parfumées intriguant Coréens et Française. Ils feront signe qu’ils apprécient mais choisiront ensuite le mini-sushi de thon pêché du matin. Je profiterai alors sans remords de canapés exotiques et d’herbes aromatiques.

Dans la douceur des alizés je regagnerai alors ma villa pour y trouver un repos dûment mérité dans une chambre qui aura été remise en ordre. Je n’aurai à m’occuper que de ma petite personne et sans doute hésiterai-je quelques minutes sur le choix d’un film proposé sur la chaîne interne à l’hôtel.

Je satisferai ma gourmandise en me faisant livrer un entremet au chocolat dont le chef a le secret, et je ne chercherai pas à en découvrir les secrets. Je profiterai sans me poser de questions.

Je n’ouvrirai mon ordinateur que pour saluer mes amis sur Skype, pour raconter mes vacances aux Maldives. Et je profiterai de cette belle piscine de l’hôtel jusqu’à la tombée du jour.

Maldives, hôtel Halaveli Resort piscine

Parce que je serais en vacances.

Vacances, j’oublie tout… plus rien à faire du tout…

Refrain des années 80. Je l’avais presque oublié. Tout comme j’ai oublié le mot vacances. Les vacances, c’est pour vous !

Moi, je me suis créé un métier qui me passionne.

J’ai une chance folle !

Envie d’en apprendre davantage sur mes voyages aux Maldives ? Voici quelques pistes à explorer :

Cet article a été publié une première fois en juin 2009 sur mon blog de voyages Un Monde Ailleurs (2004-2014), blog qui n’est plus en ligne aujourd’hui. Les articles re-publiés sur ce site le sont s’ils présentent à mes yeux une valeur émotionnelle ou s’ils offrent un intérêt informatif pour mes lecteurs. Ils sont rassemblés sous le mot-clé « Un Monde Ailleurs ». J’ai ajouté davantage de photos à ces articles en les re-publiant mais malheureusement il a été impossible de réintégrer les commentaires liés à ces articles, seul le nombre de commentaires est resté indiqué.

Rédiger et illustrer un site web ou un blog représente des heures, des années de travail. Prélever sur Internet sans autorisation préalable des photos ou des textes (tout ou partie) est une violation des droits d’auteur. Des outils permettent de dénicher facilement les « emprunteurs » et de les poursuivre (dans le pire des cas), ce sont d’ailleurs souvent les lecteurs qui nous alertent. Si vous souhaitez utiliser un extrait d’article ou une photo n’hésitez pas à demander depuis la page Contact sur ce site. Merci pour votre compréhension.

N'hésitez pas à commenter ou à poser des questions, j'y réponds volontiers :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.