U.S.A., avenue à Palm Beach, Floride © Marie-Ange Ostré

Nous avons tous entendu le nom de Palm Beach un jour ou l’autre, mais est-ce une destination touristique ? Faut-il se rendre à Palm Beach lors d’un voyage en Floride ?

Il existe un peu partout dans le monde une poignée de villes qui ont tout misé sur le luxe à outrance, jusqu’à l’exubérance. Saint-Tropez en France, Puerto Banus en Espagne, et Palm Beach en Floride (U.S.A.) – pour ne citer qu’elles – ont cela en commun qu’elles attirent le visiteur par curiosité, envie ou mépris.

Que vous soyez riche ou non importe peu finalement, vous vous rendrez à Palm Beach intrigué(e) par le nom d’une ville que les médias ont su élever au rang d’incontournable tant son parfum d’or et de dollars est mis en valeur par l’actualité politique, les films et les séries américaines.

Sous notre ère bling-bling et pourtant en période de crise économique, je vous propose donc aujourd’hui un petit tour à Palm Beach pour juger de l’opportunité ou non de passer quelques heures en cette ville lors de votre prochain voyage en Floride.

On ne vient pas à Palm Beach par hasard, et j’admets avoir longtemps résisté, peu attirée par les endroits qualifiés de surfaits par les voyageurs enclins au dépaysement et à l’authenticité. Ici à Palm Beach, vous trouverez peu d’authentique si ce n’est la qualité des produits de luxe qui n’ont rien à voir avec les copies qui vous sont proposées en Chine et sur bien d’autres plages du monde par des vendeurs à la sauvette. Mais le tarif de ces produits n’est pas le même non plus…

Palm Beach fut fondée à la fin des années 1800 par Henry Morrison Flagler, le magnat du pétrole et fondateur d’Esso (Standard Oil). Sur une bande de terre d’environ 26 kilomètres, coincée entre océan Atlantique et continent américain, Palm Beach s’est installée lentement au gré de la construction de resorts hôteliers dont le plus célèbre est le mythique The Breakers.

Ce climat attire la villégiature et fait de Palm Beach une ville dominée par les seniors…

Son climat subtropical offre à Palm Beach des étés chauds et humides : de mai à octobre les températures grimpent jusqu’à 30 ou 32° et les pluies peuvent se faire denses en fin de journée (saison des ouragans vers août-septembre, mais rares). Les hivers sont chauds et secs, avec des températures s’échelonnant de 14 à 27°.

Ce climat attire la villégiature et fait de Palm Beach une ville dominée par les seniors : au dernier recensement de 2000, près de 53% de la population résidente avait plus de 65 ans, avec un âge moyen de 67 ans, et 96% de la population est de race blanche. Une population moyenne de 10 000 habitants, qui triple en saison haute. Le revenu moyen par habitant était alors de 110 000 U$.

Avec ces chiffres on ne plaisante pas sur la sécurité à Palm Beach : des caméras vidéo partout, dans les rues, autour des parkings, dans chaque magasin. Mais bien sûr vous y verrez aussi le plus grand nombre de voitures de luxe au mètre carré : je n’ai jamais croisé en aussi peu de temps autant de Ferrari, Maserati, Bentley, Rolls-Royce et autres bolides à 5 ou 6 chiffres au prix d’achat !

À vrai dire le seul intérêt de Palm Beach est d’y faire du lèche-vitrines, du shopping selon le vocabulaire en vogue. L’avenue la plus courue de Palm Beach possède d’ailleurs son propre site web, Worth Avenue, afin de vous permettre un premier repérage.

Si vous souhaitez mettre à jour vos connaissances en matière de chaussures de luxe ou de sacs à main, Worth Avenue est donc l’endroit rêvé ! Si votre homme vous doit un cadeau d’anniversaire, n’hésitez plus mais rassurez-le : il existe aussi à côté des grands noms du luxe des boutiques élégantes mais plus modestes pour vous offrir un souvenir ou des vêtements de plage à prix raisonnable.

J’ai noté par exemple la boutique Island Company au 311 de Worth Avenue (maillots de bain, robes, tee-shirts, bougies,…), ainsi qu’une très jolie boutique à quelques mètres mais dont j’ai oublié le nom et qui vend des trésors de papeterie, carnets de voyages, stylos, encriers, etc… À voir absolument.

De grands noms se sont succédés ici et ont fait (et défait) la réputation de Palm Beach mais inutile de chercher leur ombre dans les allées fleuries ou sur la promenade de bord de mer. La famille Kennedy, Rod Stewart, Donald Trump, Estée Lauder et Bernard Madoff ont foulé les tapis rouges des galas donnés chaque année ici par les grandes fortunes. Mais Palm Beach est aussi le siège d’une centaine d’organisations caritatives dont la Croix-Rouge américaine et l’UNICEF.

Si vous vous rendez à Palm Beach depuis Miami, profitez sans remords d’une après-midi tranquille pour flâner sous les arcades de Worth Avenue, prendre un déjeuner léger à l’ombre des patios joliment aménagés (ce n’est pas forcément ruineux) et respirer l’océan pour quelques heures.

Même si vous n’achetez rien, vous ferez sans doute comme Michael Jackson et John Lennon avant vous et comme les tycoons russes ou américains de nos jours : profitez de l’ambiance feutrée mais un peu folle de cette architecture mixte maure-méditerranéenne en rêvant à une prospérité qui n’est pas forcément indispensable (ailleurs qu’à Palm Beach…).

Envie d’en apprendre davantage sur mes voyages aux U.S.A. ? Voici quelques pistes à explorer :

Cet article a été publié une première fois en avril 2011 sur mon blog de voyages Un Monde Ailleurs (2004-2014), blog qui n’est plus en ligne à ce jour. Les articles re-publiés ici sont tous rassemblés sous le mot-clé « Un Monde Ailleurs ». J’ai ajouté davantage de photos à ces articles en les re-publiant mais malheureusement il a été impossible de réintégrer les commentaires liés à ces articles, seul le nombre de commentaires est resté indiqué.

Rédiger et illustrer un site web ou un blog représente des heures, des années de travail. Prélever sur Internet sans autorisation préalable des photos ou des textes (tout ou partie) est une violation des droits d’auteur. Des outils permettent de dénicher facilement les « emprunteurs » et de les poursuivre (dans le pire des cas), ce sont d’ailleurs souvent les lecteurs qui nous alertent. Si vous souhaitez utiliser un extrait d’article ou une photo n’hésitez pas à demander depuis la page Contact sur ce site. Merci pour votre compréhension.

Comments 1

N'hésitez pas à commenter ou à poser des questions, j'y réponds volontiers :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.