Australie, Cradle Mountain lake photographié en Tasmanie © Marie-Ange Ostré

De la Tasmanie on connaît son diable aux dents acérées et ses bagnards. Guère plus. Jusqu’à ce que l’on aborde sur ses côtes escarpées ou que l’on pénètre à l’intérieur de ses baies abritées… Je suis en Tasmanie depuis deux jours, deux jours de découverte et de grand air, de paysages à couper le souffle et de miel « 100% Tasmanie » comme on dit par ici.

Hier j’ai arpenté les rues de Hobart, la capitale du plus petit de tous les états australiens : 68 000 km2 pour 500 000 habitants. Hobart est paraît-il la 3ème ville la plus sèche d’Australie, le croiriez-vous en découvrant toute cette végétation ?!… Moi j’ai du mal. Cette forêt primaire qui couvre l’état en grande partie remonte à 5 000 ans, à l’époque de la séparation de ce bout de terre d’avec l’Atlantique, juste en-dessous. Le diable de Tasmanie serait originaire d’Asie si j’en crois les informations glanées ici et là mais se serait adapté à l’environnement local jusqu’à devenir cet animal endémique, quasi mythique, immortalisé par certains dessins animés.

J’aurais pu en voir quelques-uns aujourd’hui dans l’un des domaines du parc national de Cradle Mountain, mais j’ai préféré passer plus de temps en pleine nature plutôt que devant des animations pour touristes. Plusieurs chemins de randonnée sont proposés dans ce parc classé au patrimoine de l’Unesco, sur des durées plus ou moins longues, en fonction de votre aptitude, de vos goûts ou de votre âge. Des sentiers aménagés sont prévus pour les familles avec enfants, d’autres favorisent les personnes à mobilité réduite.

5 km annoncés (comptez 7 km !) sur un sentier balisé pour faire le tour du lac Dove en moins de deux heures. Au pas de course !

Arrivée dans l’après-midi après 6 heures de route au départ de Hobart (Cradle Mountain est situé au Nord-Ouest de la Tasmanie), après avoir éliminé les chemins d’une durée inférieure à 1 heure, j’ai emprunté le plus beau, le plus réputé, le Dove Lake circuit : 5 kilomètres à pied (comptez 7 km !) sur un sentier balisé pour faire le tour du lac Dove en moins de deux heures. Au pas de course !

Mais quelle beauté, quelle sérénité !… Deux heures en pleine nature, avec des effluves d’eucalyptus plein les poumons, et un paysage unique : un lac aux reflets bleutés enchâssé entre des pics culminant au-delà de 1000 mètres, dans une végétation éblouissante. Pas grand-chose me direz-vous en terme d’altitude, mais on le sent dans les petites grimpettes…

Australie, Cradle Mountain lake photographié en Tasmanie © Marie-Ange Ostré

A l’heure où je vous écris je viens de rejoindre ma « cabin », un bungalow de trappeur, en bois patiné, équipé d’une chambre avec lit double et d’une autre chambre avec 4 lits superposés, une mini salle de bain avec douche et lavabo, des toilettes, et une cuisine avec réfrigérateur, micro-ondes et mini-four pour faire réchauffer une pizza. Pas très abordable, mais le tout sous les eucalyptus et avec le chant des oiseaux ! La bonne surprise ? Une lampe chauffante dans la salle de bains pour la sortie de douche dans la fraîcheur du petit matin !

Mon dîner ? Un plat indien à réchauffer en deux minutes au micro-ondes et un mini pot de miel, achetés à l’épicerie. Ensuite j’irai me plonger sous les draps pour un sommeil réparateur ; demain m’attend une autre journée pleine de surprises, je me dirigerai vers la côte Est de la Tasmanie, vers Saint-Helen et ses plages de rêve. On en reparle ?…

Envie d’en apprendre davantage sur mon voyage en Tasmanie ? Voici quelques pistes à explorer :

Cet article a été publié une première fois en juin 2011 sur mon blog de voyages Un Monde Ailleurs (2004-2014), blog qui n’est plus en ligne aujourd’hui. Les articles re-publiés sur ce site le sont s’ils présentent à mes yeux une valeur émotionnelle ou s’ils offrent un intérêt informatif pour mes lecteurs. Ils sont rassemblés sous le mot-clé « Un Monde Ailleurs ». Malheureusement il a été impossible de réintégrer les commentaires liés à cet article, seul le nombre de commentaires est resté indiqué.

Rédiger et illustrer un site web ou un blog représente des heures, des années de travail. Prélever sur Internet sans autorisation préalable des photos ou des textes (tout ou partie) est une violation des droits d’auteur. Des outils permettent de dénicher facilement les « emprunteurs » et de les poursuivre (dans le pire des cas), ce sont d’ailleurs souvent les lecteurs qui nous alertent. Si vous souhaitez utiliser un extrait d’article ou une photo n’hésitez pas à demander depuis la page Contact sur ce site. Merci pour votre compréhension.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :