La Réunion, plage de Cap Homard, côte Ouest © Marie-Ange Ostré

Je me suis toujours demandé pourquoi on s’obstine à ne vendre que l’aspect vert et sportif de La Réunion. Elle possède pourtant aussi de superbes plages.

Je suis venue sur l’île de La Réunion pour la première fois à l’été 1998, ou plus exactement à l’hiver 1998 puisque les saisons sont inversées dans l’hémisphère Sud et juillet et août correspondent ici à l’hiver austral.

Austral, ce simple mot me faisait rêver lorsque j’étais enfant.

Chaque fois que je suis revenue sur l’île, avant de venir m’y installer pour deux ans, j’ai pensé : « que cette île est donc mal vendue« …

Les choses changent petit à petit semble-t-il, et en bien. Si, il y a douze ans, on répétait à l’envie le leitmotiv « La Réunion, l’île intense« , les mots aujourd’hui sont mieux choisis. Pour faire moins « peur » ?… Intense n’est pas forcément le terme que l’on choisirait pour qualifier des vacances, qu’en pensez-vous ?

Pourtant il est vrai que c’est un adjectif qui lui va bien, si l’on se réfère uniquement à son relief :

  • trois cirques montagneux,
  • un sommet qui culmine à plus de 3 000 mètres (le plus haut de la zone océan Indien),
  • un volcan parmi les cinq plus actifs de la planète,
  • des forêts sombres et touffues,
  • des chemins de randonnée escarpés,
  • du brouillard parfois en montagne et du givre sur le volcan un ou deux jours par an,
  • et des activités telles que parapente, plongée sous-marine et canyoning !…

 

Oui, je confirme à 100% : l’île de La Réunion est superbe, grandiose, magnifique. C’est à mes yeux (qui en ont vu beaucoup à travers le monde, vous le savez), l’une des plus belles îles de la zone océan Indien, sans doute la plus riche en terme de paysages et de relief. Néanmoins n’évoquer que cela peut effrayer les vacanciers en recherche d’une destination plage, lagon et cocotiers tout en restant en France, sans changer de langue, sans grand dépaysement non plus pour ceux qui craignent trop d’exotisme.

Alors bien sûr, il y a « l’île soeur » comme on l’évoque ici avec bienveillance mais un soupçon d’esprit de compétition tout de même : les Réunionnais aiment l’île Maurice, ils y passent leurs week-ends et leurs vacances (pour les plus nantis). À 170km à l’Est de La Réunion, les plages sont très nombreuses et les lagons évoquent les cartes postales. L’île Maurice a bâtie sa renommée sur l’or blond de son sable et la turquoise de ses eaux. À proximité, La Réunion vend une image plus verte, dense, sportive. Non sans raison.

Pourtant, si je vais vous parler dans quelques jours des trésors connus des Réunionnais amoureux de leur île, si je tiens à vous faire découvrir quelques recoins et rencontrer des personnages hauts en couleur, je veux aussi vous montrer ce que vous pourrez trouver aussi sur La Réunion, ce que n’importe quel visiteur rêve d’admirer dès son arrivée sur une île au soleil : la plage et le lagon.

Vous aimez la plage ? Ne la privez pas de ses coquillages !

Les plages les plus fréquentées sont celles qui figurent sur le littoral de la commune de Saint-Paul qui, par son étendue, figure parmi les communes les plus longues de France. Saint-Paul, première « capitale » de La Réunion puisque premier point d’ancrage des tous premiers colons venus de Madagascar et au-delà, couvre les agglomérations de Boucan-Canot, Roches-Noires et Saint-Gilles la réputée sans oublier l’Hermitage et la Saline les Bains. Autant dire un filon touristique puisque cette côte plus abritée des vents que la côte Est offre le plus grand lagon de l’île, et des plages selon votre bon vouloir.

Les plages de l’Hermitage et celle de La Saline sont très connues, très fréquentées : vous y trouverez le seul hôtel 5* de la région, et de nombreux autres hôtels pour tous les budgets à quelques centaines de mètres des plages. Néanmoins ces plages sont un peu excentrées à mon goût. Il vous faudra une voiture et un peu de temps pour rejoindre soit Saint-Gilles soit Saint-Paul pour trouver quelques restaurants, des marchés, bref un peu d’animation qui ne soit pas purement balnéaire.

Aujourd’hui je vous parle des plages proches de Saint-Gilles-les-Bains, localité appréciée pour y vivre à l’année (ce que j’ai fait pendant deux ans) ou pour y passer le week-end.

Vous aimez voir et être vu ?… Posez-vous sur la plage de Boucan-Canot pour y manger quelques samoussas au fromage et observer la jeunesse s’essayer à la première séduction. Ici vous pourrez parfois avoir l’impression de vous trouver sur la côte d’Azur tant les paréos sont agglutinés sur le sable dans des effluves de lait solaire et (chuuut…) les volutes plus ou moins discrètes du zamal, l’herbe locale.

Pour les enfants et les nageurs peu aguerris, c’est un lieu unique avec des eaux calmes et translucides, avec des poissons de récifs qui virevoltent sous vos brasses, et l’occasion de lier facilement connaissance.

En ce qui me concerne j’y vais surtout en matinée avant le déjeuner et surtout pas le week-end, ou bien le soir en semaine pour y dîner légèrement au coucher du soleil.

La Réunion, plage des Roches Noires, côte Ouest © Marie-Ange Ostré

Plus bas, la plage des Roches Noires (ci-dessus) s’étire sur des kilomètres jusqu’au port de plaisance de Saint-Gilles. Vous y prendrez un verre après avoir affronté des vagues appréciées des surfeurs. Ce sont les mèches blondes des sportifs en herbe et la peau dorée des apprenties jeunes filles qui attirent d’abord l’attention avant de vous obliger à admirer leurs envolées et circonvolutions sur la crête fumante des vagues qui se jettent à l’assaut d’une plage peu profonde mais recherchée.

Il ne faut pas écarter la plage de Grand Fond, plus calme, plus sereine, mieux adaptée aux pique-niques en famille sous les filaos le week-end, et moins exposée aux regards. Ici, moins de fun, moins de bruit, mais autant de plaisir.

Pourtant c’est sur une autre plage que j’ai choisi de vous emmener aujourd’hui, celle plus discrète de Cap Homard. Il faut pousser après Boucan-Canot, et vous arrêter bien avant Saint-Gilles pour garer votre voiture sur un bas-côté en contrebas de la route principale. Un paréo, votre crème solaire, une bouteille d’eau, voici tout ce qu’il vous faut pour profiter de la tranquillité et la discrétion de cette plage intime et pourtant plus sauvage.

Voici quatre photos de la plage de Cap Homard (à gauche puis à droite), sous différents éclairages pourtant toutes ces photos ont été prises en l’espace de 30 minutes. Merci au soleil !

L’ombre des filaos permet aux employés de venir déjeuner à l’ombre une barquette de plat à emporter entre midi et quatorze heures. Des amies se chuchotent des secrets entre deux bouchées de riz créole, une famille distribue boissons et serviettes en papier aux jeunes trop impatients d’aller se mettre à l’eau, un couple partage le même drap de plage sous un soleil de plomb.

Vous trouverez l’endroit idéal pour vous installer, sur un tapis d’aiguilles de filaos ou sur le sable remodelé depuis des millénaires par les vagues d’un océan parfois impétueux qui se montre souvent capricieux.

Ici vous pourrez lire tranquillement, musarder un peu sur le sable en suivant les voiles à l’horizon, ou parcourir le kilomètre de plage couvert de coraux échoués et de coquillages brisés. La plage a des reflets de nacre et l’eau claire invite à se prélasser sans tarder tout en admirant la falaise et les roches noires qui forment un éboulis à l’extrémité nord.

La plage du Cap Homard est belle, mais elle est surtout naturelle et sauvage. Ici personne ne ramasse les coraux échoués, même si on trouve encore quelques rares touristes occupés à chercher les coquillages au bord des vagues tandis que des messages de protection de l’environnement sont placardés partout sur l’île depuis l’aéroport jusque sur les plages. Vous aimez la plage, ne la privez pas de ses coquillages !…

Est-ce une belle plage ?… À vous de juger ! (attention, baissez le son, il y avait beaucoup de vent ce jour-là sur cette plage).

Voici pour les plages de l’Ouest de l’île de La Réunion, et je n’ai même pas parlé de la plage de sable noir de Saint-Leu ni des plages du Sud de l’île…

Maintenant il est temps je crois de vous raconter d’autres endroits secrets, moins fréquentés, et tout aussi beaux. Ce sera l’objet de mes prochains articles. Mais il fallait bien vous montrer La Réunion sous un aspect aussi « vacances » et plages que l’île Maurice ! C’est chose faite.

Envie d’en apprendre davantage sur ma vie et mes nombreux voyages sur l’île de La Réunion ? Voici quelques pistes à explorer :

Cet article a été publié une première fois en janvier 2010 sur mon blog de voyages Un Monde Ailleurs (2004-2014), blog qui n’est plus en ligne aujourd’hui. Les articles re-publiés sur ce site le sont s’ils présentent à mes yeux une valeur émotionnelle ou s’ils offrent un intérêt informatif pour mes lecteurs. Ils sont rassemblés sous le mot-clé « Un Monde Ailleurs ». J’ai ajouté davantage de photos à ces articles en les re-publiant mais malheureusement il a été impossible de réintégrer les commentaires liés à ces articles, seul le nombre de commentaires est resté indiqué.

Rédiger et illustrer un site web ou un blog représente des heures, des années de travail. Prélever sur Internet sans autorisation préalable des photos ou des textes (tout ou partie) est une violation des droits d’auteur. Des outils permettent de dénicher facilement les « emprunteurs » et de les poursuivre (dans le pire des cas), ce sont d’ailleurs souvent les lecteurs qui nous alertent. Si vous souhaitez utiliser un extrait d’article ou une photo n’hésitez pas à demander depuis la page Contact sur ce site. Merci pour votre compréhension.

N'hésitez pas à commenter ou à poser des questions, j'y réponds volontiers :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.